Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 16:26

Fin 2007, nous avions publié une série d'articles sur le mouvement Zapatiste. En cette fin d'année 2008, nous vous proposons de partir à la découverte (ou redécouvrte pour les plus militants) des traditionnels chants révolutionnaires, en histoire et en paroles.

À l'origine, il s'agit d'un poème écrit par Eugène Pottier, en juin 1871, en pleine répression de la Commune de Paris. Il était destiné à être chanté sur l'air de la Marseillaise. La musique de L'Internationale a été composée ultérieurement par l'ouvrier Lillois Pierre Degeyter, en 1888. 

c'est à partir du congrès d'Amsterdam de la IIème Internationale en 1904 que ce chant devient l'hymne du mouvement ouvrier mondial.


Dans de nombreux pays d'Europe, ce chant a été illégal durant des années du fait de son image et des idées révolutionnaires dont elle faisait l'apologie.

 


 



 


Debout ! les damnés de la terre
Debout ! les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère :
C’est l’éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !


C’est la lutte finale
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.


Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni Dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !


L’Etat opprime et la loi triche ;
L’Impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
« Égaux, pas de devoirs sans droits ! »


Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.


Les Rois nous saoulaient de fumées.
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.


Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L'oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

 

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 13:56
Jeudi et vendredi, les militants de la JC étaient aux portes des lycées Marguerite de Flandres et de la mouchonnière pour distribuer tracts et flyers pour les Assemblées générales de la semaine prochaine (rendez vous devant les lycées lundi, 10h30) et pour la manifestation de mardi (14h, porte de paris)

N'hésitez pas à prendre contact avec nous pour organiser le mouvement, si vous avez besoin de matériel ou de toute aide concrère que nous sommes en mesure d'apporter...
(Contact : Nicolas : 06-31-49-19-25)

Darcos, Pecresse, on ne croit plus au père noël !

Assez de promesses démagogiques et mensongères aux familles !

Dans toutes les villes de France, enseignants, personnels, parents, étudiants, lycéens, militants associatifs, citoyens amis de l’Ecole publique, ferons masse pour le crier !


L’Education, ça ne se fait pas dans la division et l’opposition,

L’Education, ça se fait dans le dialogue,

L’Education, ça se fait avec des moyens humains suffisants,

L’Education, ça se fait aussi avec les associations,

L’Education, c’est construire en sachant où l’on va pour la réussite des jeunes, où l’on va pour notre société,


Ne rajoutons pas à la crise économique celle de l’Education : investissons pour elle !


M. Darcos, Mme Pécresse, Mme Bachelot, M. Barnier, M. Sarkozy, L’Education est notre avenir !

La maternelle, les RASED, un collège de qualité, les horaires en seconde, l’université ... ce n’est pas un cadeau c’est un droit pour les élèves et les familles !


Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 10:49


Tous dans la rue

Retrouvez notre tract







  

Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 13:21
On apprend aujourd’hui que les chefs d’Etat des 27 pays membres de L’Union Européenne se seraient mis d’accord pour faire revoter le peuple irlandais concernant le traité de Lisbonne. Ceci est un véritable scandale !
L’union Européenne et ses dirigeants n’acceptent pas le verdict démocratique.


Tous étaient pourtant d’accord pour construire une Europe sur le principe de l’unanimité. Mais quand ce sont les peuples qui désavouent leurs projets, alors là plus question d’unanimité, il faut leur imposer l’Europe de la finance ! Déjà en 2005, certains dirigeants européens avaient parlé de faire revoter les peuples français et néerlandais. Les technocrates de Bruxelles ne veulent pas que les peuples donnent leurs avis, ils veulent qu’ils se contentent d’avaliser a postériori les décisions prises ! Pourtant, nombre de peuples refusent cette Europe du libéralisme. Encore aujourd’hui, les jeunes grecques dénoncent fortement cette Europe qui mine leur quotidien, leur avenir. Cela suffit, on ne peut bafouer la démocratie indéfiniment. Les jeunes communistes refusent cette Europe libéral qui va droit dans le mur, dont les politiques sont responsables de la crise ! Il faut aujourd’hui construire l’Europe des peuples, enterrés définitivement le traité de Lisbonne, et mettre en marche un vrai processus démocratique qui jette les bases de l’élaboration d’une Europe Sociale.
Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 10:41
Samedi 6 décembre dernier, pendant une patrouille, un jeune de quinze ans a été tué par balles par un policier. La mort de cet adolescent a déclenchée une explosion de colère dans toute la Grèce. Depuis trois jours dans tout le pays, des voitures et des immeubles sont brulés, des vitrines saccagées…

Au-delà de ces derniers faits, la colère et la révolte qui se traduisent aujourd’hui par des émeutes ne sont pas surprenantes. La Grèce connaît depuis quelques années, et surtout depuis le début de la crise, un contexte économique et social extrêmement difficile.


Le pays connait actuellement le plus fort taux de chômage d’Europe, et les attaques frontales de la droite au pouvoir envers les jeunes et les étudiants s’intensifient (hausses des frais d’inscription à l’université, logement de moins en moins accessible, discrimination à l’embauche…), et le gouvernement est mêlé à de nombreuses affaires de corruption, de nombreux scandales politico-financiers.


Les émeutes actuelles s'inscrivent donc dans un contexte de malaise et de mécontentement général de la jeunesse grecque. Des manifestations du monde de l'Education ont ainsi réuni le 9 décembre à Athènes et Salonique plusieurs milliers d'étudiants et de professeurs de collège, de lycée, et d'université ! Ils ont défilé pour dénoncer le manque de moyens dont souffre le système éducatif, un élement d'un malaise social général plus profond encore...

Les jeunes sont en premières ligne face à la crise. La génération des moins de 30 ans est ainsi surnomée "génération 700€" soit le revenu moyen d'une partie de celle-ci.


Dans un tel contexte, il ne faut pas s’étonner que le meurtre d’un jeune homme qui circulait librement dans Athènes puisse entrainer ces incidents violents. De plus, la seule réponse du gouvernement grec est la répression. Les syndicats et les forces de gauche appellent à une grève nationale mercredi 10 décembre contre la politique libérale du gouvernement. Celui-ci a décidé d’utiliser les émeutes qui ont lieu depuis trois jours comme prétexte pour renforcer le dispositif policier lors des manifestations. Il a même menacé de faire intervenir l’armée si la situation ne se calmait pas.


Cela nous rappelle les évènements de 2005, où après la mort de deux jeunes de Clichy, des jeunes des quartiers populaires avaient exprimer leurs souffrances et leurs colères à travers ces actes.

De Clichy à Athènes, la cause est la même : un système injuste qui crée de la misère et de l’exploitation, et la réponse du gouvernement est la même : la répression.

Nous, jeunes et étudiants communistes, sommes particulièrement indignés par le meurtre de cet adolescent par un policier, ainsi que par la répression policière et gouvernementale à l’égard de la jeunesse.

Nous tenons à exprimer toute notre solidarité avec le mouvement social en Grèce et avec la mobilisation nationale de ce mercredi.


Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 10:14

Fin octobre 2008, le Procureur de Philadelphie a saisi la Cour Suprême des Etats-Unis pour contester la décision de la Cour d’appel fédérale qui, en mars dernier, avait annulé la condamnation du journaliste afro-américain Mumia Abu-Jamal à la peine capitale*, sans que celui-ci ne quitte toutefois le couloir de la mort.


* http://www.mumiabujamal.net

 

La plus haute juridiction américaine a donné jusqu’au 19 novembre à l’accusation pour produire son mémoire. Parallèlement, la Cour Suprême a accordé un délai supplémentaire à la défense, reportant la date limite du dépôt de son mémoire au 19 décembre. Pour Maître Robert R. Bryan, l’avocat de Mumia Abu-Jamal, l’objectif est d’obtenir un nouveau procès eu égard au racisme qui a présidé au choix des jurés lors du procès de 1982 (récusation massive des jurés noirs).

« Nous sommes à la croisée des chemins » a déclaré Maître R. Bryan. Ce que demande l’accusation, précise-t-il, « c’est l’annulation pure et simple de la décision d’appel pour que Mumia puisse être exécuté sans même passer par l’obligation d’une décision d’un nouveau jury ».

A n’en pas douter, cet acharnement judiciaire est piloté par le Gouverneur de l’Etat de Pennsylvanie Ed. Rendell, lequel fut en charge, en qualité de Procureur lors du procès de 1982, de requérir la peine capitale contre Mumia Abu-Jamal. C’est lui qui a promis à ses électeurs l’exécution de Mumia dès que les recours judiciaires seraient épuisés !

La situation est très préoccupante : les décisions les plus récentes de la Cour Suprême des Etats-Unis font à l’évidence peu de cas de la vie des hommes. Or, en dernière instance, c’est elle qui décidera de la vie ou de la mort de Mumia.

Sans attendre, l’heure est à la mobilisation pour sauver Mumia et pour éradiquer la peine de mort, aux Etats-Unis et partout dans le monde.

Justice et liberté doivent être rendues à Mumia Abu-Jamal !


Novembre 2008

 

Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 14:40
Xavier Darcos, déjà très décrié pour sa politique dans l'Education Nationale, ne pouvait pas mieux s'y prendre pour crisper davantage les lycéens, étudiants et professeurs : depuis quelques jours circule sur le Net un document officiel de huit pages intitulé "Cahier des clauses particulières - Objet: veille de l'opinion".

Appel d'offre du ministère de l'Education nationale. Ce document, qui relève d'un appel d'offre, émane de la délégation à la Communication du ministère de l'Education nationale et date du 15 octobre, soit il y a trois semaines:

"Article 1: Les présents marchés portent sur la veille de l'opinion dans les domaines de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche. (...)

Article 4 : Chaque marché est conclu du 1er janvier 2009 jusqu'au 31 décembre 2009."

C'est un peu plus loin que la volonté des ministères concernés apparait le plus explicitement ("description des prestations"):

"Le dispositif de veille vise, en particulier sur Internet, à:

* identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles, émergents)
* identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l'opinion
* repérer les leaders d'opinion, les lanceurs d'alerte, et analyser leur potentiel d'influence et leur capacité à se constituer en réseau
* décrypter les sources des débats et leur mode de propagation
* anticiper les risques de contagion et de crise.

En clair: le ministère de l'Education nationale va débourser 100 000 euros par an, et celui de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 120 000 euros, pour surveiller l'opinion dans la Toile.

Suit une liste des espaces à surveiller de plus près, blogs et sites participatifs notamment, auxquels s'ajoutent, selon les termes de l'appel d'offre, médias traditionnels, dépêches d'agences, baromètres et enquêtes annuelles.


Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 14:41

Contre la casse de l'Education menée par Darcos et la Droite...



...Les jeunes Communistes ne lâcheront rien !!




Retrouvez les articles sur la LRU et ses applications, le mouvement Lycéen, et l'Education


Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 13:40


La toile rouge se renforce !





Le blog du PCF Seclin a ouvert ses portes


Retrouvez les actions, la vie seclinoise, les informations relatives au congrès et tout ce qui fait l'actualité de la section :


=>  http://pcf-seclin.over-blog.com/

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans PCF
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 11:01



La Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) impulsée l’an dernier par Valérie Pécresse est aujourd’hui en pleine mise en oeuvre. La ministre décrivait alors cette réforme comme la mise en place d’un simple cadre technique pour accueillir de vastes plans qui amélioreraient nos conditions d’études, la qualité de nos formations et de leurs débouchés, le statut des personnels, la Recherche…

Il s’agissait en réalité de mener une bataille politique de premier ordre. La LRU n’était pas UN cadre mais LE cadre qui lui permet de mettre en place 4 plans pour en finir avec l’enseignement public et démanteler les structures de Recherche en France.

Les suites de la LRU, dans les mois qui viennent, c’est : - La concurrence entre les universités avec "l’Opération Campus", qui fait du supérieur un vaste champ de ruines où sont érigés quelques établissements d’excellence. - La casse du cadre national des diplômes (avec le mal nommé "Plan Réussite en Licence”), qui sélectionne les étudiants et individualise les parcours, détruisant toute possibilité de revendications collectives. - Une mainmise du gouvernement renforcée sur la Recherche, attentant à la liberté de recherche et mettant en péril la recherche fondamentale.


L’année dernière la ministre annonçait également “un effort sans précédent” pour le supérieur. Pendant l’été le gouvernement annonce cette année 900 suppressions de postes ! Effort sans précédent puisque depuis 15 ans, aucun gouvernement n’avait autant détruit d’emplois dans le supérieur ! Quant aux milliards promis, sachez qu’ils ne sont toujours pas programmés. Les frais d’inscription par contre ont encore augmentés cette année comme vous l’aurez constaté.


Les dangers ne concernent pas que le supérieur. Nous reviendrons pour commencer sur les attaques sur l’Ecole : à la destruction de la carte scolaire et aux 11 000 suppressions de postes viendront bientôt s’ajouter des reformes, notamment de structure, qui visent à en finir avec l’Ecole publique. La “réforme du Métier d’Enseignant” prévue par le gouvernement pourrait restreindre l’accès à la profession, diminuer la formation des professeurs et serait un nouveau pas dans la casse de la fonction publique.


Cette politique gouvernementale n’a qu’un but : servir les intérêts d’une minorité dominante en écrasant un peu plus la majorité des citoyens. Des formations moins reconnues pour une majorité d’étudiants, c’est de la main d’oeuvre employable à bas coûts sur le marché ; des milliards pour sauver les banques, des plans de rigueur pour le Service public, "faute de moyens" ! Pour conclure ce livret nous essaierons de donner à voir ce que peut être un enseignement supérieur dans lequel chacun peut s’émanciper. Construisons-le ensemble !


Livret d’analyse des réformes de l’enseignement !

Repost 0