Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 17:21

http://www.jeunes-communistes.org/sites/default/files/imagecache/image/comtun.jpg

 

Nous avons appris avec tristesse et colère l'assassinat de Chokri Belaïd, abattu ce matin devant son domicile à Tunis. Leader du Mouvement des patriotes démocrates, membre du Front Populaire tunisien, il fut une figure de la révolution tunisienne puis de l'opposition de gauche au gouvernement islamiste d'Ennahda.

 

Cet assassinat s'inscrit dans le cadre de violences dirigées contre l'ensemble des acteurs de l'opposition et du mouvement social tunisien. Depuis plusieurs mois, ces derniers sont victimes d’agressions répétées de la part de milices pro-gouvernementales sous le regard complice du pouvoir tunisien. Le 18 octobre 2012, un responsable du mouvement Nidaa Tounes (une autre organisation d'opposition) était tué lors d'un affrontement avec des militants liés à Ennahda.

Le 4 décembre dernier, ce sont des militants de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) qui étaient attaqués par des manifestants pro-gouvernement lors d'une commémoration organisée en l'honneur de Farhat Hached, un syndicaliste assassiné dans les années 1950.

 

Il faut que cela cesse. Après des dizaines d'années de dictatures où il était extrêmement périlleux de mener des actions politiques, les tunisiens doivent pouvoir s'exprimer et militer librement.

 

Depuis la révolution de 2011 la situation politique tunisienne s'est réellement tendue. Les élections présidentielles prévues suite au départ de Ben Ali avaient finalement laissées la place à un « gouvernement d'union nationale » (rempli de membre du RCD), puis finalement à des élections législatives, remportées par le parti Ennahda.

Aujourd'hui ce parti est accusé par le reste des formations politiques d'empêcher toute contestation de sa politique en menant diverses actions violentes (descente dans des locaux, assassinats), notamment via une milice qui s'est auto proclamé « défense de la révolution ».

 

Le Mouvement des Jeunes Communistes de France réaffirme son indignation et sa colère face au meurtre de Chokri Belaïd ainsi que toutes les exactions commises contre les mouvements citoyennes et politiques tunisiens. Nous soutenons tous ceux qui se battent en Tunisie pour réussir à établir une démocratie permettant l'expression de chacun et le progrès pour tous.


Nordine Idir

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 22:09

Ce jour marque le 141ème anniversaire d'un des jours les plus importants de l'Histoire de la classe ouvrière. En effet, c'est le 18 mars 1871 qu'un mouvement populaire révolutionnaire éclate dans les rues de Paris, ce qui marquera le début de la Commune de Paris.

ico-commune-1.jpg

Alors vu qu'un peu d'Histoire ne fait jamais de mal, souvenons nous aujourd'hui de ces travailleurs parisiens qui pendant 10 semaines ont tenu le pouvoir en luttant pour mettre fin à l'exploitation, à l'oppression et en tentant de réorganiser la société sur des bases nouvelles.

Et même si la Commune s'est terminée dans des circonstances attroces, par une Semaine Sanglante qui fit au moins 20 000 morts, cet épisode de l'Histoire, souvent oublié, n'en reste pas moins un évènement majeur dans notre Histoire à tous !

 

C'est pour cela que nous avons choisi de commencer cet article par un hommage à la Commune, car beaucoup de leçons sont encore aujourd'hui à tirer de ces évènements, non seulement pour le mouvement communiste contemporain mais aussi pour tous ceux qui aspirent à changer la société.

 

Car au final, aujourd'hui rien n'a changé. 

L'exploitation patronale s'intensifie chaque jour un peu plus, une vague d'austérité déferle et cherche à couler les travailleurs qui sont de plus en plus précaires, et les grands groupes capitalistes quant à eux n'ont jamais été aussi riches !

 

Nous sommes en pleine campagne électorale et le bilan de ces cinq dernières années est facile à faire. Il suffit juste de faire le constat de cette année, qui commence à peine, pour s'en rendre compte.

-> 30 400 postes de fonctionnaires supprimés en 2012 dont 14 000 rien que dans l'Education Nationale. 

-> Un chiffre record dans le Nord avec 1020 enseignants en moins.

-> Et les chiffres locaux ont alarmants : 7 postes en moins au lycée professionnel de la Mouchonnière, 3 autres au lycée Marguerité de Flandres à Gondecourt, 17 autres à la cité scolaire Beaupré à Haubourdin et des fermetures de classes dans de nombreux villages. La casse de l'Education bat des records et les conséquences sont déjà là ! Car en plus de plonger des travailleurs dans la misère et la précarité, le gouvernement nous offre une dégradation pure et simple de nos conditions d'étude ! 

D'autre part, pendant que les médias bourgeois nous saoulent avec le triple A, la crise ou les différents déboires de nos politiciens préférés, les salaires baissent et l'âge de départ à la retraite, le chômage et la précarité augmentent !

La précarité justement n'a jamais été aussi forte. Aujourd'hui plus de 15% des français vivent en dessous du seuil de pauvreté, ce qui représente plus de 8 millions de personnes, pourtant souvent salariées, dans la misère !

Et pendant ce temps là, au pays des bourgeois, Arnaud Lagardère est à la tête d'une fortune de plus de 315 millions (ou milliards, on ne sait même plus à force...) d'euros et le Groupe Total est fier de nous présenter son bénéfice record de 12,3 milliards d'euros obtenu en 2011 ! 

On se demande où est la crise ... 

 

Et la TVA augmente de 2 points, et on casse les services publics et on pourrait passer des heures à énumérer tous les coups que la droite et le patronat portent à la classe ouvrière. Les travailleurs galèrent et le patronat s'engraisse !

Mais notre quotidien on le connait. Ce qu'il faut retenir c'est que leurs logique reste toujours la même : diviser lmes travailleurs pour mieux assoir leur pouvoir et par là augmenter la misère pour augmenter les profits !

Mais c'est pourtant dans l'union des travailleurs que se trouvent la force de lutter et la possibilité de vaincre ! Nous l'avons vu aujourd'hui à Paris où 120 000 personnes étaient rassemblées sur la place de la Bastille pour lutter pour une 6ème République et pour mettre fin à un système en faillite qu'est le capitalisme ! 

melenchon-front-de-gauche-10665455dmbmq_1861.jpg

Partout les peuples s'organisent et se lèvent contre l'offensive du capital : en Grèce, en Espagne, au Portugal...la situation est partout la même !

Alors soyons solidaires avec nos camarades grecs qui luttent depuis des années, aux côtés des communistes, contre le gouvernement qui les opprime et n'attendons pas que cela s'aggrave en France !

 

C'est maintenant qu'il faut combattre. Et ce combat commençons par le mener dans les élections avec nos différents camarades candidats aux élections législatives (Bernard Debreu et Enide Antoine pour la 5ème circonscription et Nadine Savary pour la 6ème) et avec Jean-Luc Mélenchon pour les présidentielles. Le 27 mars, pour le meeting à Lille soyons nombreux ! Les Jeunes Communistes seront présents, non seulement pour soutenir notre candidat mais aussi et surtout pour discuter avec les jeunes, car c'est à nous qu'il appartient de faire changer les choses !

Mais au delà des élections, n'oublions pas que notre lutte est quotidienne. Menons la comme nous l'avons toujours menée, aux côtés des communistes et des travailleurs unis dans les luttes et dans les rues ! Souvenez vous des victoires déjà obtenues par le combat des ouvriers, comme le Front Populaire en 1936 avec les congés payés et la semaine de 40h ou plus tard le droit de vote des femmes et la sécurité sociale...et bien d'autres ! Preuves qu'en s'organisant et en luttant la victoire est possible ! 

 

Jacques Duclos avaient les mots pour exprimer la necessité d'une organisation : 

" Contre tous ces divers aspects d'une même politique nous luttons pour une politique nouvelle qui est vue de telle manière que les changements qu'elle suppose permettraient aux masses populaires de saisir sur le vif la necessité de transformation sociale encore plus profonde, la necessité du passage au socialisme comme résultat de la volonté de la majorité du peuple conscient des exigences de la situation, des besoins et des possibilités de la nation. Et c'est pour faire triompher cette politique nouvelle que nous appelons à l'union de toutes les forces ouvrières !"

 

Alors organisons nous et luttons ! Car il est temps de réaffirmer la necessité d'une société nouvelle. Les attaques du capital et l'exploitation patronale n'ont que trop duré ! Comme disais Louise Michel : "il est temps que les trois quart de l'humanité cessent de servir de pâture au quatrième quart". Alors cessons de nous laisser faire ! 

 

Battons nous pour les droits des travailleurs, pour la nationalisation des entreprises, l'égalité sociale et pour le partage des richesses ! Battons nous pour une société Communiste ! 

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 15:47

17Octobre.gif

L’État impérialiste a recours au crime raciste: souvenons-nous-en et opposons-lui l’unité des travailleurs !

 

Le 17 octobre 1961, dans les derniers mois de la guerre d’Algérie, 30.000 travailleurs algériens manifestent pacifiquement à Paris.

 

Le Front de libération nationale, le FLN, a organisé cette mobilisation pour dénoncer le couvre-feu raciste instauré à l’encontre des Algériens vivant en région parisienne, pourtant officiellement considérés comme citoyens français par l’Etat colonial.

La manifestation est réprimée avec une violence inouïe. La police frappe, tabasse, roue de coups, tire.

 

Elle jette des centaines de manifestants dans la Seine pour qu’ils se noient. Des milliers sont arrêtés, battus, sinon torturés plusieurs jours durant dans des centres de rétention. Selon les historiens, il y aurait eu entre 100 et 300 morts.

 

Le déchaînement policier a été minutieusement organisé.Il est directement le résultat de consignes précises de l’autorité, du préfet de police Maurice Papon, celui-là même qui, en tant que secrétaire général de la préfecture de la Gironde, aida à déporter les juifs de Bordeaux sous l’Occupation.

 

 Il ne s’agit de rien d’autre que d’un crime d’Etat, d’un crime de l’Etat impérialiste français.   

Les crimes des policiers du 17 octobre 1961 seront tous couverts. Les faits seront et sont encore étouffés aujourd’hui officiellement.

 

Fin 1961, l’indépendance prochaine de l’Algérie ne fait plus de doutes. Mais, l’impérialisme français entend préserver les intérêts des compagnies françaises, son accès aux ressources naturelles, au pétrole, malgré la décolonisation.

 

La guerre et la répression continuent afin de peser sur les négociations, en Algérie mais aussi en France.

Le capitalisme français entend aussi continuer à exploiter au maximum les travailleurs immigrés algériens sur le sol français et ne peut supporter leur révolte et leur organisation.


Le racisme est intrinsèque au colonialisme, au capitalisme, à l’impérialisme.

Ceux qui les combattent leur opposent l’unité des travailleurs.

 

Adversaires les plus constants et résolus du colonialisme, le PCF et la CGT, avec quelques rares autres, ont organisé l’intervention des travailleurs français pour la paix en Algérie.

 

Dans les mois suivant le 17 octobre 1961, alors que les crimes des jusqu’au-boutistes de l’Algérie française, les fascistes de l’OAS, se multiplient des deux côtés de la Méditerranée, la mobilisation s’amplifie.

 

Le 8 février 1962, la répression, organisée par le même préfet Papon, massacre 9 manifestants cégétistes dont 8 communistes au métro Charonne.

 

Comment ne pas rapprocher ces deux tragédies ?

 

Exigeons plus que jamais toute la vérité sur Charonne, toute la vérité sur le 17 octobre 1961 que les autorités continuent occulter !

 

Plus que jamais, 50 ans après, rendons hommage aux martyrs du 17 octobre 1961 et à ceux du 8 février 1962 qui luttèrent ensemble jusqu’à la mort pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 19:34

Un jour avant celui du 18 juin, oui, les communistes résistaient bien avant 1941. Sinon, pourquoi le Parti Communiste aurait-il été interdit dès 1939 ?

L’appel longtemps «oublié» de Charles Tillon du 17 juin 1940
"Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie... Et maintenant, ils livrent la France. Ils ont tout trahi.

Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler , livrer le pays entier au fascisme. Mais le peuple français ne veut pas de la misère de l’esclavage du fascisme. Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes. Il est le nombre : uni, il sera la force.

-Pour l’arrestation immédiate des traîtres
-Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, établissant la légalité du parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes,

UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !"
Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 16:56

 Soviet-Flag-Over-Reichstag.jpgDiscours de Fidel le 8 mai 1975 : « Quand les soldats soviétiques combattaient et mourraient à Léningrad ou à Stalingrad, ils luttaient pour nous aussi! »

A l'occasion des commémorations que nous, forces de progrès du monde entier, faisons du 65ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et le fascisme par la glorieuse armée rouge et la résistance du peuple d'URSS, nous publions des extraits du discours de Fidel Castro Ruz, le 8 mai 1975, quand on célébrait les 30 ans de cet événement historique qui a sauvé l'humanité (Tribuna Popular/Parti Communiste Vénézuelien)

 

Extraits du discours de Fidel Castro Ruz, le 8 mai 1975

 

« Le fascisme vient au monde précisément après la  Révolution d'Octobre; le fascisme vient au monde comme un instrument de lutte contre le marxisme-léninisme.

 

Ce furent les pays capitalistes et les pays impérialistes qui créèrent les conditions pour l'émergeance du fascisme dans le monde; et toute la campagne des fascistes, à partir du moment où ils apparurent en Europe, se dirigeait vers l'anti-communisme, vers l'extermination des communistes et vers la destruction de l'Union Soviétique.

Une fois défaite la première intervention contre la Révolution d'Octobre, commença à apparaître avec force ce courant politique néfaste en Europe. Le fascisme était l'expression la plus achevée de la pensée réactionnaire bourgeoise et impérialiste; et dès qu'Hitler apparut sur la scène publique, il déclara son intention d'attaquer un jour l'Union Soviétique, proclama ses doctrines racistes et ses idées sur l'extermination de peuples entiers, la mise en esclavage de millions d'hommes et les conquêtes de nouveaux territoires.

Il faut dire que toute l'humanité a payé un lourd tribut de ce phénomène politique, que toute l'humanité a payé très cher cette créature des bourgeois et de l'impérialisme, car le fascisme s'en est pris, en un moment bien déterminé, jusqu'aux pays capitalistes eux-mêmes.

 

Nous nous rappelons tous ces années tragiques qui précédèrent la guerre; nous nous rappelons tous la politique de conciliation avec le fascisme des pays capitalistes; nous nous rappelons tous la criminelle partition de la Tchécoslovaquie, qui fut démantelée et découpée pour satisfaire la soif d'expansion du fascisme, les exigences d'Hitler devant lesquelles ont capitulé honteusement les gouvernements capitalistes.

 

Dans le fond, la politique de ces puissances consistait à lancer le fascisme contre l'Union Soviétique, à pousser les hordes hitlériennes vers l'URSS.

Nous nous rappelons tous comment commença à cette époque la guerre: avec l'invasion de la Pologne, dont le gouvernement réactionnaire d'alors préféra les risques de l'isolement et de l'agression à la coordination de sa défense avec l'Union Soviétique.

Nous nous rappelons tous comment, après l'invasion de la Pologne, ce fut l'invasion de la Norvège, de la Hollande, de la Belgique, de la France, du Danemark. Et nous nous rappelons aussi comment les armées des pays capitalistes s'effondrèrent pratiquement sans résistance. En quelques jours, dans certains cas, et en quelques semaines pour d'autres, unes après les autres, les nations furent vaincues.

La nouvelle selon laquelle les tanks étaient à l'arrière et les bombardements aériens démoralisèrent totalement les armées bourgeoises qui furent incapables de résister à l'agression hitlérienne. Et quand les fascistes dominaient presque toute l'Europe, avec toutes les ressources et les techniques de l'économie européenne, ils lancèrent au mois de juin de 1941 l'attaque lâche et perfide contre l'Union Soviétique.

L'Union Soviétique s'est battue pour préserver la paix, l'Union Soviétique s'est battue pour rassembler toutes les forces anti-fascistes d'Europe, l'Union Soviétique n'a cessé de prêcher la nécessité d'arrêter le fascisme. Mais elle a rencontré la cécité et la surdité des dirigeants des pays capitalistes.

Que se passa-t-il, en revanche, quand eut lieu l'invasion de l'Union Soviétique? Nous connaissons tous l'épopée de Brest-Litovsk, cette forteresse qui pendant des semaines entières, quand les troupes nazies avaient déjà pénétré profondément derrière ses lignes, résista héroïquement, avec une poignée d'hommes, à la charge d'une division entière.

 

Le peuple soviétique ne se démoralisa pas, les soldats soviétiques ne se démoralisèrent jamais, même quand les tanks et les troupes ennemies avaient pénétré des dizaines de kilomètres derrière ses lignes!

Les armées d'Hitler étaient habitués à lutter contre des régimes sociaux réactionnaires, contre des régimes sociaux capitalistes, contre des armées bourgeoises. Et quand eut lieu l'attaque contre l'Union Soviétique, elles rencontrèrent pour la première fois une armée d'un type différent, des soldats d'un type différent, un peuple animé par d'autres motivations, et elles rencontrèrent dès les premiers moments une résistance farouche: les soldats soviétiques mourraient en défendant leurs positions!

Les soldats soviétiques refusaient de se rendre, les soldats soviétiques ne se déclaraient jamais vaincus! Et quand ils étaient encerclés, ils attaquaient ou contre-attaquaient pour essayer de se frayer un passage. Et malgré les coups terribles qu'ont porté les trahisons à l'ennemi, lors des premiers jours et des premiers mois de la guerre, à aucun moment ce peuple et cette armée ne se démoralisèrent.

 

L'exemple de l'Union Soviétique, et l'épopée de sa Grande guerre patriotique, démontrent, avant tout, la supériorité du système socialiste, la force du système socialiste et la force des idées marxistes-léninistes!

 

Les troupes nazies, habituées à marcher victorieuses de par l'Europe, s'enorgueillissant de leurs victoires, convaincues de l'invincibilité de leurs tactiques de guerre éclair, imaginèrent aussi que l'Union Soviétique s'effondrerait, que Leningrad et Moscou seraient prises en quelques semaines, que la guerre éclair triompherait là-bas aussi. Et toutefois, de toute part, ils rencontrèrent une résistance féroce. Ils encerclèrent même Leningrad, mais ils ne purent prendre la ville de Lénine. Et le peuple de Leningrad résista au siège fasciste pendant 900 jours!

 

Si on analyse l'histoire de toutes les guerres, il sera très difficile de trouver une ville qui ait résisté près de 900 jours. Les léningradois mourraient de froid et de faim, tombaient continuellement dans les rues bombardées par l'artillerie fasciste; mais les hommes et les femmes de Leningrad ne se rendaient pas!

 

Les troupes fascistes encerclèrent Moscou avec le gros de leurs forces... mais Moscou ne put être prise. Moscou ne se rendait pas. Moscou résistait, et ne résistait pas seulement mais contre-attaquait et passait à l'offensive.

 

Lors de la seconde année du conflit, des forces fascistes considérables se dirigèrent vers Stalingrad, l'encerclèrent, et prirent même une partie de Stalingrad. Mais les troupes soviétiques, sur les quelques centaines de mètres entre la ville et le fleuve, résistèrent. Et ils livèrent là-bas la plus grande bataille de l'histoire des guerres!

 

De nouveau, lors de la troisième année de guerre, les fascistes essayèrent de passer à l'offensive et rassembler des forces puissantes, encore une fois en direction de Moscou. Et ce fut la célèbre bataille du saillant de Koursk, qui fut un des affrontements les plus acharnées de la guerre, lors de laquelle à nouveau les troupes fascistes butèrent sur la résistance héroïque des soldats soviétiques.

 

Et puis, quand l'armée soviétique prit l'offensive, quand arriva l'heure de régler définitivement les comptes, commença l'avancée vers le territoire des fascistes. Et on écrivit des pages immortelles et glorieuses, dont ressortent l'héroïsme du soldat, le patriotisme du peuple, la supériorité de la technique, et surtout, la supériorité des principes révolutionnaires.

 

Les troupes soviétiques ne s'arrêtèrent pas tant qu'elles n'avaient pas atteinte le cœur même de l'Allemagne fasciste, jusqu'au jour où, sur la coupole du Reichstag, elles mirent la bannière glorieuse et victorieuse du peuple soviétique!

 

Comment le peuple soviétique put réagir, se remettre des coups initiaux portés par plus de 5 millions de soldats et la machine de guerre agressive la plus puissante que le monde n'ait jamais connu? Comment ce peuple put, dans le feu de cette attaque, malgré la percée profonde dans les lignes des troupes ennemies, malgré les énormes pertes matérielles et humaines, s'en remettre? Parce que si grande fut la prouesse des soldats, extraordinairement grande fut la prouesse de tout un peuple.

 

Cela s'explique, en premier lieu, par la présence d'un Parti aguerri: le Parti de Lénine, le Parti Communiste de l'Union Soviétique, organisateur de la révolution, organisateur de la construction, organisateur du peuple et des forces armées, organisateur de la défense de la patrie socialiste.

 

Ce qui est certain, historique, irréfutable, c'est que ce sont justement le peuple et l'armée soviétiques qui eurent à porter le poids fondamental et décisif de la défaite du fascisme. Ce fut le peuple soviétique qui la paya au prix fort, et qui a apporté une contribution fondamentale à la victoire. Sans cet apport, il aurait été absolument impossible de vaincre le fascisme. On ne peut comparer la participation d'aucun autre pays à celle de l'Union Soviétique.

 

Quel aurait été le destin de l'humanité? Qu'en aurait-il été de tous les peuples du monde? Qu'est-ce qu'aurait signifié l'absence de cette force, de ce bouclier? Si l'humanité n'a pas connu à nouveau les horreurs d'une guerre mondiale, elle le doit à la politique de paix et à la puissance de l'Union Soviétique.

 

La défaite du fascisme créa des conditions nouvelles pour le monde entier. Avant la Seconde guerre mondiale, si on regardait les cartes de l'Afrique, on ne trouvait pas un seul peuple libre sur le continent africain; si on regardait le continent asiatique, nous voyions qu'il existait bien peu de peuples qui n'étaient pas colonisés sur ce continent; si on regardait à l'Amérique Latine, nous la voyions absolument dominée par l'impérialisme yankee. Une poignée de puissances se divisait le monde, le mettait en esclavage et l'exploitait.

 

Parce que quand les soviétiques luttaient et mourraient à Léningrad, à Moscou, à Stalingrad, à Koursk, à Berlin, ils luttaient et mourraient pour nous aussi! Ses héros sont aussi donc les nôtres. Ses martyrs sont aussi nos martyrs. Son sang est aussi notre sang!

 

La cause de la révolution et du socialisme avance victorieusement, la cause de Marx, Engels et Lénine, la cause d'Ho Chi Minh, la cause de Marti et de Maceo, de Camilo et du Che, la cause de tous les révolutionnaires, la cause des marxistes-léninistes, la cause du socialisme, la juste cause du communisme. Et de la contribution extraordinaire que le peuple soviétique a donné à cette cause de l'humanité, les peuples du monde en seront éternellement reconnaissants! »

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 01:06

http://img227.imageshack.us/img227/1745/chtilnine.jpg

 

 Merci à l'Action Antifasciste.


Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 06:26

http://profile.ak.fbcdn.net/object2/1068/120/n10150142191485603_5549.jpgEn ce jour où Jean Ferrat est enterré dans son village au cœur de l’Ardèche, Le Mouvement des Jeunes Communistes de France souhaite exprimer toute son émotion.

En effet, Jean Ferrat restera ce poète fidèle à ses engagements durant toute sa vie. Les paroles de ses chansons raisonneront toujours comme des messages de paix et d’espoirs pour tous ceux qui luttent et qui veulent croire en un autre monde. Nous saluons le chanteur populaire qui mit en chanson de grand poètes comme Aragon et qui ne cessa jamais de défendre ses idéaux.

 

Il restera pour les jeunes communistes celui d’une France qu’il chanta solidaire, combative et populaire loin aujourd’hui du débat, nauséabond et libérant la parole raciste, sur l’identité nationale. Celle d’une France « pour la lutte obstinée de ce temps quotidien ». Celui qui n’était « qu’un cri » portait, toutes générations confondues, les espoirs, les colères du peuple et accompagnera toujours en chansons les combats qui restent à mener.


Pierric Annoot Secrétaire général du MJCF

 

http://img696.imageshack.us/img696/9274/jeanferrati.jpg

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 13:14
Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 21:16

Plusieurs dizaines de milliers de Cubains se sont rendu sur le mémorial de Juan Almeida Bosque, après son décès.

Né à la Havane en 1927, Juan Almeida Bosque participe le 26 Juillet 1953 à l'attaque de la Caserne Moncada à Santiago de Cuba, qui marque le début de l'insurrection populaire contre la dictature de Fulgencio Batista. Ouvrier dans le batiment, Juan Almeida était un révolutionnaire de la première heure, son combat était celui de la liberté de tous les travailleurs cubains et de la lutte contre l'impérialisme américain qui faisait rage sur l'île avant l'avènement de la révolution.

Après avoir passé des années en prison suite à l'attaque de la caserne, il est l'un des fondateurs avec Fidel Castro et Che Guevara de l'armée rebelle qui renversera le dictateur Fulgencio Batista en 1959. Créée en 1956, l'armée rebelle qui débarqua à bord du célèbre bateau "Granma" était exemplaire. Les guérilleros qui la composait combattaient avec rage les soldats de la dictature tout en apportant leur aide aux paysans ,aux ouvriers et en soignant les soldats (même ennemis!) blessés au cours des combats. Car si la révolution a pu triompher en 1959 contre la tyrannie de Batista, c'est que des milliers de paysans, d'ouvriers se sont organisés au sein de l'armée rebelle et que ces milliers de soldats, comme l'était Juan Almeida, ont agit avec un respect sans faille, vis à vis du peuple Cubain.

Ecrivain, poète et compositeur , il a  été le relais des revendications populaires. Partisan de la réforme agraire,  se battant contre l'embargo imposé par les Etats-Unis depuis 1962. Almeida Bosque, membre fondateur du Parti Communiste Cubain et député à l'assemblée national a toujours su pour quoi et pour qui il se battait. Pour l'émancipation des travailleurs du monde entier, pour la liberté, pour l'égalité, pour la Justice.
Pour le Communisme.

Son combat, comme celui de tant d'autres révolutionnaire se doit d'être connu. Il n'est pas terminé. 

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Histoire - personnalité
commenter cet article
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 23:05

Il y a trois mois, nous vous invitions à une conférence d'Annie Larcroix-Riz co-organisée par la branche étudiante du mouvement Jeunes Communistes, l'UEC Lille.

Pour retrouver le lien de l'invitation :
http://mjcf.pevele-melantois.over-blog.fr/article-23213207.html




Voici, la vidéo de la conférence.


Repost 0