Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 12:35

http://img.over-blog.com/630x470-000000/1/06/88/68//Journee-Militante/IMGP0203.JPGCe lundi, rendez vous était donné pour préparer les prochaines mobilisations.


Impression de l'Offensive, rappel, réunion, préparation de banderoles et  de pancartes révolutionnaires, le tout dans une ambiance militante et fraternelle.


Retrouvez l'album photos de la journée militante d'hier, une journée qui en appelle d'autres et qui ouvre la voie à de grands cortèges massifs et combatifs contre le capitalisme, notamment lors du rassemblement à Seclin le Samedi 26 Juin.

 

 

http://img.over-blog.com/630x470-000000/1/06/88/68//Journee-Militante/IMGP0224.JPG

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Vie de la Section
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 19:10

http://www.nord.pcf.fr/local/cache-vignettes/L210xH279/arton1751-f860f.jpgLa traditionnelle journée de détente et d'action des communistes du Nord se déroulera le Jeudi 26 Aout 2010.


Comme tout les ans, les communistes du Nord permettent à des milliers de familles issues des milieux populaires de voir la mer  et de partir en vacances pendant une journée.


Comme tout les ans, ce sont des centaines de bus qui partent des sections de tout le département.


Comme tout les ans, la journée sera marquée par de forts moments de luttes autour de concerts militants et de metting.


Vous y retrouverez les militants de notre Section du Pévèle Mélantois.


Nous vous adressons dès aujourd’hui l’affiche 2010, réalisée par Babouse.


Pour toutes informations, réservations, contacts ou autres :

Tanguy : 06-76-40-24-58

 Sophie 06-99-34-08-00

Clément 06-66-09-09-12

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Vie de la Section
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 17:57

Le droit à la retraite, j'y tiens !

Je le défends !

Rassemblement le Samedi 26 Juin

11h Place Saint Piat

SECLIN

austerite-copier.jpg

La jeunesse Communiste du Pévèle Mélantois sera présente, drapeaux à la main, et prendra la parole lors du rassemblement.

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Retraites
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 18:18

Devant le succès grandissant de notre journal de Section l'OFFENSIVE, deux personnalités du Parti Communiste Français ont tenu à nous manifester leur soutien avec une séance spéciale de dédicaces militantes.

 

Avec Alain Bocquet, Député du Nord et Eric Corbeaux, secrétaire fédéral durant 7 années du PCF Nord et responsable national du PCF

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs608.snc3/32036_128113867218227_100000588427849_235814_7882935_n.jpg

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs608.snc3/32036_128113860551561_100000588427849_235813_7946615_n.jpg

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs608.snc3/32036_128113877218226_100000588427849_235815_5368847_n.jpg


LISEZ LE, DISTRIBUEZ LE, POPULARISEZ LE

FAITE DE L OFFENSIVE UNE ARME SANS CONCESSION FACE A LA CLASSE DOMINANTE

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans L'OFFENSIVE
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 08:58

Voici l'appel à manifester lancé par l'Association France Palestine Solidarité, partenaire de la Jeunesse Communiste avec laquel notre Section à travaillé pour monter notre concert de Solidarité dans le cadre de notre combat pour la libération des prisonniers politiques Salah Hamouri et Marwan Barghouti.

  

http://www.nord-palestine.org/agenda.htm#sanctions


http://lille.indymedia.org/local/cache-vignettes/L212xH300/free_flotilla_poster_300_0-140b0.jpgL’agression meurtrière par l’armée israélienne, préméditée et sauvage, dans les eaux internationales contre la « flottille de la liberté » a causé 19 morts et plusieurs dizaines de blessés. Des centaines de bénévoles, élus, militants internationaux ont été arrêtés, et emprisonnés. C’est un acte de piraterie sanguinaire, commis au mépris de tous les règlements internationaux.

 

Les bateaux, affrétés par des organisations non gouvernementales, s’étaient donnés pour mission de rompre le blocus de Gaza imposé par Israël depuis quatre ans. Il s’agissait d’apporter exclusivement des médicaments et des produits de première nécessité que l’Etat israélien interdit à un million et demi d’habitants plongés dans la misère.

Cette agression prolonge le massacre de décembre 2008/ janvier 2009, relevant selon le juge Goldstone de « crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité ». Nous ne pouvons accepter que ce crime reste une fois de plus impuni. Les protestations non suivies d’effet sont intolérables : elles laissent à Israël un permis de tuer illimité.


Nous exigeons :

· La libération immédiate de toutes les personnes kidnappées par Israël sur la « flottille de la liberté ». La cargaison humanitaire doit être livrée à Gaza.

· Que la France intervienne, auprès d’Israël pour la levée immédiate et sans conditions du blocus de Gaza, et pour que le Rachel-Corrie puisse rejoindre Gaza

· La traduction des criminels de guerre israéliens devant le tribunal pénal international.

 

L’impunité pour Israël, çà suffit. Dès maintenant le gel de l’accord Union/européenne/Israël doit être appliqué. C’est un élément d’un dispositif de sanctions, auxquelles Israël ne doit pas échapper.

 

Ce n’est pas de gémissements dont a besoin le peuple palestinien, mais de justice. Elle passe par l’application de ses droits nationaux.

 

Aussi les associations, syndicats, formations politiques signataires engagent un processus de boycott/désinvestissement/sanctions contre Israël. Elles appellent à une :

 

Solidarité avec les peuples,

Affirmons notre rejet total de la barbarie impérialiste et de ses crimes

Manifestation à Lille le dimanche 6 juin

Rendez-vous à 11 h métro Wazemmes


Premiers signataires AFPS Nord-Pas de Calais, : UJFP, IJAN, Communauté palestinienne du Nord, Ligue islamique du Nord, Rassemblement des Mosquées du Nord, ARD, CMF, IDM, CSP 59, Collectif Afrique, LDH, MRAP, Génération Palestine, Enfants de Palestine, Comité Libérez Les, Comité Solidarité Basque, Voie Démocratique, Les Gens d’Hellemmes, Mémoire vive, UD CGT Nord, FSU 59/62, Coordination communiste, PCF, UJCF, les Verts, MJCF, NPA, URCF.

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:08

 Interview à Liudmila Álamo Dueñas, Première Secrétaire de l’UJC

 

http://www.boxsociety.com/wp-content/uploads/2010/04/ujc-logo.jpg

Sébastien Madau : – Quels ont été les défis de ce IXème Congrès de l’UJC ?


Liudmila Álamo Dueñas : Le premier défi du Congrès de l’UJC* a d’abord été celui du contexte historique dans lequel il s’est déroulé, marqué par une crise générée par le système capitaliste qui met en danger l’existence même de l’espèce humaine, avec ses conséquences inévitables pour notre pays soumis au blocus assassin des USA qui dure depuis plus d’un demi-siècle, et au passage dévastateur de trois ouragans qui ont causé quelques 10 milliards de dollars de dégâts.

Aussitôt qu’on se place dans ce contexte on comprend facilement les défis complexes et fondamentaux auxquels est affrontée notre génération et qui se sont manifestés au Congrès, car nous n’avons jamais perdu de vue l’essentiel ; la ligne conductrice accompagnant tout le processus, avant et durant le Congrès lui-même : perfectionner notre socialisme, c’est-à-dire être plus efficaces et plus productifs ; les débats ont porté, en majorité, sur les moyens de renforcer le fonctionnement interne de notre organisation, de la rendre plus dynamique, créative, authentique afin qu’elle ne représente pas seulement ses militants mais aussi toute la jeunesse cubaine, que nous soyons en capacité d’analyser nos problèmes et de proposer des solutions, certes pas toujours faciles, mais il s’agira de nos solutions, bien éloignées de recettes, qui nous ramèneraient ouvertement ou sournoisement vers le capitalisme avec son cortège d’inégalités et d’égoïsmes que nous connaissons bien, surtout pour les plus jeunes.


SM : – La jeunesse cubaine d’aujourd’hui, est-elle consciente qu’elle a un rôle à jouer dans la continuité du processus révolutionnaire ?


LÁD :Nous pouvons dire qu’elle en est totalement consciente et c’est pour cela que le IXème Congrès a été guidé par la devise «  tout donner pour la Révolution » et nous préparer à faire avancer peu à peu et sans discontinuité ce processus, comme c’est le cas pour tout processus révolutionnaire ,car si vous analysez notre histoire, vous vous apercevrez que cette transition générationnelle est en route depuis longtemps. Décennie après décennie, les nouvelles vagues de jeunes ont assumé des rôles importants dans la société et aujourd’hui cela continue.

Il s’agit d’un processus linéaire et sans rupture ; dans nos idées il y a celles de Fidel, de Raúl, de notre Parti, qui à leur tour synthétisent celles de Martí et d’autres personnages illustres qui ont nourri l’histoire de cette nation ; cependant, nos ennemis s’entêtent à chercher une rupture qui n’existe pas, et tentent de nous séparer de la génération historique qui a donné naissance à cette œuvre, chose totalement absurde, car il est impossible d’imaginer que tout ce qui est acquis aujourd’hui puisse être l’œuvre d’une poignée d’hommes et doive s’arrêter à la mort de ceux-ci. Ces hommes, de même que beaucoup d’autres qui ne sont plus parmi nous physiquement, nous laisseront leurs idées, les méthodes et l’expérience qui sont des armes très puissantes entre les mains des révolutionnaires.

Depuis toujours, partout où elle s’est investie, la jeunesse construit au quotidien l’œuvre collective avec un grand sens de l’humanisme, de l’anti-impérialisme et de la solidarité, qui a fait la grandeur de ce pays depuis plus d’un demi-siècle.


SM : - La jeunesse cubaine d’aujourd’hui a-t-elle des doutes ou des soucis sur l’avenir ? Si oui, lesquels?


LÁD : En tant que révolutionnaires nous sommes obligés de nous inquiéter pour l’avenir, nous ne pouvons pas rester indifférents, mais nous ne sommes pas inquiets sur le plan catastrophe et négatif comme veulent le semer chez-nous les oiseaux de mauvais augure de l’impérialisme, nos préoccupations ont un objectif différent, notamment celui pour la recherche de solutions aux situations complexes du monde dans lequel nous vivons et dans celui où nos enfants devront vivre, un monde menacé par les dangers qui mettent en péril la vie sur la planète, qui n’appartient pas qu’aux riches, même s’ils pensent le contraire

Nous nous faisons du souci pour l’environnement, pour l’impact des changements climatiques sur des pays comme le nôtre ; nous sommes préoccupés par le blocus US contre notre île, qui a de lourdes conséquences sur  notre qualité de vie et notre développement économique, et du sort de nos cinq frères anti-terroristes, que la haine envers nous a fait emprisonner dans les geôles US ; nous sommes soucieux des moyens permettant de faire grandir la conscience du travail et de l’efficacité dans notre société.

Comme on peut l’observer, beaucoup de choses nous préoccupent, mais nous nous en occupons et nous le faisons en sachant bien quelle est la direction à prendre et elle n’est rien d’autre que celle du socialisme. Nous ne sommes pas exempts d’erreurs de jugement, mais nous luttons pour y remédier.

Nous sommes également soucieux du destin de l’espèce humaine; nous serions égoïstes de ne penser qu’à notre bout de pain. José Martí, le héros national de Cuba disait : “La Patrie c’est l’Humanité”, nous, nous sommes très engagés pour la survie de l’être humain, et contre l’abîme au fond duquel le capitalisme mondial l’a jeté. Les crises économiques et environnementales, la xénophobie et le racisme, l’exploitation de l’homme par l’homme, les sociétés de consommation irrationnelles peuvent nous mener au chaos et à l’autodestruction.


SM : - Quelquefois certains jeunes Cubains, professionnellement de haut niveau, comme les médecins et les professeurs, se sentent frustrés à cause de leur bas salaire qu’ils reçoivent pour leur travail. Ceux qui travaillent dans le tourisme et qui souvent n’ont pas un niveau culturel aussi élevé ont une meilleure situation. Est-ce que ces situations où le niveau de vie est en désaccord avec  un niveau culturel et professionnel élevé ont été discutées au cours des débats au Congrès ?


LÁD : Comprendre les contradictions actuelles de l’économie cubaine c’est d’abord prendre en compte les limites que nous impose le blocus nord-américain, qui constitue le principal obstacle à notre développement ; son impact sur notre économie et notre commerce, l’effondrement du camp socialiste, la situation actuelle de crise économique et financière et ses effets sur Cuba, nous ont obligés à développer une économie de résistance, ce qui explique ces particularités, incompréhensibles si l’on n’analyse pas tous ces facteurs et si l’on ne connaît pas Cuba sous tous ses aspects.

Pour tout cela notre Congrès a placé l’économie au centre de sa problématique ; dans tous les secteurs productifs à Cuba on peut voir des visages jeunes et c’est dans ces endroits où l’on travaille pour trouver la solution à ces contradictions, qui n’auront pas de recettes magiques, donc nous sommes conscients de la nécessité d’augmenter la production, la productivité, l’efficacité, réduire les coûts, économiser les ressources dont nous disposons et travailler dur, pour augmenter nos recettes de façon à contribuer à une économie plus équilibrée et nécessairement socialiste.

Il faut savoir que même en luttant contre ce type d’anomalies économiques et financières, ici, nous n’avons jamais fermé une seule école ni un seul hôpital, nous n’avons jamais diminué les pensions de retraite et personne ne s’est retrouvé au chômage, c’est un mérite qui nous revient, car il aurait été très facile d’assainir l’économie à la manière néolibérale, mais dans notre société [cubaine] nous ne concevons pas de le faire au détriment du social.


SM : – Quel est le sentiment de la jeunesse cubaine sur la thématique de la migration ?


LÁD : Nous l’appréhendons comme un phénomène mondial et donc, logiquement, Cuba n’y échappe pas, toutefois dans notre cas il est profondément politisé, à tel point qu’en 1966 le gouvernement US a voté la Loi d’Ajustement Cubain, garantissant un traitement spécial aux Cubains qui émigrent afin de stimuler une hémorragie alimentée par des sorties essentiellement illégales. Cette loi garantit de scandaleux privilèges à tout citoyen de cette île qui parvient à fouler le sol de leur pays, peu importent les méthodes ou les voies empruntées, et sans chercher à savoir s’il s’agit d’un délinquant ou d’un terroriste. Nous serions curieux de voir ce qui se passerait si cette loi était étendue à toute l’Amérique Latine et à tous ses autres jeunes. Pour eux, c’est juste le contraire, des murs sont érigés à la frontière avec le Mexique et des lois racistes sont votées en Arizona.

Toutes les transnationales de la presse et les médias en général, amplifient ce phénomène. Elles ont travaillé avec enthousiasme à créer l’image d’une Cuba antidémocratique, que ses enfants fuient (les Cubain(e)s fuient, les autres émigrent) et elles jettent le trouble en montant en épingle tout Cubain qui arrive en « terre promise » ; elles utilisent la même stratégie pour discréditer la Révolution cubaine et exercer ainsi une pression pour nous détruire. Notre jeunesse n’ignore pas les nuances lamentables de la migration, le flux migratoire universel du Sud vers le Nord, pour des raisons  économiques, ne nous est pas épargné, ce facteur économique est bien plus important que le facteur politique et nous sommes parmi les premières victimes de la fuite des cerveaux et des talents sportifs et culturels. C’est une sorte de pillage effectué par le capitalisme développé qui cause d’énormes dégâts au Tiers monde.


SM : - Quelles sont les aspirations de la jeunesse cubaine en ce qui concerne les  voyages et la découverte du monde ?


LÁD : Je crois qu’il s’agit des mêmes aspirations que celles de n’importe quel jeune dans tous les coins du monde, c’est quelque chose qui est propre à l’être humain, ce désir de connaitre d’autres lieux, mais c’est triste que des millions d’êtres humains passent toute leur vie sans sortir de leur coin, en parvenant juste à survivre, alors qu’une minorité voyage pour le plaisir, et que même certains paient des fortunes pour aller dans l’espace.

De nombreux Cubain(e)s se rendent à l’étranger pour rendre visite à un ami, à leur famille, ou pour se perfectionner ou pour un événement professionnel, et des dizaines de milliers d’autres offrent une aide solidaire à d’autres nations, comme les médecins volontaires ou d’autres professionnels.

Nous avons aussi abordé ce sujet dans les commissions de travail du Congrès. La presse capitaliste, ennemie de Cuba, diffuse constamment que les jeunes Cubain(e)s ne peuvent pas voyager, accréditant ainsi l’idée qu’ici le gouvernement « garde prisonniers les citoyens ». S’il s’agit de la connaissance du monde, hé bien, paradoxalement, nous, les jeunes Cubain(e)s, sommes des privilégie(e)s, j’ai déjà dit pourquoi, mais n’oublions pas que nous sommes un pays sous-développé, lourdement frappé par le blocus économique et politique, et qu’aujourd’hui nos priorités sont notre travail au jour le jour pour aller de l’avant, et que les ressources individuelles et collectives sont utilisées pour des besoins ponctuels.


Interview réalisé par Sébastien Madau.
Le 15 avril 2010

*UJC : Union de la Jeunesse Communiste

source : http://moncada26.canalblog.com/

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 20:53

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs533.snc3/30267_1196842020656_1816659180_379390_7549035_n.jpgLa bataille des idées se mène partout, y compris sur les murs.

Pour ce faire, notre Section colle régulièrement sur Seclin et aux alentours, afin de reprendre possession de l'espace, des rues, des murs et pour diffuser notre propagande !

 

Voici quelques photos du dernier collage militant en date.

 

Alors, afin de ne pas laisser les murs aux fascistes et aux capitalistes.

Pour faire vivre le militantisme révolutionnaire partout dans nos quartiers

REJOIGNEZ LA JEUNESSE COMMUNISTE

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Vie de la Section
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 13:38

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/gazafree.blogspace.fr/images/gd/1231576497/TERRE-ET-PAIX.jpgRassemblement pour la palestine et contre les crimes de l'impérialisme, dont les derniers en date sont le massacre des humanitaires qui s'opposaient au blocus injustifiable de Gaza.


Rendez vous à 18h30 ce soir, grand place de Lille !

 


L’assaut a été donné dans les eaux internationales et l’Etat Israélien fait état d’au moins 16 morts et 30 blessés. Cette attaque visant à s’opposer à la solidarité internationale pour contrer le blocus de Gaza n’est pas seulement un énième acte de barbarie contre le peuple palestinien mais une preuve supplémentaire du mépris d’Israël envers le droit international et la justice.

Le Mouvement Jeunes Communistes de France exprime sa solidarité et sa douleur aux familles et proches des victimes de cette attaque. Nous exprimons une fois de plus notre solidarité envers le peuple palestinien et nous soutenons son combat pour la liberté et la construction d’un état Palestinien viable, son combat contre les forces impérialistes. 

La France et L’Union européenne sont complices de l' Etat d'Israël qui bafoue les valeurs fondamentales de l’humanité.

Pour notre part nous continuerons notre campagne pour que la souveraineté du peuple palestinien soit enfin respectée, pour que les prisonniers politiques soient relâchés, notre combat internationaliste contre l'oppression des peuples !

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 20:39

Le texte "Affirmer notre objectif,  la révolution",  a été écrit par notre Section à l'occasion du dernier congrès du MJCF, et a été partagé et signé par de nombreux jeunes Communistes. Il a également été adopté en Conseil Départemental du MJCF59.
En voici les principales parties disponible.

AFFIRMER NOTRE OBJECTIF - LA REVOLUTION


    http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs284.snc3/27881_1177436935541_1816659180_341539_1534231_n.jpgLa jeunesse communiste a cette année 90 ans. 90 années de luttes, d'avancées mais aussi de souffrance et d'attaques. Aujourd'hui, nous souffrons des attaques de la classe dominante qui veut mettre notre discours aux oubliettes, nous anéantir de l'histoire pour anéantir l'espoir et la volonté de combat des exploités. Le système capitaliste a dernièrement multiplié les licenciements, accentué les précarités et continue de maintienir le monde du travail et la jeunesse dans une situation honteuse face aux potentialités du monde.


    Face à cela, notre organisation doit défendre et expliquer constamment aux travailleurs et aux jeunes, que la société est divisée en classes et que ces classes sont opposées. Nous devons l'affirmer, c'est le capitalisme qui génére l'exploitation des travailleurs mais aussi l'ensemble des maux de notre société.

La classe des travailleurs et la classe capitaliste : Des intérêts non conciliables.


    La classe capitaliste ou bourgeoise s'est formé avant la révolution française, dans les villes, ou elle était dominée. La révolution française a détruit l'ancienne société féodale et la bourgeoisie s'est hissée à la tête d'une nouvelle société: La société capitaliste. Cette société est batie sur la propriété privée des moyens de production.
    En à peine plus de deux siècles de sa domination de classe, la classe capitaliste a créé des forces de productions plus imposantes et plus colossales que toutes les générations précédentes réunies. La domestication des forces naturelles, le machinisme, les applications de la chimie à l'industrie et à l'agriculture , l'aviation, internet ...
    Au développement de la bourgeoisie, répond le développement d'une nouvelle classe: La classe des prolétaires. Les travailleurs ne vivent que tant qu'ils trouvent du travail et ils ne trouvent du travail que tant que leur travail augmente le profit des capitalistes. Les travailleurs sont une marchandise et sont donc soumis comme tout article du commerce , à la concurrence et aux  mécanismes du marché capitaliste.

     Ce qui fait le capitaliste, ce n'est pas qu'il soit bon ou mauvais, bien élevé ou grossier, c'est sa fonction dans ce système : on ne peut être capitaliste sans exploiter les travailleurs.

 C’est cela qui nous permet d’analyser les rapports de production entre le patronat et les travailleurs. les travailleurs vendent leur force de travail afin de subvenir a leurs besoins, c’est ce besoin qui conditionne l’existence même du capitaliste, le travailleur n’ayant d’autre choix va « se vendre » au patron ou tout du moins il va vendre sa force de travail contre un salaire.
    Et c’est là que le capitalisme nous montre toute sa nature : alors que le capitaliste profite de la richesse produite dont il est le seul bénéficiaire, le salarié lui est soumis à la concurrence des autres travailleurs sur le marché de l’emploi et doit se soumettre aux exigences patronales dont l’objectif est d’avoir une main d’œuvre toujours plus bon marché pour augmenter son profit. Tout cela constitue le moteur de la lutte des classes, le travailleur est exploité par le détenteur des moyens de production et lui permet d’accumuler toujours plus de capital alors que lui est condamné à se soumettre à l’autorité du capital.
    Le patronat sous prétexte de faire toujours plus de profit, exploite toujours plus les salariés dont les conditions de travail et d’existence sont conditionnés par cette classe et ce système.
     La coexistence entre notre classe et la classe capitaliste est impossible car nous avons des intérêts antagonistes, seuls les travailleurs et le peuple doivent organiser la production pour produire non plus dans l’intérêt d’une seule personne, mais de tout la communauté. Ce sont les travailleurs qui produisent toute la richesse de notre pays et cette richesse doit nous profiter. Cela passe bien sur par la hausse des salaires, mais aussi par l’acquisition de services publics plus fort et aussi par l’acquisition de droits nouveaux pour les travailleurs futurs, présents et anciens. Ces progrès, nous devons l’affirmer, ils ne seront pas possible dans une société capitaliste.
Pour cela il ne suffit pas de quelques paroles bien pensantes ni de quelques manifestations encadrées par un cortège de CRS garant de la stabilité capitaliste.
    Ce que l’on nomme la révolution n’est rien d’autre qu’un changement brusque et en profondeur qui bouleverse l'ordre établi de façon radicale. Les exemples sont nombreux dans l’histoire de révolutions ayant tentées de détruire la société capitaliste.
    Mais la démarche révolutionnaire ne peut s’enclencher sans une organisation collective préalable des travailleurs et sans la diffusion de l’esprit révolutionnaire au sein de la société. Ce travail de conscientisation et d’organisation passe par le rassemblement des travailleurs au sein d’une organisation d’Avant-garde de la révolution notamment pour la jeunesse : La Jeunesse Communiste. Il nous faut conscientiser la jeunesse et l'organiser dans une perspective révolutionnaire.
     Ne nous le cachons pas, la prise de contrôle des moyens de productions par les travailleurs ne peut-être l’oeuvre d’un Etat quelconque et ne se fera pas en douceur, car le système aura toujours tendance à s’auto-protéger (repression policère, armée), l’exemple de la Commune de Paris en 1871 ou même de Mai 68 en sont la preuve. Les travailleurs devront constituer une résistance populaire et tenter de retourner les armes de la bourgeoisie contre elle même tout en diffusant les idées révolutionnaire du communisme. Pour cela, il faut encourager les travailleurs à s'organiser dans leurs organisations politique et syndicale.

Mener la guerre de classe, un devoir non négociable !

     Pour maintenir son pouvoir, la Bourgeoisie misait historiquement essentiellement sur la violence pour réprimer les luttes ouvrières. L'histoire du mouvement ouvrier est jalonnée d'exemples sanglants qui illustrent de sinistre façon, la férocité de la classe dominante sur ses exploités. De nos jours, bien qu'elle n'ait rien perdu de sa nature rétrograde et de sa férocité lorsque ses intérêts sont en jeu, elle ne peut plus user, comme bon lui semble, des moyens répressifs sur lesquels elle a fondé sa domination.
    Au prix d'une lutte opiniatre pleine de sacrifices, les travailleurs de notre pays ont conquis, pied à pied, des droits, des libertés syndicales et démocratiques qui ont progressivement limité la possibilité, pour la bourgeoisie, de sévir par la violence contre le mouvement ouvrier et ceci bien que la lutte des classes n'ait cessé de s'exacerber au rythme du développement des contradictions dont le système capitaliste est irrémédiablement accablé.
    Il reste que les conditions de la lutte des classes, aujourd'hui, donnent de plus en plus d'importance à la bataille des idées.
Ainsi, en tant que communiste et pour atteindre nos objectifs, il faut se positionner de manière claire dans les débats indispensables qui surgissent lorsqu'on combat le capitalisme.
     Il faut donc marcher à contre courant des idées dominantes qui ne sont que celles des capitalistes et réhabiliter un discours offensif : classe contre classe et non « hommes et femmes » contre « hommes et femmes » « occidentaux » contre « orientaux », « riches » contre « pauvres » ou « jeunes contre Sarkozy ». C’est la seule manière de former une génération militante et prête à relever le défi révolutionnaire. Car si nous ne donnons pas de boussole à la jeunesse, si nous enfûmons ses idées en créant de multiples divisions artificielles, elle ne peut trouver la route de la révolution.

Être révolutionnaire, c'est l'affirmer haut et fort .
Il ne suffit pas que quelqu'un prétende changer la société pour que ce soit vrai. Il ne suffit pas de se dire révolutionnaire pour l'être, de lancer des mots pour exprimer réellement la chose. Sous le vernis plus ou moins flatteur, il vaut mieux s'assurer de la solidité de la planche.  Et nous devons avoir conscience que nous sommes l'organisation capable de mener ce combat contre la Bourgeoisie, et il faut nous démarquer chaque jour des divers groupuscules gauchistes qui aboient sur le bord de la route sans empêcher la caravane du capitalisme d'avancer.

Ainsi, au moment ou diverses luttes surgissent et s'entrechoquent, il est nécessaire de rappeller les processus à l'oeuvre au carrefour de tout les enjeux. Il est nécessaire de les rappeller et de les asséner avec force dans chacune de nos actions, c'est notre rôle de communiste : faire vivre et gagner la guerre idéologique !

Favoriser la conscience de classe par un discours clair !


Dernièrement, pas mal de propagande de droite infiltre les organisations ouvrièes en remettant en cause l'unité des travailleurs et leur rôle dans le processus révolutionnaire. Embourgeoisement, tertiarisation, division, éclatement des collectifs..
De même manière, que d'efforts ne fait-on pas pour embrouiller la notion de prolétariat.
Pour certains il s'est embourgeoisé. Qu'est ce donc qui fait le prolétariat ? Sa manière de s'habiller ? De se transporter ? De laver son linge ? De conserver ses aliments ?  C'est pourtant ce que semblent penser ceux qui le dise embourgeoisée
A ce compte, lorsque les travailleurs sont passés de la lampe à pétrole à l'électricité ils commençaient à s'embourgeoiser

    Ce qui  fait le travailleur, c'est sa position dans la production : le fait qu'il est écarté de la propriété des moyens de production et qu'il est obligé pour vivre de vendre sa force de travail aux propriétaires des moyens de productions qui l'exploite. Les fruits de notre travail ne nous appartiennent pas, pas plus qu'à la société, ils appartiennent à la minorité d'exploiteurs ce qui rend impossible d'utiliser les richesses pour nos droits, nos vies, nos besoins.

C'est en cela que les prolétaires sont en conflit fondamental et permanent avec la classe exploiteuse aussi bien pour ses intérêts quotidien que pour son avenir.

Ce que le capitalisme, tel qu'il est devenu de nos jours a changé, ce n'est pas la nature de  la classe des travailleurs, ni son rôle. Il la renforce en faisant passer dans ses rangs de nouvelles couches de travailleurs, en rapprochant d'autres catégories dont ils piétine les intérêts et en faisant apparaître plus clairement que jamais qu'il est un régime du passé, l'entrave principale et révoltante au progrès de la société toute entière.

En réalité la lutte des classes n'est pas une invention ni un choix, c'est la constatation d'une réalité, c'est le mode d'existence inévitable d'une société divisée en classes aux intérêts radicalement opposés comme l'est la société capitaliste.
Les patrons la pratique pour maintenir leur domination par la violence ou la ruse. Les travailleurs la mènent pour ne pas être écrasés et pour conquérir leur émancipation.
Le problème c'est de comprendre les conditions réelles et actuelles de cette lutte, la nature de l'adversaire, et de comprendre comment  les travailleurs peuvent parvenir à leur émancipation

Il faut le dire, l’affirmer, le porter partout dans notre militantisme et nos discours. C’est la condition indispensable pour que le vécu des travailleurs les poussent vers notre organisation et vers la révolution.

Affirmer que la propriété privée des moyens de production est au cœur de tout les maux !


Les meilleurs intentions du monde n'y font rien. Parler de changer la société sans toucher à la propriété des secteurs clés de l'économie et sans s'occuper du pouvoir d'état, quelque soit la formule employée, c'est donner du rêve aux travailleurs et maintenir le capitalisme.
Esquiver ces questions et chercher des îlots de solutions inventées de toutes pièces en ne touchant pas à l'essentiel équivaut à essayer de traiter de soigner un cancer en allant chez un cordonnier.

Montrer un cap à la jeunesse : le socialisme


Pour que la jeunesse se sente intégrer à la lutte politique pour son émancipation, il faut lui donner une raison de croire, affirmer les processus d’exploitation à l’œuvre en les appelant par leur nom, et en montrant leur réalité concrète. Il faut également proposer le chemin à suivre, c’est le devoir de notre organisation. La perspective et l’exigence de la jeunesse, c’est le socialisme.
Et la condition fondamentale du socialisme c’est la propriété collective des principaux moyens de production et d'échange et l'exercice du pouvoir d'état par le peuple.
Ces deux données ne suffisent pas à résumer le socialisme mais elles en sont le point de départ, sa base indispensable. Sans elles, il n'y a pas de socialisme possible, mais seulement du bavardage sur le socialisme. Et le devoir de notre organisation c’est de construire ce socialisme et de créer les conditions de son arrivée. C’est faire vivre la lutte des classes, car faire tourner la roue de l’histoire, c'est une perspective actuelle, une exigence des temps modernes. Ce n'est en aucun cas un enjeu du passé comme certains veulent nous le faire croire. Ceux qui pensent que la lutte pour le socialisme et la lutte des classes appartiennent au passé font le jeu de la droite. La lutte pour le socialisme est un espoir et un stimulant pour les travailleurs d'aujourd'hui et leur jeune génération. 

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans MJCF
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 19:19

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs556.snc3/30426_425715677789_594077789_5436986_3760555_n.jpgCe dimanche avait lieu la braderie de Gondecourt, petite braderie de quartier à laquelle nous avons participé à partir de 7heures du matin.


Notre présence massive aura permis de diffuser plusieurs centaines de numéro de l'OFFENSIVE, véritable arme de propagande dans la bataille des idées qui nous oppose à la classe dominante.

 

Nous avons pu aussi faire connaitre notre bataille sur SALAH HAMOURI vià notre pétition pour que Salah soit citoyen d'honneur de la ville de Seclin, et nous avons également pu vendre quelques  T-Shirts et Badges révolutionnaires.

 

Notre stand, placé a coté de celui du Parti Socialiste à pu se démarquer par son dynamisme : 9 jeunes militants distribuant leur journal de Section, vendant le matériel militant contre un élu Socialiste arrivé en retard et partant avant la fin, tentant en vain de faire adhérer les passants.

 

A gondecourt ou ailleurs, seule la lutte et http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-sjc1/hs556.snc3/30426_425715727789_594077789_5436992_2748613_n.jpgl'organisation collective payera. Rejoignez les rangs des organisations collectives pour mener la lutte contre le capitalisme ! Vive le Parti Communiste Français, la CGT, et le Mouvement de la Jeunesse Communiste.  

Les objectifs et les buts de la classe dominante sont d'accentuer toujours leur domination et leur pouvoir, notre avenir ne peut s'inscrire dans ce système basée sur l'exploitation des dominants sur les dominés. Dès lors, nous ne pouvons nous satisfaire d'aménager ou de moraliser le capitalisme, nous ne pouvons nous satisfaire des moultes compromissions avec le Patronat. Le débat sur les retraites nous le prouve. Rien ne justifie de débattre avec les capitalistes qui n'ont pour unique but de remettre en cause encore plus les acquis des travailleurs et de la Jeunesse. La seule solution c'est de reprendre les richesses - la plus value - qu'ils volent chaque jour aux travailleurs pour financer la collectivité et ses besoins.  

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs536.snc3/30426_425715697789_594077789_5436987_3186718_n.jpgL a journée s'est terminée par un barbecue militant improvisé à la Section, où tout le monde a  été refait  le monde autour de bières, de saucisses-merguez, et de rosé : la conclusion de ces débats : la révolution n'est pas une option, c'est une nécessité !!


Nous ne pourrons pas arracher des victoires sur les retraites, les services publics, l'éducation, les salaires sans remettre en cause la domination d'une minorité sur les travailleurs et la jeunesse.


REJOIGNEZ LA JEUNESSE COMMUNISTE !

VIVE LA REVOLUTION !

 

 

Retrouvez les premières Photos ici

 


Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Vie de la Section
commenter cet article