Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 12:35
Non au sacrifice des retraites des jeunes !!



Le gouvernement s’apprête à nouveau à allonger la durée de cotisation pour l’accès à une retraite à taux plein. C’est un pas de plus vers la casse du système de retraite solidaire, avancée de civilisation permettant a chacun de bénéficier de la solidarité nationale pour vivre dignement après une vie au travail.

Ce nouveau recul est particulièrement scandaleux du point de vue des jeunes. En effet, les jeunes connaissent aujourd’hui une prolongation des études par rapport aux générations précédentes, ce qui constitue un progrès. Ils connaissent aussi la généralisation des emplois précaires, le chômage qui touche plus de 20% d’entre eux, et donc l’accès tardif à un emploi stable de moins en moins bien rémunéré. Tout ceci ayant pour conséquence : l’impossibilité pour beaucoup d’atteindre 160 trimestres validés à 60 ans et un niveau de pension digne.

Il faut au contraire aujourd’hui non seulement inverser la marche du marché du travail pour aller vers une sécurisation des parcours professionnels en éradiquant chômage et précarité, en prenant en compte les années d’études dans le calcul des pensions.

Cela passe par un nouveau financement qui fasse participer les entreprises et les actionnaires qui ont confisqué 10% supplémentaire sur les revenus du travail ces dernières années. C’est donc un changement radical du système économique dont nous avons besoin. Réorienter cet argent permettrait de couvrir les besoins non seulement en pensions, mais serait beaucoup plus efficace économiquement et socialement, donnant notamment un sursaut à la consommation. Ce n’est pas aux salariés de subir la double peine du chômage, de la précarité puis du manque de ressource pour les retraites. Le patronat doit payer !! Ces 10% de la richesse dont le patronat s’est emparé ces vingt dernières années montrent qu’il ne sert à rien d’opposer les générations entre elles. Jeunes, étudiants, salariés, retraités doivent lutter ensemble pour récupérer la richesse produite par le travail et capturé par le capital.


Les jeunes communistes appellent tous les jeunes, salariés ou non,
à être solidaire su mouvement contre la réforme des retraites
qui auraient des conséquences désastreuses sur nos vies !!


Manifestation le Jeudi 22 Mai
14h Porte de Paris

Repost 0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 15:15
1968 - 2008
Ce n'est que le début !

Pour les 40 ans de Mai 68, un collectif d'associations et de structures organise dans la région des évènements visant à démontrer la permanence et la pertinence des combats d'hier, quarante ans plus tard..

Les jeunes communistes, avec l'Union des Etudiants Communistes de Lille, seront présent lors de ces évènements.

Lundi 19 Mai - 17h - Projection UEC, Lille 3 (Vil. D'ascq)
Projection :  "Cuba, l'odysée africaine" de Jihan El Tahri


Mardi 20 Mai
- 14h - Projection UEC, Lille 3 (Vil. D'Ascq)
Projection de "trois films en Mai" pour aborder mai 68 sous trois angles différents, suivie d'une discussion avec des journalistes de l'Humanité.

Mercredi 21 Mai - 16h30 - Discussion UEC, Lille 1 (Vil. d'Ascq)

Autour de "salaire, prix, et profit" limites et pertinences de l'analyse de Karl Marx.

Samedi 24 Mai - Tables rondes et débats

15h 30 - Accueil des participants et présentation de l’Exposition de l’Institut Régional CGT d’Histoire Sociale.

16h – 1° Table Ronde : Mai 1968, genèse, impact et bilan d’un ébranlement mondial, avec Jacques Capdevielle, directeur de recherches au CEVIPOF, membre du conseil scientifique d’ATTAC, co-auteur d’un « Dictionnaire de Mai 68 » (Larousse, avril 2008).


17h 30 - 2° Table Ronde : Le Mai étudiant lillois, spécificités
et liens avec le mouvement ouvrier, Bernard Delmas, président de l’AGEL-UNEF en 1968, Georges Bouchart, étudiant en 1968, syndicaliste FSU 59/62, Jean-Jacques Potaux, secrétaire de l’UEC de Lille à l’époque, Xavier Dubois, agrégatif en Histoire, auteur d’une étude sur  l’AGEL-UNEF  des années 1960-70.

18h 30 - 3° Table Ronde : le 'Mai des Prolétaires' dans la Région, origine, développement et enseignements, avec : Philippe Détrez, secrétaire de l’Union Départementale CGT, et la participation de Bernadette Leroy, syndicaliste CGT du textile, de Gaby Meganck, syndicaliste CFDT de la métallurgie lilloise en 1968, et d’acteurs des luttes ouvrières de l'époque.
Des interviews de témoins et d’acteurs de Mai 68 en région seront projetées au cours des tables rondes (montage réalisé par Fernand Rolet, vidéaste).

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 16:47

Nous ne serons pas une génération sacrifiée pour les besoins du patronat !

L'affirmation selon laquelle notre génération sera la première depuis longtemps à vivre dans de plus mauvaises conditions matérielles que nos parents se vérifie un peu plus à chaque annonce du gouvernement Fillon. Après le renoncement a un service public de qualité en matière de santé, d'éducation, d'énergie, et le renoncement progressif à l'idée même de service public, après s'être attaquer au droit de grève avec le service minimum, c'est désormais au système de retraite solidaire que le gouvernement s'attaque !

Le niveau des pensions retraites doit être augmenté, le droit à la retraite à 60 ans devenir un maximum. A l'heure où nous sommes toujours plus nombreux à être exlus du marché du travail et à l'heure où les profits des grandes entreprises explosent, c'est d'une nouvelle répartition des richesses et d'une nouvelle conception du travail dont nous avons besoin.

Depuis plus de vingt ans, ce sont les salariés qui trinquent, et qui sont contraint aux sacrifices afin de garantir l'avenir du système de retraite tandis qu'aucun effort conséquent n'est demandé au patronat.

Le système de retraite par répartition est en voie d'effondrement, et les fonds de pensions arrivent peu à peu sur le devant de la scène. Nous refusons l'avenir qui ferais du modèle américain la règle, avec un droit à la retraite pour les plus riches, et le droit de se tuer au boulot pour les plus pauvres.

Malgré ce que la propagande de la droite veut nous faire croire, il n'y a aucune fatalité en politique. Il y a par contre des choix à faire, et nous faisons celui de privilégier la majorité de la population, de privilégier les ex et futurs travailleurs, plutôt que les parasites qui entassent toujours plus de richesses sans qu'elle n'est aucune utilité sociale. 

Les cinq confédérations CGT, CFDT, FO, CFTC et CGC ont décidé d’appeler en commun à une grande journée d’actions et de manifestations le 22 mai pour la défense du système de retraite solidaire. La FSU, l’UNSA, Solidaires ont décidé de se joindre à l’appel, de même que l’UNEF et la JOC.

Des cortèges de professeurs et de lycéens vont également manifester avec les mots d'ordres sur le service public d'Education : maintien et création de postes, refus de la suppression de la carte scolaire et de la réforme du Bac Pro, et rejet de la logique du rapport pochard ! Refus de la politique educative et budgétaire de Xavier Darcos.

Les jeunes Communistes de l'Union de Villes pévèle Mélantois appellent également tous les jeunes à descendre battre le pavé pour défendre nos futures conditions de retraites, et montrer une fois de plus notre attachement au service public d'afin d'affirmer haut et fort que nous refusons d'être une génération sacrifiée !

 

MANIFESTATION
JEUDI 22 MAI
14H - Porte de Paris
Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 14:10
A l'initiative de l'UNEF, 12 organisations syndicales et de jeunesse lancent un appel pour défendre le système de retraite par répartition, et faire prendre en compte les évolutions de la société (année d'études, période d'insertion, stages...) dans la réforme en cours.

Le gouvernement souhaite rouvrir le dossier des retraites au printemps, afin de présenter un texte de loi courant juin pour une adoption au Parlement pendant l'été. Comme souvent, le risque existe de voir le débat qui se profile se limiter à une acceptation pure et simple de choix politiques faussement présentés comme la seule solution possible pour l’avenir des retraites. Comme toujours, il entend réduire ce débat à une équation comptable ne concernant que les retraités ou les salariés proches de la retraite. Or trop de réformes ont été imposées au nom des jeunes et finalement contre eux, à commencer par le CPE en 2006. Les jeunes d’aujourd’hui auront à subir dans quelques années toute modification du système actuel et refusent d’être les grands oubliés d’un débat qui les concerne.
Alors que la nature du système de retraite qui se met en place aujourd’hui contribue à façonner la société de demain, la jeunesse ne veut pas que le débat sur les chiffres confisque le débat sur l’avenir.

Jeunes, nous sommes attachés à un système de retraite par répartition de haut niveau

Jeunes en insertion, salariés ou étudiants, c'est sur nous que reposera le financement du système de retraite dans les années à venir.  Attachés à la solidarité entre les générations, nous souhaitons financer aujourd’hui et demain un système de retraite par répartition de haut niveau qui garantisse un niveau de pension permettant de vivre pleinement le temps de la retraite.
Nous refusons que la retraite par répartition devienne un « filet de sécurité » à minima, insuffisant pour vivre, qui oblige les retraités à travailler en complément ou à dépendre financièrement de leurs enfants comme c'était le cas avant la mise en place d'un système solidaire.
Nous refusons la logique d'une retraite basée sur la capitalisation et l’épargne individuelle, inefficace économiquement et inégalitaire socialement. Nous finançons les pensions d'aujourd'hui, nous refusons d'avoir à épargner en plus pour nos vieux jours, surtout dans des fonds qui peuvent être ruinés du jour au lendemain !
Alors que la durée de vie s'allonge, nous affirmons que l'augmentation des besoins de financement du système de retraite n'est pas un coût mais une chance qu’il faut saisir. Parce que le  statu quo n’assurera pas la pérennité du système, nous réclamons des réformes qui permettent son financement et garantissent nos droits sociaux. Nous n’acceptons pas que le catastrophisme ambiant serve d’argument pour imposer un allongement pur et simple de la durée de cotisation ou pour esquiver une nouvelle fois le débat sur la nécessaire augmentation des financements solidaires des retraites par répartition. Il n’est pas acceptable que l’allongement de l’espérance de vie soit synonyme de régression sociale.
Alors que notre pays n’a jamais été aussi riche, nous n’acceptons pas que le message que la société adresse à sa jeunesse soit de travailler plus longtemps pour toucher une retraite moins importante conduisant ainsi notre génération à vivre des conditions de retraites moins bonnes que celles de nos parents.

Le système de retraite doit prendre en compte l'évolution de la société

Nous réclamons des réformes qui pérennisent notre système par répartition et garantissent nos droits sociaux, mais nous souhaitons également faire évoluer le système de retraites pour mieux prendre en compte l’évolution de la société.
L’augmentation du niveau de qualification des jeunes a entraîné un allongement de la durée des études et un recul de l’âge moyen d’entrée dans un emploi stable (27 ans) qui conduisent les jeunes à commencer à cotiser plus tard que par le passé. A heure où l’objectif d’augmenter le nombre de diplômés de Licence à 50% d’une génération semble partagé, les périodes d’étude ne doivent pas devenir pénalisantes. Il est donc indispensable de permettre à chacun de valider les années d'études dans le calcul des annuités ouvrant droit à la retraite, afin de renforcer le droit à la retraite à taux plein à 60 ans pour les futurs actifs et d’offrir la garantie de pouvoir étudier sans être inquiété par son avenir, même lointain. Pour cela, les étudiants, sans revenus, pourraient contribuer au financement du système en s’acquittant d'une cotisation symbolique qui matérialiserait leur affiliation à une caisse de retraite.
Il est également nécessaire de valider les périodes d’inactivité forcée, et de prendre en compte la situation des jeunes en situation d’insertion professionnelle pour qui l'enchaînement de stages, de CDD, de périodes d’intérim ou de chômage conduisent à accumuler des droits à retraites très incomplets, ou inexistant durant la recherche du premier emploi.
En ignorant plus longtemps ces évolutions de la société qui caractérisent notre génération, le gouvernement adresse aux jeunes un message clair : la retraite, ce n'est pas pour vous!

Les jeunes seront au rendez-vous du débat public


En s’opposant au CPE en 2006, la jeunesse s’est également opposée à la précarité et à la remise en cause des droits qui menaçaient l'ensemble des salariés. Au printemps 2008 et dans les années à venir, les jeunes seront au rendez-vous du débat sur le système de retraite pour affirmer que la retraite est l'affaire de tous !

Nous voulons garantir à nos aînés des retraites de haut niveau financées par un système par répartition.
Nous réclamons la prise en compte des années d'étude et la période d'insertion des jeunes dans le calcul des retraites afin de pouvoir à notre tour bénéficier d'un système de retraite solidaire.
Le gouvernement ne peut aborder le débat sur les retraites sans l’avis des générations directement concernées par cet enjeu social majeur : les jeunes d’aujourd’hui.

Premières organisations signataires : UNEF, CGT Jeunes, FO Jeunes, UNSA Jeunes, FSU, Sud Solidaires, Génération Précaire, UNL, FIDL, Léo Lagrange, LMDE, JOC, Fac verte

Repost 0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 13:45
Pour la grande manifestation du 15 mai, les cortèges étaient massifs dans la région comme ailleurs en France, et les taux de Gréviste indiquent clairement le refus global de la politique éducative et budgétaire de Xavier Darcos.

Les jeunes communistes étaient présents lors de la manifestation avec l'un des cortèges les plus attractifs.
Voici quelques photos et vidéos




Repost 0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 17:48
LE 15 MAI :
Lycéens, mobilisés pour gagner !!

Les dernières semaines ont été marquées par l’accroissement du mouvement lycéen partout en France et par les interventions méprisantes de Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos.

Le contexte politique et social de ce début de mois de mai est une opportunité formidable pour nous, lycéens en lutte.
Le gouvernement Fillon a du affronter successivement une défaite cinglante aux élections municipales et cantonales, des sondages calamiteux pour l’ensemble de la droite, le développement de luttes pour les salaires dans les entreprises et la grève très réussie des salariés sans-papiers. Dans le même temps, la province a pris avec efficacité le relais de la mobilisation lycéenne. Les manifestations ont réuni des milliers de lycéens et d’enseignants à plusieurs reprises (50000 en France mardi dernier). Face à cela, Nicolas Sarkozy a déclaré dans son show télévisé: « je maintiens les réformes qui permettront les réductions » d’effectifs, réduisant notre mouvement revendicatif à une inquiétude puérile. Face à cela, il est temps de réaffirmer avec force nos mots d’ordre : Non aux suppressions de postes ! Non à l’application des rapports Pochard et Attali ! Non à la casse du bac pro, à la suppression des BEP et de la carte scolaire !

 

 


Les bouffons dans la rue le 15 mai !

Selon darcos, les revendications lycéennes et le mouvement lycéen sont une "boufonnerie" (voir article de la voix du nord du jeudi 8 mai ci dessus).

Le 15 mai, tous ensemble, profs, élèves, personnels, donnons nous rendez vous dans la rue pour répondre à son mépris et clamer haut et fort que nos aspirations sont légitimes, que la jeunesse comme les salariés ont besoin d'un service public de qualité, et exigeons de Darcos qu'il renonce à l'austérité économique dans l'éducation. Ce rendez vous prévu depuis plusieurs semaines sera à coup sur un tournant de la mobilisation. Oeuvrons dès maintenant pour qu'il tourne en notre faveur !


Contre la politique éducative et financière dans l'Education
Pour un service public de qualité

REJOIGNONS LES RANGS DE LA GRANDE MANIFESTATION NATIONALE

JEUDI 15 MAI  dès 14H - PORTE DE PARIS

Repost 0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 06:50
Du 1er mai au mouvement lycéen, même combat pour les militantes de la JC de Gondecourt !

Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 11:27

Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.
Seul les imbéciles peuvent croire que
nous ne lutterons pas contre la corruption.
Parce que, il y a quelque chose de certain pour nous :
L'honneteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.
Nous démontrons que c'est une grande stupidité de croire que
les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé.
Nous assurons, sans l'ombre d'un doute, que
la justice sociale sera le but principal de notre mandat
Malgré cela, il y a encore des gens qui s'imagine que
l'on puisse continuer à gouverner
avec les ruses de la vieille politique.
Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que
soit mis fin au situations privilégiées et au trafic d'influences
nous ne permettrons d'aucune façon que
nos enfants meurent de faim
nous accomplirons nos desseins même si
les réserves économiques se vident complètement
nous exercerons le pouvoir jusqu'à ce que
vous aurez compris qu'à partir de maintenant
Nous sommes, avec Nicolas Sarkozy, la "nouvelle politique"

Ce texte se lit évidemment de bas en haut, en commençant par la dernière ligne et en remontant jusqu'au début.
Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 11:13
Contre la casse de l'Education
MANIFESTONS !
Mardi 6 Mai - 14h30 Porte de Paris


Tract d'appel à la manifestation

Repost 0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 10:01
L'offensive du pouvoir, relais des objectifs du Capital, est générale contre toutes les conquêtes ouvriéres, acquises par la lutte depuis un siècle.
Chaque jour, des mesures sont prises ou envisagées, visent le pouvoir d'achat (ne parle-t-on pas, dans les sphères patronales, d'un Smic trop élévé ?), les privés d'emploi, culpabilisés d'être sans travail, qui devront accepter un job, payé 30% inférieur à leur dernier salaire, sous peine de voir supprimées leurs allocations, les "travailleurs pauvres" (comme s'il y avait des salariés "riches" !), parfois souvent sans logement, et parfois sans papier, quand ils sont immigrés.
La santé est mise en danger : ils sont des millions à n'avoir plus les moyens de se soigner. Les "franchises", aux frais des patients, sont étendues. On parle, en outre, de supprimer 235 hôpitaux de proximité en France, éloignant le malade des lieux de soins. Les assurances privées sont aux aguets pour se substituer à la Sécurité sociale, démantelée.
Que va-il-rester du régime de retraites par répartition ? Il faudra travailler plus longtemps, 41,42, 43 ans, pour bénéficier de pensions réduites.
L'école républicaine est mise à mal : coupe sombre chez les profs', horaires réduits, contraction  de quatre à trois années des études pour le bac professionnel, subventions publiques illégales pour l'enseignement privé catholique en vue d'ouvrir des classes en banlieue populaire, privatisation rampante des Universités.
Les familles sont dans le collimateur. Les allocations familiales seront réduites. Les billets SNCF réduits sont menacés.
Le Code du travail est vidé de sa substance : aux conventions  collectives, qui garantissaient des droits, seront substitués des contrats individuels entre le patron et chaque salarié, avec une période probatoire allongée, le licenciement déguisé.

Tous les salariés, ouvriers, employés, cadres, les privés d'emploi, les retraités, les Français comme les immigrés, sont la cible de cette politique de contre-révolution sociale.
C'est donc "tous ensemble" qu'il faut réagir. C'est "tous ensemble" qu'il faut manifester notre colère, et notre volonté de faire échec à Sarkozy, à son gouvernement, au Medef et à ses médias.
Mais cette politique néfaste n'est pas seulement "française". Elle résulte de l'application des différents traités européens signés, des orientations communes prises par les 27 gouvernements de l'Union européenne, et relayées par la Commission de Bruxelles.

Le Premier mai 2008 nous en offre l'occasion.

Il faut faire de cette journée de lutte internationale, une manifestation massive et unitaire de l'ensemble des travailleurs pour qu'ils expriment leur profonde colère et leur volonté de mettre un terme à la politique du Capital.

Faisons en sorte que cette manifestation enclenche, par sa puissance, un développement rapide des luttes et des démonstrations populaires.

Source :  http://jihad.wachill-2008.over-blog.fr/

Manifestation locale
10h30 à Seclin
place Saint Piat devant l'UL CGT
Les jeunes communistes y seront présent et y vendrons du Muguet..
Repost 0