Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 21:33

 

 

Communiqué du Parti communiste grec (KKE) publié le 20 octobre


Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 


A l'occasion de la manifestation de jeudi, des groupes organisés ayant des ordres bien précis et des anarcho-fascistes ont lancé une attaque avec des cocktails Molotov, des grenades lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des pierres, afin de disperser le formidable rassemblement de travailleurs place Syntagma et en particulier dans la zone où le PAME s'était concentré. Le bilan de cette attaque, c'est la mort du syndicaliste du PAME, Dimitris Kotzaridis, 53 ans, secrétaire de la branche de Viron du syndicat des travailleurs du bâtiment. Des dizaines de manifestants du PAME ont également été blessés.

 

La haine de ces gens cagoulés contre le mouvement syndical et populaire et contre le PAME exprime toute la violence des forces qui servent le système et le pouvoir bourgeois. Le gouvernement a une énorme responsabilité dans ce qui s'est passé. Derrière l’opération visant à intimider, calomnier et réprimer le mouvement syndical et populaire on trouve des structures, centres et services d’État. L'histoire nous le démontre, l'offensive meurtrière et barbare d'aujourd'hui nous le prouve également. Ces gens cagoulés, des anarcho-autonomistes, des fascistes ou quelque soit la manière dont ils se qualifient ont essayé de réaliser ce que les forces de la répression, le chantage et les menaces ne sont pas parvenus à faire : intimider les travailleurs afin qu'ils se soumettent. Il apparaît désormais en toute objectivité que ce sont de ces mêmes centres qu'est venu l'ordre donné à des agents provocateurs d'incendier la banque Marfin, causant la mort de trois personnes, lors du vote du Mémorandum, le 5 mai 2010.

 

Ils ont échoué dans leur objectif, la dispersion du rassemblement du PAME. De la même manière, les plans du gouvernement, des appareils du système, des partis de la ploutocratie qui cherchent à intimider et contenir le torrent de la riposte politique qui a déferlé dans les rues avec la grève de 48 heures doivent également être mis en échec.

 

Le KKE exprime sa peine et ses condoléances à la famille de Dimitris Kotzaridis qui est tombé dans la lutte pour la juste cause de la classe ouvrière et du peuple. Il exprime sa solidarité avec les manifestants blessés, avec tous ceux qui ont défendu la manifestation ouvrière et populaire contre les groupes provocateurs. Il appelle le peuple à s'opposer de façon résolue ; à lutter avec le KKE, à rejoindre les syndicats, le PAME et les autres organisations radicales qui luttent contre les politiques anti-populaires, contre le pouvoir des monopoles. Il s'agit de la force d'opposition aux partis de la ploutocratie, à l'UE et au FMI. Il s'agit de la force dont dispose le peuple pour repousser les mesures brutales, la violence et l’intimidation de tous les appareils répressifs. Le peuple peut mettre en échec les politiques et le pouvoir anti-populaires.

 


 

 

La Jeunesse Communiste de Seclin/Pévèle-Mélantois exprime toutes ses condoléances à la famille de Dimitris Kotzaridis et affirme avec force son soutien pour le KKE, Parti de Masse à la pointe de la lutte en Grèce contre la cure d'austérité que tente d'imposer au Peuple Grec les capitalistes et leurs valets.

 

Cette crise ce ne sont pas les Peuples qui l'ont créé, ce sont les banquiers, les patrons, en d'autres termes, les capitalistes ! Il est donc inadmissible de demander aux citoyens de se serrer la ceinture pendant que ceux qui nous ont précipité dans ces sales histoires continuent de s'en mettre plein les poches sur notre dos !

 

Comme le KKE, la JC de Seclin affirme que pour empêcher qu'une crise de ce genre ne se reproduise, il est nécessaire et plus qu'urgent de mettre en place le Socialisme, afin d'en finir avec les inégalités et l'injustice sociale qui frappent notre société libérale.

 

Contre les méthodes fascistes des éléments gauchistes nous proposons la lutte et la solidarité au sein de notre classe !


Contre le Patronat nous proposons l'organisation de la production par les travailleurs !


Contre le Capitalisme nous proposons le Socialisme !

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Europe
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:36
Après les résultats des Elections Européennes, la droite crie victoire. Elle arrive en tête des suffrages exprimés et si elle est devant avec plus de 10% d'écart sur le Parti Socialiste, elle ne recueille que 4 798 921 suffrages sur tout le territoire.

 

Doit-on rappeler que plus de 3 millions de personnes ont battus le pavé contre la politique anti sociale et sécuritaire de Nicolas Sarkozy le 19 Mars ? Quand on compare les millions de grévistes du 29 Janvier qui ont protesté contre la crise capitaliste et le nombre de suffrages apportés à la liste UMP, le résultat semble tout de suite moins impressionnant.

 

 

  Car non, les jeunes et les travailleurs ne votent pas en majorité à droite ! Non, les français ne sont pas en phase avec le projet de Nicolas Sarkozy qui privatise à tour de bras et détruit nos emplois et notre avenir. Le chiffre à retenir c'est qu'avec près de 60% d'abstention, la droite a gagné son pari. La campagne pour l'abstention à été payante.

 

 

Pendant que certains ont profité de cette campagne pour se livrer à des combats de coqs stériles, et pendant que le Parti Socialiste, à défaut de projet faisait reposer sa campagne sur des mensonges éhontés clamant qu'il fallait 10% pour avoir un député, personne n'aura parlé de la crise ni des conditions de vie des européenns, tout particulièrement des jeunes. Et la sanction du peuple est tombée.

 

 

Pour notre part, nous nous étions engagés dans le Front de Gauche tout comme de nombreux jeunes afin de peser sur le débat européen. Il était urgent pour nous de relayer les luttes de la génération 700€ en grèce, les luttes contre la privatisation des universités en France, en Allemagne, en Italie ou en espagne au parlement européen afin de dire non à l'Europe Capitaliste qui joue avec nos vies au nom d'une concurrence libre et non fausée qui pénètre jusque dans la santé.

 

Malgré le silence médiatique sur notre campagne et malgré les mensonges, le Front de Gauche se dote de 4 députés européens ! C'est deux fois plus qu'hier.

 

 

Gageons qu'il sauront s'opposer sans concessions aux directives de libéralisation des services publics, et qu'il sauront être des relais efficace pour nos luttes.

 

   

Sur Seclin et sur le Pévèle Mélantois, les Jeunes Communistes, le Parti Communiste et le Parti de Gauche ont réalisé une véritable campagne de terrain, allant sur les marchés, sur les braderies et au porte à porte pour porter le message d'une autre europe, celle des peuples contre l'europe du capital ! Cette campagne militante et sans appui médiatique a été payante puisque sur Seclin, nous sommes la première force politique avec 20,55% des suffrages exprimés!  

 

 

Cependant nous ne nous arrêtons pas aux échéances électoral, il nous faut continuer dans cette dynamique et participer activement à la réussite de la journée d'action du 13 Juin !

 

 

Continuons notre travail à Seclin comme ailleurs pour arracher de nouveaux droits pour la jeunesse et pour la justice sociale !

 

 

Face aux profiteurs, faisons blocs , sous un même drapeau !  

 

Contacts: Quentin, secrétaire de l'union de villes du Pévèle Mélantois, 06-50-10-08-07, 

 

Jcseclin@yahoo.fr     http://mjcf.pevele-melantois.over-blog.fr/   

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Europe
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 18:59
A moins de 24heures des élections européennes, voici disponible le dernier tract des jeunes communistes du pévèle mélantois sur l'Europe !

CONTRE L EUROPE BOURGEOISE
POUR UNE EUROPE DES PEUPLES

LE VOTE FRONT DE GAUCHE !

UNIS DANS LES LUTTES - UNIS DANS LES URNES

>>TRACT EUROPE DES PEUPLES ICI<<

>>Tract EUROPE EDUCATION<<

Repost 0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 18:51
J - 1 AVANT LES ELECTIONS

DERNIERE LIGNE DROITE POUR LES JEUNES COMMUNISTES DU PEVELE MELANTOIS

CONTRE L EUROPE CAPITALISTE
POUR NE PAS LAISSER LES MAINS LIBRE A LA DROITE
POUR METTRE UN CARTON ROUGE A SARKOZY !

JE VOTE FRONT DE GAUCHE








Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:06
Dans la perspective de la participation des jeunes communistes du pévèle mélantois au contre sommet de l'OTAN  et à l'approche des élections européennes, voici un nouveau tract sur l'OTAN !

Pour le retrouver, cliquez ici

A retrouvez aussi, un article de l'humanité !

Cette manif dont ils ne voulaient pas !

Le dispositif policier mis en place par les autorités françaises a contribué aux violences. Mode d’emploi pour gâcheur de manifestations.


Ostensiblement, les autorités ne voulaient pas que la manifestation des « anti-OTAN » se tienne à Strasbourg. Ils auront pourtant été près de 30 000 à défiler, pacifiquement. Mais, des négociations au déroulement même de la journée, tout a été mis en oeuvre pour nier, et tenter de discréditer un mouvement populaire, pacifique et pacifiste.


Décourager les manifestants

Jamais, sans doute, parcours de manifestation n’aura été aussi politique. D’un côté, les autorités, qui, des dires mêmes de Michèle Alliot-Marie, la ministre de l’Intérieur, s’attendaient à 60 000 participants, avaient relégué les manifestants en périphérie de la ville, et proposaient un parcours à travers la zone industrielle (donc visible ni par les dirigeants, ni par les populations). De l’autre, les organisateurs, français et allemands, souhaitaient que les deux cortèges se rejoignent sur le pont de l’Europe. Du coup, le vendredi soir, le parcours officiel n’était pas encore connu. Et le samedi matin, les participants ont dû marcher pendant des kilomètres jusqu’au point de ralliement du Jardin des deux rives. Ils sont plusieurs milliers à avoir surmonté l’interruption des transports en commun, l’instauration des barrages routiers. À 13 heures, ils apprennent que les autorités ont fermé le pont de l’Europe. Les manifestants d’Allemagne ne peuvent les rejoindre.


Une ambiance festive et détendue

Dès 13 heures, un regroupement festif et politique, les manifestants français. Ils sont plusieurs milliers à écouter des groupes jouer sur scène, et différents intervenants qui prennent la parole : Arielle Denis, coprésidente du Mouvement de la paix, Francis Wurtz, député européen, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, Rainer Schmidt… tous dénoncent le maintien de l’OTAN. Marie-George Buffet (PCF), Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) et Patrick Le Hyaric (directeur de l’Humanité) sont présents. Même si un hélicoptère survole la foule à basse altitude et gêne les prises de parole, l’ambiance est détendue.


Casser la manifestation

Alors que les autorités avaient promis de garder ouvert le pont de l’Europe qui enjambe le Rhin entre la France et l’Allemagne, les policiers allemands empêchent les manifestants d’outre-Rhin de franchir le fleuve et bloquent les manifestants côté Français. La tension monte. Une centaine de Black Blocks (groupuscules issus des autonomes allemands) s’en prennent au bâtiment des anciennes douanes. Les policiers allemands postés sur le pont de l’Europe laissent faire. Selon certains témoins, des individus auraient été vus, portant jeans, blousons noirs et sacs en toile mêlés à ces agitateurs, et rejoignant ensuite les véhicules des forces de l’ordre.

À 14 heures, des extrémistes défoncent les vitres d’un hôtel, qui semble destiné à la démolition, dans le quartier du port du Rhin, et y pénètrent. Les habitants du quartier protestent en vain. Les policiers sont absents. Scène similaire à l’office du tourisme et dans une pharmacie. Une dizaine de minutes plus tard, les CRS chargent. Tandis que des incendies se déclarent, ils repoussent les casseurs vers le Jardin des deux rives. Les deux camps entament une bataille rangée : gaz lacrymogènes contre feux d’artifice et pierres.

À 14 h 30, le cortège s’élance. Venu du centre-ville, un convoi de police coupe la manifestation à hauteur d’un pont ferroviaire. Il est pris à partie par des extrémistes, et les CRS postés devant un hôtel en flammes tirent des gaz lacrymogènes en plein dans le cortège.


Pressurer les manifestants

À coups de barrages sur les ponts et dans les rues, les forces de police empêchent le déroulement normal de la manifestation. Exemple à 16 heures quand, rue du Port-du-Rhin, plusieurs milliers de manifestants sont pris au piège. Impossible de retourner au point de départ car l’accès est barré par un cordon de CRS près d’un hôtel en proie aux flammes. Impossible aussi de faire demi-tour car un deuxième barrage interdit de rejoindre le restant du défilé. À 16 h 15, les policiers situés dans le haut de la rue chargent une petite minorité d’extrémistes. La charge réduit de moitié l’espace laissé aux manifestants.

De la foule s’avance un homme qui parlemente avec l’officier responsable. Les CRS ouvrent un passage. Mains levées, les manifestants passent devant les CRS. Pacifique dans son immense majorité, empêchée de défiler, acculée dans une souricière, la foule se sent humiliée et estime son droit à manifester bafoué. Les policiers procèdent à des interpellations. Ils agrippent au passage certains jeunes. Plaqués au sol ou contre un mur, les interpellés sont fouillés, menottés avant d’être tous… relâchés.

Le soir, pour entrer dans le centre-ville, les manifestants doivent présenter leurs papiers, et dénouer les drapeaux « Peace » qu’ils portent autour du cou.


S’exprimer malgré toutes les humiliations

Malgré les humiliations, la volonté de bafouer l’expression démocratique des pacifistes, une partie des « anti-OTAN » ont continué leurs débats le dimanche, assistant à des conférences riches, et réunis en atelier. Ils ont élaboré des propositions pour un monde sans l’OTAN. Pendant ce temps, ceux qui vivaient dans le campement tentaient de regagner leurs pénates. Dès 13 heures, pourtant, les forces de l’ordre l’avaient encerclé, fouillant systématiquement ceux qui voulaient sortir, empêchant l’accès au village. Le prétexte ? « La recherche de ceux qui ont cassé. »


Fabien Perrier et Alain Peter


Repost 0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 15:38


D’autres logiques sont possibles en Europe


La plupart des politiques menées en France aujourd’hui découlent directement de directives européennes. Les gouvernements européens jouent les comiques : ils négocient ensemble des directives de déréglementation, et une fois de retour dans leurs pays, ils jurent la main sur le cœur qu’ils n’y sont pour rien, que c’est la faute de l’Europe. Mais quand ça ne tourne pas rond, et que les peuples refusent à travers des élections cette conduite, les gouvernements passent outre leurs décisions. C’est ce qui s’est passé en France : le peuple a refusé le traité européen en 2005 et Sarkozy l’a fait voter en 2007. C’est ce que tente de faire le gouvernement irlandais en voulant refaire voter les Irlandais car ils ont dit NON à l’Europe libérale. Cette comédie ne fait plus rire personne. Il y en a assez que les technocrates européens veuillent imposer à tout prix leur Europe ultra capitaliste.


Les propositions du Front de Gauche


Le 7 juin 2009, des élections européennes décisives pour notre avenir auront lieu. De la rue aux urnes, nous devons affirmer clairement notre refus des logiques en place. Montrons que nous voulons changer les logiques en France et en Europe pour :

 > Une Europe démocratique, avec plus de pouvoir pour le parlement européen (seule instance élue dans l’Union Européenne).
 > Une Europe sociale, où l’on harmoniserait les salaires et les politiques sociales (comme la sécurité sociale, les retraites…) vers le haut et non vers le bas.
 > Une Europe des savoirs, où l’on ne mettra pas les étudiants en concurrence mais bien en coopération.
 > Une Europe de la paix, qui interviendra pour résoudre pacifiquement les conflits dans le monde et tout particulièrement pour travailler à l’apparition d’un Etat Palestinien.
 > Une Europe Ouverte, qui traitera dignement les résidents étrangers et arrêtera avec l’Europe forteresse de Sarkozy, Hortefeux et Besson.


Renseignements, transports : 06-50-10-08-07

 

Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 13:21
On apprend aujourd’hui que les chefs d’Etat des 27 pays membres de L’Union Européenne se seraient mis d’accord pour faire revoter le peuple irlandais concernant le traité de Lisbonne. Ceci est un véritable scandale !
L’union Européenne et ses dirigeants n’acceptent pas le verdict démocratique.


Tous étaient pourtant d’accord pour construire une Europe sur le principe de l’unanimité. Mais quand ce sont les peuples qui désavouent leurs projets, alors là plus question d’unanimité, il faut leur imposer l’Europe de la finance ! Déjà en 2005, certains dirigeants européens avaient parlé de faire revoter les peuples français et néerlandais. Les technocrates de Bruxelles ne veulent pas que les peuples donnent leurs avis, ils veulent qu’ils se contentent d’avaliser a postériori les décisions prises ! Pourtant, nombre de peuples refusent cette Europe du libéralisme. Encore aujourd’hui, les jeunes grecques dénoncent fortement cette Europe qui mine leur quotidien, leur avenir. Cela suffit, on ne peut bafouer la démocratie indéfiniment. Les jeunes communistes refusent cette Europe libéral qui va droit dans le mur, dont les politiques sont responsables de la crise ! Il faut aujourd’hui construire l’Europe des peuples, enterrés définitivement le traité de Lisbonne, et mettre en marche un vrai processus démocratique qui jette les bases de l’élaboration d’une Europe Sociale.
Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 14:27
Quand les peuples ont la parole...
Victoire du « NON » à l’Europe libérale
Maintenant construisons une autre Europe !



Si les différents gouvernements de l’Union Européenne ont voulu imposer l’Europe libérale aux citoyens, les peuples n’ont pas dit leur dernier mot. Le peuple irlandais vient de rejeter le Traité de Lisbonne impulsé par Sarkozy, qui a été le premier président à confisquer le débat sur la construction européenne au peuple français à l’aide d’une ratification parlementaire faite à toute vitesse en février dernier.

En Irlande, environ 52% de la population se sont rendus aux urnes pour se prononcer sur l’avenir de l’Europe. Le non l’emporterait dans la plupart des régions. Selon les premières estimations, à Dublin par exemple, près de 60% de la population auraient rejeté ce traité. Ceci montre bien que les institutions et les gouvernements de l’Union veulent imposer aux peuples une Europe qui les ignore.

Cela montre bien que, comme en France et aux Pays Bas en 2005, il ne s’agit pas d’un refus de l’Europe sur la base d’un repli identitaire, comme la majorité des médias aiment à le dire, mais ce résultat signifie que les citoyens de l’Union Européenne ne veulent pas d’une Europe de la concurrence entre les peuples et les individus, une Europe de la précarité…

Il faut noter que selon les premières statistiques, le vote non en Irlande viendrait des classes populaires et des zones rurales. Nous, jeunes communistes, tenons à féliciter le peuple irlandais pour avoir prouvé qu’il était capable de se saisir des questions européennes et de résister à l’Europe libérale.

 

Nous espérons qu’à maintenant deux semaines de la présidence française de l’Europe, cette victoire mettra un coup d’arrêt à la politique libérale et réactionnaire de Sarkozy en Europe, et qu’elle ouvrira de nouvelles perspectives de lutte pour une Europe sociale et solidaire.

 

Repost 0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 19:22

CommuniquĖ de Presse :

Le mercredi 19 mars, la cour de justice de Prague vient de confirmer l’interdiction de cette organisation. Cela fait maintenant dix-huit mois que l’organisation de jeunes communistes tchèque KSM lutte pour son existence légale. En octobre 2006, le ministère de l’intérieur de République Tchèque avait décidé de considérer KSM comme une organisation illégale. Cette décision s’accompagnait d’une ordonnance du Conseil de l’Europe dirigée contre tout ce qui se rapporte au communisme en Europe.

Cette décision intervient à trois jours de la tenue du congrès de KSM et constitue donc une pression évidente sur les débats.

Une organisation de jeunesse révolutionnaire est donc formellement interdite dans un pays de l’Union Européenne.

Depuis novembre 2005, l’organisation de jeunes communistes de République Tchèque KSM était menacée d’interdiction par le gouvernement tchèque. Les raisons de cette demande d’interdiction invoquées par le Ministère de l’intérieur sont les suivantes : KSM est une association de jeunes. Elle est accusée d’agir comme un parti politique et seuls les partis politiques ont le droit de présenter des candidats aux élections tchèques selon la constitution. Certes KSM est une organisation politique de jeunes qui travaille au dépassement du capitalisme, mais elle n’a jamais présenté aucun candidat à une quelconque élection. Il est important de noter que les autres organisations politiques de jeunesse ne sont pas inquiétées par cette décision. De plus, le ministre de l’Intérieur tchèque reproche à KSM de mettre en libre accès sur son site Internet de la « propagande politique à connotation marxiste »  et de violer la constitution en appelant à la socialisation des moyens de production. Cette demande d’interdiction n’était donc pas fondée sur le respect du droit constitutionnel, mais sur un profond désir de criminalisation d’une organisation communiste associé à la volonté des institutions européennes de persécuter les forces progressistes de manière générale, et particulièrement les communistes.

Nous, jeunes et étudiants communistes, condamnons fermement cette interdiction et exprimons une fois encore notre solidarité avec les jeunes communistes Tchèques. Cette atteinte à la démocratie et à la liberté d’expression de la jeunesse est extrêmement préoccupante. Nous exigeons que l’Union Européenne ainsi que la communauté internationale interviennent auprès du gouvernement tchèque pour qu’il revienne sur sa décision. La démocratie et la liberté d’expression de la jeunesse doivent être respectés en République Tchèque, en Europe comme partout dans le monde.

Article sur l'interdiction de la JC Tchèque

Carte pétition de solidarité avec la Jeunesse communiste Tchèque

 

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 14:10
  Traité de Lisbonne
Riches 1 - Les autres 0
 
arton172-de658.jpgLa droite et le patronat imposent un soi-disant mini traité qui n'est plus du tout dangereux. La vérité est tout autre :
Tous s'accordent pour dire qu'il reprend les principes du TCE rejeté en 2005. Même l'auteur de ce dernier, Mr V. Giscard D'estaing ajoute : “les gouvernements se sont ainsi mis d'accord sur des changements cosmétiques à la constitution pour qu'elle soit plus facile à avaler”.


De plus ce nouveau traité comporte de nouveaux dangers :


- Non content de choisir un monastère comme lieu de ratification finale du traité, l'Europe reconnait désormais le rôle de toutes les églises comme institutions ayant joué un rôle positif dans l'émancipation des peuples.
- Il sera désormais possible à d'autres grandes puissances, comme les états-unis, d'accéder aux informations personnelles des européens, alors que ces informations étaient protégées jusqu'alors.
Enfin, il faut signaler la présence nouvelle de nombreuses tournures sournoises censées nous faire croire que le texte est fondamentalement différent du TCE, alors que c'est faux : “ concurrence libre et non faussée ” devient “ concurrence libre ” et “ concurrence non faussée ” deux pages plus loin. De plus, ce “ MINI-traité ” (152 pages, 294 articles, 356 amendements) est illisible en lui-même car se référant sans cesse aux traités précédents.

Le processus de validation de ce copié-collé du traité de 2005 rejeté par referendum, débutera le 4 février par un vote en congrès (assemblée nationale + sénat), sans repasser devant le peuple. Il nous faut exiger tous ensemble un nouveau referendum, car on ne peut pas nous imposer ce que nous avons rejeté trois ans plus tôt. Pour cela nous soutenons, les élus communistes qui sont pour l'instant les seuls représentants du peuple à exiger un référendum : leur proposition de loi (le DATE) allant dans ce sens a été rejetée de justesse à l'assemblée nationale suite à la pression de la majorité présidentielle et d'une partie du PS (160 contre, 146 pour).

Mais alors, QUE FAIRE ?

Le référendum c'est possible !
- Signer les pétitions en faveur du référendum : si 1 million de signatures sont réunies avant le mois de février, le gouvernement sera obligé de revenir sur sa décision.
- Interpeller votre député : si 2/5 des parlementaires votent NON aux modifications de la constitution française (afin d'apliquer le traité) le 4 février.
- Soutenir le PCF par la mobilisation et le vote lors des élections municipales et cantonal en mars, c'est défendre l'Europe des peuples, par le peuple et pour le peuple.
- Adhérer, devenir militant du Mouvement des Jeunes Communistes pour COMBATTRE

L'EUROPE BOURGEOISE (celle que nous connaissons) :

- Une économie toute puissante et sans gardes-fous, dirigée par le seul profit individuel ; et qui est le seul et unique moteur de la construction européenne.
- Pas d'europe politique : la seule et unique institution europeene élue par les peuples, le parlement europeen, ne dispose d'aucun pouvoir et est à la merci de la commission européenne non élue. De plus la banque central européenne qui fixe de nombreuses règles qui influent sur le quotidien des gens est placée hors de tout contrôle politique.
- Pas d'europe sociale : aucun RMI, ni de SMIC, ni service public, et encore moins de sécurité sociale européenne. Une charte des droits fondamentaux, fondamentalement vide. Ne parlons pas du droit des femmes, il n'est jamais fait mention du droit universel à l'IVG.
- Pas d'europe environnementale : le principe de libre échange des marchandises est prioritaire sur les lois environnementale (défendons l'environnement à condition de ne pas toucher à nos profits).
c'est ça, l'europe du capital !

- Pour tout ce qui relève des questions militaires, l'Europe est entièrement dépendante de l'OTAN et du voisin états-uniens. L' existence dans ce contexte, d'un ministre des affaires étrangère européen, empêchera les peuples de s'opposer aux guerres impérialistes.
- Désormais l'Europe aura toute latitude pour intervenir militairement à l'étranger “ si ses sources d'approvisionnement énergétiques sont menacées ” grâce à un ajout récent d'Angela Merkel.

L'EUROPE DES PEUPLES (Celle que nous voulons) :


- Il faut harmoniser par le haut les acquis sociaux européens. Les questions sociales et humaines doivent être les piliers centraux de la construction européenne et non le marché ou le capital. En conséquence les réformes sociales ayant fait leurs preuves en europe doivent être appliquée à toutes l'europe. On peut ainsi imaginer une sécurité social à l'échelle européenne, une durée maximun de la journée de travail, la création d'un SMIC et d'un RMI européen ...
- Europe des peuples : solidarité plutôt que concurrence, harmonisation plutôt que régression, réponse aux besoins plutôt que profits, « jumping social » plutôt que « dumping social ».
- les instances européennes élues démocratiquement (et qui sont donc représentatives des peuples) , à savoir le parlement européen, doivent voir leurs pouvoirs renforcés au détriment de ceux de la commission européenne qui doit disparaitre.
- Une politique de service public, afin de satisfaire aux besoins des européens en énergie, en eau, en services postaux ... Et la création de nouveaux services : crèches, logements, transport. Le service public est le seul garant de l'intérêt général car aux lieu de ce placer dans une dynamique de concurrence avec d'autres services ; son unique objectif est l'amélioration des services collectifs de la société.


Retrouvez le tract au format PDF ICI

Les promesses de la droite : des mensonges !
.
Repost 0