Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 14:00
Repost 0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 13:13
La colère gronde dans les rues de lille

HPIM1907.JPGLa manifestation d'hier à réuni, selon les syndicats, près de 19 000 personnes dans les rues de Lille. Au niveau national, ce sont 700 000 manifestants qui sont annoncés par la CGT. Que ce soit les fonctionnaires de police, les enseignants, les étudiants, les cheminots, les gaziers, électriciens, les magistrats, tous ce sont elevés contre les choix politiques du gouvernement sarkozy préferant dilapider l'argent public aux grandes fortunes plutôt que de renforcer ou tout simplement de maintenir le service public.

Contrairement aux annonces, le mouvement se massifie encore et toujours. Au niveau des étudiants, ce sont désormais 43 facs qui sont bloqués, et près de 150 lycées mobilisés.
Malgré cette mobilisation,  la ministre de l'enseignement supérieur reste sourde à nos revendications. L'abrogation de la loi L.R.U reste la seule mesure préalable à toute négociation concernant l'avenir du Service Public d'Enseignement Supérieur. Car malgré la propagande du gouvernement, relayé par certains médias, l'immense majorité des étudiants manifeste clairement son opposition à cette loi. De nombreuses consultations, souvent sans lien avec les AG, ont eu lieu afin de casser le mouvement, mais là encore les étudiants tiennent bon et massifient leurs actions.

Les jeunes communistes du pévèle et du Mélantois appellent
tous les jeunes, étudiants, et lycéens à manifester
le jeudi 22 novembre
à partir de 14h30
Porte de Paris
JC Seclin, Templemars, Vendeville,Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne,Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt,Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries
Repost 0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 20:05
Lille III n'est pas morte, Lille III est vivante

La comission action, nouvellement fondée, va organiser cette semaine une série de rencontres, débats, projections dont voici le programme.
N'hésitez pas à passer sur lille III pour profiter de ces échanges, pour vous investir dans les comissions, participer aux AG, aux actions ou à toutes autres formes d'investissements..

 

LUNDI 19/11

20H30: La lune des pauvres (Théâtre)

MARDI 20/11

10H00: conférence/débat  "Comment se constitue la notion de valeur dans les textes théâtraux". 2 oeuvres de Koltès seront analysés: Quai ouest et Combat de nègres et de chien.

13H00: Conférence sur Les repères politiques des gens engagés dans la lutte contre le CPE

18H30: Ce n'est qu'un début, film sur les grèves de 95 contre le plan Juppé

MERCREDI 21/11

16H00: Inch'Allah, un film sur l'immigration à Calais

JEUDI 22/11

10H00: Conférence de Mme Ricordeau (professeur de sociologie à Lille3) sur Le système carcéral. (Première partie)

13H30: Conférence de Mme Bouffioux (professeur de Philosophie à Lille3) sur Le rapport au travail chez les étudiants!

Lundi 26 novembre :

19h- PROJECTION (sur petit écran)- J’ai (très) mal au travail, documentaire de Jean-Michel Carré, 1h30. Suivi d’une discussion si le coeur nous en dit.

Mardi 27 novembre :

11h- CONFERENCE : La constitution de valeurs dans les textes théâtraux à travers deux oeuvres de Koltès_ Mme Beauvois

13h- ATELIER DEBAT : Les repères politiques des manifestant-e-s de la lutte dîte "anti-cpe". Animée par un étudiant en master 2 de sociologie.

17h- CONFERENCE : Marx, le mouvement ouvrier et l’éducation_ M Cotte.

Mercredi 28 novembre

10h- CONFERENCE DEBAT : La prison en question_ Mme Ricordeau et quelques militant-e-s anti-carcéraux.

14h- ATELIER DISCUSSION : Recherche et marché de la recherche_ Mme Bouffioux, Mme Louguet, Mr Ramare...

19h- Cours de self-defense

Jeudi 29 novembre

18h30- PROJECTION : Comment déréguler pour mieux contrôler ? film d’1h30 sur l’AGCS. Intervention de Ph. Verdebout (greenpeace).

Vendredi 30 novembre

14h- PROJECTION : Le grand soir, Th. Lacoste (1h08)

15h- ATELIER DEBAT : Mise en perspective historique de la loi LRU/ Mme Beauvois, Mme Louguet...

Repost 0
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 22:02
Communiqué de presse 
Union des Etudiants Communistes.

Un gouvernement sourd aux revendications des étudiants

 

Le gouvernement s'enferme dans sa surdité face aux revendications des étudiants. Valérie Pécresse déclare : « Cette autonomie n'est pas un désinvestissement de l'État. Elle va s'accompagner d'un investissement jamais vu de l'État dans l'université. »

François Fillon affirme pour sa part : « Quand j'entends des étudiants dire que la réforme sur l'autonomie des universités qui a été votée cet été (...) conduirait à la privatisation, à la sélection ou à l'augmentation des droits d'inscription, je dis c'est faux! ».

Pourtant, les faits sont là :

  • =>Le budget pour l'enseignement supérieur présenté par le gouvernement est le premier depuis 15 ans à ne pas prévoir de création de poste. Au contraire, la diminution des places aux concours de l'enseignement augure des suppressions futures. Sur les 1,8 milliards d'« augmentation » annoncés, pas un sou n'ira aux universités : 450 millionssont consacrés à l’augmentation des exonérations d’impôts, 470 financent les retraites des personnels, 329 sont attribués aux programmes de rénovation des bâtiments déjà prévus et 391 s’évaporent dans l’inflation. Comment alors nier le désengagement financier de l'État ?

  • =>La loi prévoit effectivement une augmentation de la part des « représentants des entreprises » aux conseils d'administration qui peut atteindre 10 points ; de plus, les universités ont la possibilité de faire appel à des fonds privés, par le biais de fondations, sans aucun contrôle : les entreprises auront ainsi un pouvoir de pression sur les politiques universitaires. Comment alors nier une dérive vers la privatisation ?

  • =>Dans les autres pays de l'Union européenne qui ont mis en œuvre des réformes similaires, à moyen terme, les frais d'inscription à l'université ont considérablement augmenté ; d'ailleurs, les rapports qui inspirent cette réforme (comme le « Pacte pour une nouvelle université ») prévoient un financement des universités provenant pour quart des étudiants. Comment alors nier une future augmentation des frais d'inscription ?

  • =>La loi stipule que l'accès à l'université est conditionné à une préinscription. Celle-ci est l'occasion pour les universités de faire pression sur les étudiants pour qu'ils ne s'inscrivent pas dans l'établissement ou dans la filière de leur choix. Comment alors nier un premier pas vers la sélection ?

Que le gouvernement ne partage pas cette analyse, on s'en doute. Mais ne mérite-t-elle pas pour autant qu'un grand débat s'ouvre aujourd'hui sur les transformations à apporter au service public d'enseignement supérieur ? Les interrogations que nous soulignons ici sont celles des étudiants. Faut-il y répondre par la force, comme le fait le gouvernement, ou en prenant toute la mesure des enjeux qui en découlent ? Le gouvernement doit accepter d'abroger cette loi, votée contre l'avis de la communauté universitaire, pour engager un véritable dialogue.

 


Le 14 novembre 2007,

Igor Zamichiei
Secrétaire national de l'UEC

 

Repost 0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 14:32

Loi Pécresse sur les universités, suppression de postes dans l’Éducation nationale…

Mobilisés contre la casse de notre Education

 

Le mouvement étudiant nous concerne.

Depuis quelques semaines, un mouvement grandit dans les facs. Il a un objectif essentiel : l’abrogation de la loi LRU, « relative aux libertés et responsabilités des universités », votée en pleines vacances d’été pour prendre de vitesse le monde universitaire. Cette LRU (ou loi Pécresse) soumet le système universitaire français aux lois du marché, casse les faibles acquis démocratiques des étudiants, plonge dans la précarité enseignants et personnels… Qui plus que nous, les futurs étudiants, auront à souffrir de sa logique marchande, de l’augmentation certaine des frais d’inscription et de la limitation de l’accès aux filières « non-rentables » ?

Ils s’attaquent aussi à nos lycées :

Sarkozy l’a annoncé dans sa lettre aux éducateurs… il veut pousser l’autonomie jusque dans les lycées. Les chefs d’établissements seront libres de définir un projet d’établissement. Quand on mélange ça avec la réforme de la carte scolaire et la pénurie de moyens pour l’Éducation, ça donne un cocktail détonnant. Ce qui est visé, c’est la mise en concurrence des établissements entre eux. Si la situation n’est pas rose aujourd’hui, demain, la sélection sociale et scolaire sera accrue. Pour certains lycées les bons élèves, pour les autres, le reste.

Deuxième point important, la sélection, aggravée, pour l’entrée en sixième, en seconde et à l’université. Ni dans les discours de Nicolas Sarkozy, ni dans ceux des ministres est développée l’idée d’une politique d’aide aux élèves en difficulté.

Il est vrai que cela coûterait cher… Le ministre de l’Éducation a expliqué son projet pour l’éducation nationale : « la maîtrise de la dépense publique », entendre « une fonction publique moins nombreuse ». Dès cette rentrée, ce sont 5.000 postes d’enseignants qui ont été supprimés. Pour 2008, ce sont 11.200 postes d’enseignants qui auront été supprimés


LA LOI PÉCRESSE, C’EST QUOI ?

1 - La soumission de nos universités aux intérêts du patronat.

La loi prévoit une présence plus forte des entreprises dans la direction des universités. Avec l’autonomie financière des facs et la possibilité pour elles de créer des fondations pour récolter des financements privés, la voie choisit est claire : l’État se désengage du système universitaire français, alors que les moyens manquent pour investir dans de nouvelles formations et dans la recherche, pour rénover les locaux, etc. Où trouvera-t-on l’argent indispensable si l’État ne paie plus ? D’une part, dans les poches des étudiants, par une augmentation probable des frais d’inscriptions, d’autre part par le financement des entreprises. En contrepartie, celles-ci pourront peser sur l’offre de formation, la soumettant à leurs intérêts privés. Les filières « non-rentables » (philo, lettres, histoire, etc.) seront nécessairement moins accessibles.

2 - Une attaque contre la démocratie

Les pouvoirs du président de la fac seront très fortement renforcés ; il aura notamment un droit de veto sur l’embauche des enseignants, et se construira ainsi une équipe pédagogique à son image. De plus, la représentation des étudiants au C.A. sera nettement affaiblie, alors qu’avec « l’autonomie », cette instance devient toute-puissante.

3 - Une casse du statut public d'enseignement supérieur


Le président pourra décider d’embaucher des contractuels pour assurer les cours, c’est-à-dire des personnels extrêmement précaires et qui n’ont pas la même obligation de formation que les fonctionnaires.


Après la défense : construire notre avenir.

L'union des étudiants communistes travaille actuellement, au plus près des étudiants, à la rédaction d'une loi pour la réussite dans l'enseignement supérieur. Celle loi prendrait en compte les différents aspects de la vie étudiante et pourrait y répondre par des proposition concrètes.

 

Quelques propositions :

- une allocation d'autonomie pour sortir les jeunes de la précarité et garantir, par de nouveaux services publics l'accès à la santé et au logement.
 

- Une université 100% publique et gratuite avec suppression des frais d'inscription.

 

- Recruter massivement des enseignants chercheurs sur statut de la fonction publique ainsi que du personnel technique et administratif.

 

- Doubler le budget de fonctionnement par ét udiant pour permettre aux universités d'assurer leurs missions de formation et d'engager un vaste plan de rénovation, de construction et d'équipement des universités

 
- Etendre le pouvoir du CNRS et donner de réels moyens financier aux laboratoires de recherche afin de développer une recherche nationale répondant à l'intérêt général et non à des intérêts privés à courte vue.

Mobilisation générale le 20 novembre pour la défense du service public ! 
Rendez-vous à 14h30, porte de Paris

Nouveauté 2008 : les archives disponibles
 
undefinedTract LRU n°1

undefinedTract LRU n°2
Repost 0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 14:25

DANS NOS FACS ET NOS LYCÉES, LA DROITE CHOISIT LA CASSE ET L'ÉLITISME.

CHOISISSONS LA LUTTE POUR LA RÉUSSITE

DE TOUTES ET TOUS !

 

Après une nouvelle victoire aux élections du printemps dernier, la droite a décidé de renforcer ses attaques sur l’ensemble du système éducatif : dans les lycées mais aussi sur les universités. Dès la rentrée, Nicolas Sarkozy a donné le ton, par sa « lettre aux éducateurs ».

Cette lettre, derrière une déclaration d'amour pathétique envers tous les « éducateurs » (terme mélangeant enseignants et parents), était fondée sur un projet de société clair : celui d'une droite qui défend des intérêts contraires aux nôtres.

Sont prévus dans cette lettre :

  • -Moins de postes et de moyens alloués à l'Éducation nationale.

  • -Plus de sélection et de plus en plus tôt.

  • -Pas d'avancée réelle vers un contenu émancipateur des enseignements.

La logique de ce projet produira un système éducatif aussi injuste qu'inefficace pour l'immense majorité d'entre nous.

Injuste, il le sera pour celles et ceux d'entre nous dont l'accès à un enseignement général de qualité sera barré arbitrairement, maintenant dès la sixième ! Il est temps de réaffirmer qu'on ne naît pas cancre ou bon élève, et que les inégalités sociales sont déterminantes dans les différences de réussite scolaire.

Inefficace, il pénalisera toute la société française, à l'exception des plus favorisés. C'est du niveau de formation de ses citoyens que dépend le développement économique et social d'un pays. Aujourd'hui, les classes sont surchargées ; le choix de réduire sans cesse les effectifs de l'Éducation nationale détruit notre système éducatif, avec à la clef suppression de classes, d'options rares mais souvent porteuses d'un bagage culturel indispensable ; les postes manquent : pénuries d'infirmières ou de conseillers d’orientation, etc.

C’est d’une refonte globale de l’éducation au service du marché des plus riches que le gouvernement veut construire. C’est le cas de la loi sur les universités. LUTTONS POUR SON ABROGATION !


LOI PÉCRESSE SUR LES UNIVERSITÉS :

La mobilisation augmente pour imposer une autre logique !

Que se passe-t-il ?

Depuis maintenant quelques semaines, la mobilisation dans les universités contre la casse de ce qui nous attend après le bac : le système d'enseignement supérieur. Des étudiants discutent de ce projet de loi régressif et se mobilisent pour avoir leur mot à dire sur leur avenir. Des assemblées générales, des blocages ou des manifestations sont organisés dans des dizaines d’universités.

 

Pourquoi « casse de l'enseignement supérieur » ?

Parce que cette loi a pour objectif d'aligner le système français sur les logiques néolibérales qui dominent l'Europe :

  • -Les entreprises, intégrées directement dans la gestion de chaque université, auront de fait un droit de regard sur les formations proposées. Donc, derrière le joli mot d' « autonomie », il n'y a rien d'autres que la soumission de nos études aux intérêts du patronat local. L'offre de formation ne sera par conséquent pas la même d'une région à une autre, si les besoins des entreprises divergent.

  • -Le statut public de l'Université sera fondamentalement remis en cause : des contractuels, c'est-à-dire des personnels très précaires et moins bien formés, pourront êtres engagés par le président de chaque université.

  • -La démocratie à l'université sera affaiblie à l'extrême, avec moins place pour les étudiants dans les instances de direction et, sur le modèle de gouvernement de Sarkozy, le président d'une université concentrera entre ses mains des pouvoirs exorbitants.

 

Les projets de la droite pour les lycées et les universités ont les mêmes objectifs : la casse du service public et l’élitisme. Se mobiliser contre l’ensemble de ces projets est nécessaire pour notre avenir.

Il est possible d'imposer une logique qui corresponde à nos intérêts. Cette logique, c'est un projet pour l'éducation visant à la réussite de toutes et tous, par la mobilisation de plus de moyens humains et financiers, par une démocratie plus développée dans les lycées et les facs, et par des contenus divers et permettant une émancipation réelle ; cela impliquera de rompre avec les logiques du capitalisme ;

Pour cela, notre indignation ne suffira pas :

MOBILISONS-NOUS !
Tous dans la rue le 20 novembre 
14h Porte de Paris

  Nouveauté 2008 : les archives disponibles  


undefinedTract LRU n°1

undefinedTract LRU n°2

 

Repost 0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 12:23
HPIM1876.JPG


Communiqué de presse
Mouvement Jeunes Communistes de France.
Fédération du Nord.

La pression monte

La journée du lundi 12 novembre était une journée charnière pour la mobilisation nordiste contre la LRU. Les facultés de Lille 1 et de Lille 3 tenaient leurs Assemblées Générales pour décider, ou non, de la reconduite du blocage.

Le résultat est sans appel : les deux universités ont votés la reconduite du blocage à 1631 voix contre 1037 pour lille III et à 1082 contre 1006 à lille I.

Ces résultats démontrent que le mouvement n'est pas le fait d'individus isolés mais qu'il prend un caractère de masse auprès de la communauté universitaire bien décidée à défendre l'avenir du Service Public d'Enseignement Supérieur. Au delà du clivage du moyen d'action sur le blocage, c'est une immense majorité d'étudiants qui ont pris conscience de la dangerosité de la loi et qui sont décidés à se mobiliser. Nous nous félicitons de cette montée en puissance de la mobilisation et nous appellons à continuer de faire monter la pression sur le gouvernement.

Cette semaine sera déterminante et les étudiants, les cheminôts, les salariés d'EDF-GDF, comme les salariés du service publics sont bien décidés à unir leurs efforts afin de remettre en cause le système qui tend à détruire l'ensemble de nos acquis sociaux obtenus de longue lutte.

Lille, le 13.11.07

 

Repost 0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 00:00

 APPEL A LA CONVERGENCE DES LUTTES !

Aux secteurs en lutte de la santé, de l'éducation, de la justice, de la culture, des transports, de l'energie, les chômeurs, précaires, sans-papiers et autres "sans" :

Au-delà de leur lutte pour l'abrogation de la loi dite Libertés et Responsabilités des Universités (LRU), les étudiantEs de Lille3 voudraient attirer l'attention sur un élargissement des revendications, sur une mise en commun des efforts de lutte, car ils et elles estiment que l'ennemi à combattre est le même pour les différentes catégories socio-professionnelles visées par ce tract. Cet ennemi en question n'est pas une personne ou l'Etat en particulier, ni même tout à fait ce gouvernement dans sa spécificité, mais plutôt la dynamique libérale qu'il incarne et qui vise à réduire chaque jour davantage les prérogatives de l'Etat et ses responsabilités dans la gestion des financements publics. L'assemblée générale de Lille3 en lutte:

  • =>a perçu dans son analyse que dans leurs luttes respectives les différents secteurs en lutte reprochent à notre gouvernement ainsi qu'au précédent de s'engager dans une privatisation successive et inquiétante des éléments vitaux de notre société : éducation, santé, culture, justice, transports, énergies…

  • =>appelle donc à la mobilisation des autres secteurs en lutte pour dénoncer le désengagement de l'Etat et la déconstruction des services publics.

  • =>souhaite que la loi dite LRU soit mise en relation avec un certain nombre d'autres lois votées par ce gouvernement et son prédécesseur, afin de mettre un doigt sur ce qui constitue une privatisation systématique des prérogatives d'Etat dans une optique de rentabilité.

  • =>s'interroge sur les motivations de notre gouvernement et sur sa tendance à vouloir copier des modèles économiques qui ne sont pas gage de succès mais tendent au contraire à augmenter les inégalités sociales.

  • =>par le biais de sa commission interlutte mandatée pour entrer en contact avec l'ensemble des autres secteurs en lutte, demande à ce que les AG en lutte, collectifs, organisations, associations et personnes se sentant concernés par la convergence des luttes participent à :

    L'ASSEMBLEE GENERALE INTERPROFESSIONNELLE 
    JEUDI 15 NOVEMBRE A PARTIR DE 18H, A CITÉ SCIENTIFIQUE (MÉTRO CITE SCIENTIFIQUE, AMPHI ARCHIMEDE DU BATIMENT M1)
    afin notamment d'établir un bilan des luttes en cours et de dégager des perspectives d'actions unitaires...
 

JC Seclin, Templemars, Vendeville,Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne,Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt,Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Université..
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 22:21

 

Mouvement Jeunes Communistes de France
Communiqu
é de Presse

Le gouvernement seul face à sa loi !

La journée de mobilisation contre la Loi Pécresse d’hier a montré que de plus en plus d’étudiants sont sensibles aux dangers de cette loi.

Ce sont maintenant plus de 50 universités qui ont organisé des assemblées générales depuis le début de la semaine. Plus de 30, soit 40% des universités, se sont prononcées contre la loi Pécresse. Contrairement à ce que prétend Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur, cette réforme n’est pas soutenue par l’ensemble des usagers, ni même des personnels de l’enseignement supérieur. Après le Snesup, c’est en effet l’Unsa éducation qui s’est prononcé en soutien de la mobilisation étudiante.

Face à cette mobilisation, l’absence de soutien à cette réforme sonne comme un désaveu pour le gouvernement. Ni les organisations étudiantes qui avaient été reçues avant le vote de la Loi, ni même le Medef ou la CPU (Conférence des Présidents d’université) ne font entendre leur voix pour soutenir cette réforme.

Les circonvolutions de la Ministre sur une instrumentalisation de la mobilisation sont là pour prouver que le gouvernement est à court d’argument pour prouver le bien fondé de sa réforme. De la même manière, les propositions de la Ministre sur le logement ne peuvent cacher que le débat est bien sur les objectifs et le contenu de la Loi Pécresse.

Les jeunes communistes appellent l’ensemble de la communauté universitaire à se mobiliser contre la Loi Pécresse. Nous appelons à ce que le décryptage de la Loi continue à se faire dans les universités, que les étudiants se l’approprient, en lien avec les personnels des universités.

Nous appelons à participer aux prochaines journées de mobilisations des 14 et 20 novembre.

Paris, le 9 novembre 2007

 

Repost 0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 23:21
Manifestation étudiante du 8 novembre
contrairement aux annonces du gouvernement,
la pression monte !

Depuis quelques semaines, la pression monte dans les facultés contre la LRU.
L'argument du gouvernement selon lequel nous serions que des gauchistes isolés ne tiendra pas longtemps. Les étudiants en lutte sont des gens responsables qui prennent en main leur avenir et l'avenir du service public d'enseignement supérieur. En revanche, nous ne réfutons pas les déclarations de Valérie Pécresse : Le mouvement n'est ni sportif, ni people, ni scientifique, ni architectural, ni sexuel :
IL EST BEL ET BIEN POLITIQUE !

Après le blocage de plusieurs universités en France (dont celle de Lille III et de Lille I) les Assemblée Générale sont partout de plus en plus massives. La contestation gagne du terrain!

La manifestation étudiante de cet après midi à rassemblée plus d'un millier d'étudiants dans les rues de lille. Devant l'ampleur de l'attaque, les étudiants sont bien décidé à riposter !

Voici quelques photos et vidéos de la manifestation de cette après midi.


Repost 0