Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 21:09
Le Comité d'Organisation Lycéen -COL- a rassemblé plus de 500 lycéens dans les rues de Lille cet après midi. Dès la rentrée ce sont plusieurs centaines de lycéens qui étaient au rendez vous, malgré la période de bac blanc dans plusieurs établissements.
N'ayons pas peur de le dire : l'étincelle est lancée et nous allons maintenant accentuer la pression, avec de nouvelles distributions de tracts, l'organisation d'AG, et de nouvelles manifestations


Quelques photos...





Repost 0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 16:46
Suppressions de postes, Rapport pochard, Réforme des bacs pros..
La casse de l'Ecole
Les lycéens disent NON MERCI...!


Lycéens, profs, administratifs, étudiants et soutiens,
.

TOUS DANS LA RUE !

Mardi 22 Avril - 14H PORTE DE PARIS




Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Lutte Lycéenne
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 16:33
Pour obtenir plus de moyens pour notre éducation, en finir avec les suppressions de postes, faire barrage à la casse du bac pro, à la suppression de la carte scolaire et au rapport Pochard... En province, C’EST LA RENTRÉE, PRENONS LE RELAIS DE LA LUTTE !

Depuis plusieurs semaines, des dizaines de milliers de lycéens de toute la France se mobilisent pour imposer d’autres choix en matière d’éducation que ceux du gouvernement, guidés par les seules logiques financières. Ce que nous contestons, c’est la volonté de la droite au pouvoir de réserver l’accès à des savoirs de qualité qui permettent la compréhension du monde à une infime minorité, quand les jeunes des classes populaires seraient cantonnés à l’apprentissage de compétences visant à appliquer sans les contester les consignes d’un employeurs. Voilà la cohérence qu’il y a entre les 11200 suppressions de postes prévues à la rentrée dans l’Éducation nationale, l’intégration du fonctionnement des entreprises privées à celui des établissements scolaires vers lesquels vont les rapports Pochard (voir verso) et Attali, la suppression des BEP et de la carte scolaire, etc.

Les mensonges du gouvernement et du patronat

« Ce n’est pas un ou deux postes en moins ici ou là qui vont radicalement aggraver les choses... » En tant que lycéens, nous constatons dans nos établissements que concrètement, réellement, nos options, nos classes, nos filières sont fermées. Xavier Darcos a un culot monstre de nier depuis ses bureaux du ministère les dégâts que font ces fermetures sur la qualité des enseignements, en particulier dans les quartiers les plus populaires.

« Les caisses sont vides... L’Éducation nationale coûte trop cher à l’État. » Déjà, ça fait toujours plaisir de voir considérer l’éducation de toute une génération par le seul angle comptable. Mais quand bien même on accepterait cet angle, ces deux phrases sont d’une mauvaise foi hallucinante ! Quelques chiffres suffisent à le démontrer : cadeaux fiscaux aux plus riches de la population à l’été 2007 : 15 Milliards d’euros ; coût de l’envoi de troupes en Afghanistan que Sarkozy veut intensifier : environ 300 Millions d’euros ; coût des exonérations des cotisations sociales qui permettent au patronat de ne pas financer la Sécu et les retraites : 26Milliards d’euros ; salaire d’un professeur : de 1310 à 3615 euros (grand maximum). La France est donc un pays riche dont l’argent est confisqué et rendu inutile par le capitalisme financier et les politiques néolibérales menées par la droite.

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 21:19
Après les universités, le rapport pochard prône l’autonomie des lycées. Sous prétexte de plus de « liberté » et d’ « autonomie » dans la rédaction du projet éducatif, le gouvernement tente de nous imposer une école au rabais. Une seule obligation pour chaque lycée, l’enseignement du « socle commun de connaissance » mis en place par la loi Fillon en 2005. « Lire compter écrire cliquer » voila les grands mots d’ordre que nous propose la droite pour construire notre avenir ! Un peu juste non ??? Soumis à la concurrence et à une obligation de résultats, les établissements auront des offres de formations étroitement liées aux marges qu’ils pourront dégager. Ce qui donne : soutient pour les établissements les plus en difficultés, et options d’art, de langue, de culture, … toutes les matières émancipatrices pour les établissements les plus favorisés. Ceci est d’autant plus vrai avec la suppression de la carte scolaire et la remise en cause implicite des zones d’éducations prioritaires. La suppression de la carte scolaire met fin à la mixité scolaire, en permettant aux élèves les plus en réussite de pouvoir partir des établissements « les plus fuis », créant ainsi des ghettos de l’échec et des ghettos de réussites. La remise en cause des zones d’éducation prioritaire est le simple fait de l’autonomie. En effet, les problèmes rencontrés par ces établissements devront trouver leurs solutions dans leur organisation internes. L’intervention des inspections académiques, des ministères et donc de l’Etat étant réduite pour laisser les chefs d’établissements seuls face à la crise.
Les 11 000 suppressions de postes vont également avoir des conséquences facheuses, à commencer par l'académie de Lille, plus touchée de France, avec 687 postes supprimés.


Manifestation des lycéens - 10 avril 2008
envoyé par CN-PCF

Retrouvez le tract appellant à la manifestation parisienne :
http://jeunes-communistes.org/IMG/pdf/tract_manif_100408.pdf



Repost 0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 23:39

Après la loi LRU, la réforme de la carte scolaire, ou encore celle du bac pro en 3ans, le ministre de l’éducation nationale compte s’attaquer à l’autonomie des lycées par l’intermédiaire du rapport pochard.

Toujours plus d’inégalités entre les lycées !

Après les universités le rapport pochard prône l’autonomie des lycées. Sous prétexte de plus de « liberté » et d’ « autonomie » dans la rédaction du projet éducatif, le gouvernement tente de nous imposer une école au rabais. Une seule obligation pour chaque lycée, l’enseignement du « socle commun de connaissance » mis en place par la loi Fillon en 2005. « Lire compter écrire cliquer » voila les grands mots d’ordre que nous propose la droite pour construire notre avenir ! Un peu juste non ???

L’autonomie enfonce le clou des inégalités !

Soumis à la concurrence et à une obligation de résultats, les établissements auront des offres de formations étroitement liées aux marges qu’ils pourront dégager. Ce qui donne : soutient pour les établissements les plus en difficultés, et options d’art, de langue, de culture, … toutes les matières émancipatrices pour les établissements les plus favorisés. Ceci est d’autant plus vrai avec la suppression de la carte scolaire et la remise en cause implicite des zones d’éducations prioritaires. La suppression de la carte scolaire met fin à la mixité scolaire, en permettant aux élèves les plus en réussite de pouvoir partir des établissements « les plus fui », créant ainsi des ghettos de l’échec et des ghettos de réussites. La remise en cause des zones d’éducation prioritaire est le simple fait de l’autonomie. En effet, les problèmes rencontrés par ces établissements devront trouver leurs solutions dans leurs organisations internes, l’intervention des inspections académiques, des ministères et donc de l’Etat étant réduite pour laisser plus de liberté aux chefs d’établissements.

Les enseignants et la qualité de l’enseignement ne sont pas en reste

Près de 11 000 professeurs ne seront pas remplacés. Pour faire face au manque de personnel, les chefs d’établissements pourront faire appel aux contractuels, et également à la bivalence, c’est-à-dire à l’enseignement de deux matières différentes. C’est la qualité de l’enseignement qui en pâtira !!! Comment avoir la même qualité d’enseignement quand on est face à des profs qui ont été privé de formation pédagogique ou qui se retrouveront avec une charge de travail doublé !!!

L’école a plus que jamais besoin de réformes !!! Mais pas celle qu’on nous propose !!! Ouvrons un débat pour définir un véritable projet pour l’école !!!

Le mouvement Lycéen existe et va prendre de l'ampleur !

Dans plusieurs départements, plusieurs lycées ont connus des assemblées générales qui se sont prononcées pour le blocage de leur établissement afin de lutter efficacement et de manière visible contre les suppressions de postes et le rapport Pochard.

Le silence complice des médias ne doit pas masquer la vérité ! Plusieurs dizaines de Lycées sont bloqués en région parisienne ou à Saint Etienne. Le Sud de la France a aussi connu ses premiers blocages de lycées. Gageons que dès la rentrée les lycéens du Nord ne tarderons pas à se lancer dans la bataille afin de dire non au lycée des Inégalités.

L'Humanité est actuellement le seul médias à retranscrire dans ses pages la lutte lycéenne. Voici un apercu des derniers articles.

 

Repost 0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 16:16
Refusons le lycée des inégalités

Les résultats des élections municipales ont désavoués la prétendue « rupture » de Nicolas Sarkozy. De plus en plus, le peuple français voit le gouvernement pour ce qu'il est : un organe au service des capitalistes, qui mène en toute logique une politique au service des privilégiés de la fortune et du patronat, au détriment des classes populaires, des jeunes et des salariés.

Après avoir méprisé toutes les luttes de cet automne, notamment celle contre la LRU, le gouvernement commence à se trouver en difficulté. Comble du comble, Fillon et son gouvernement trouve comme seule explication à la défaite un rythme de réforme pas assez soutenu. Les français veulent moins de services publics, moins de pouvois d'achat, et un étalage toujours plus révoltant du luxe dans lequel vit quotidiemment Sarkozy et les capitalistes. Le rouleur compresseur qui détruit les acquis sociaux durement acquis par les générations précédentes n'irait pas assez vite.
La vérité est tout autre. Les français n'en peuvent plus de voir le gouvernement brader tout ce qui peut l'être pour répondre à la rapacité d'une classe minoritaire. En tant  que lycéens, nous devons absolument nous mobiliser pour imposer d'autres choix comme le font de plus en plus de lycées en France depuis plusieurs semaines.

Vers une éducation soumise aux volontés de la Bourse ?

Connaissez-vous Xavier Darcos? Non? Les habitants de Périgueux si! C'était leur maire... jusqu'à ce que, le 16 mars, ils ne lui renouvellent pas leur confiance. Pour un ministre, être battu dans sa ville, c'est mauvais signe. La mauvaise nouvelle, c'est que Darcos pourra désormais consacrer tout son temps à la mise en oeuvre du projet de la droite et des capitalistes pour l'éducation. Ce projet tristement cohérent a trois aspects principaux:
- Moins de moyens pour l'Éducation nationale : d'où les suppressions de postes décidées nationalement, qui font que classes, options, parfois filières entières disparaissent. pour la droite, le rôle de l'État est de s'effacer devant les intérêts privés des capitalistes. Ces derniers auront un pouvoir de plus en plus grand dans notre éducation et pourront faire de nous des soldats de la guerre économique, sans droits et prêt à accepter des conditions de travail toujours plus dures.
- Plus de sélection et de plus en plus tôt : le gouvernement prouve ainsi son dévouement à la grande bourgeoisie, dont les enfants devraient être les seuls à pouvoir accéder à un enseignement de qualité permettant la réflexion et l'action sur le monde
- Toujours pas d'avancée vers un contenu émancipateur de ce qui est enseigné. Marx disait que les idées dominantes de chaques époques étaient les idées de la classe dominante, la propagande commence dès le plus jeune âge. L'école qu'on nous construit devient un formidable outil pour contraindre nos esprits à la pensée unique.


RAPPORT POCHARD : NOS LYCÉES SERONT-ILS « VENDUS » DANS L'INDIFFÉRENCE GÉNÉRALE ?

Le rapport Pochard est un « livre vert » de 271 pages de recommandations faites au ministre Darcos, qui a immédiatement déclaré son intention d'en faire appliquer l'essentiel.

Que voudrait dire l'application de ces recommandations?

- Le piège de « l'autonomie » des lycées: ainsi, les lycées seraient plus « autonomes », plus « libres » dans la rédaction de leurs projets éducatifs. Mais l'objectif réel est le même que celui de la LRU, loi sur les universités, qui a accentué la soumission des universités aux intérêts des capitalistes. En fait, tous les lycées auront l'obligation d'enseigner un « socle commun ». Ce socle commun est né de la loi Fillon, qui en 2005, avait fait manifester des centaines de milliers de lycéens. Il se limite à l'apprentissage du simple lire-écrire-compter-cliquer. Pour le reste, c'est-à-dire la réflexion sur le monde, son fonctionnement, les arts, et tout ce qui permet une véritable émancipation sociale et intellectuelle, les inégalités entre lycées seront renforcées: chaque lycée devra négocier ses moyens auprès de l'académie en fonction... de sa compétitivité
Chaque lycéen aura droit au minimum, alors que les fils de grandes familles auront ce qui leur est nécessaire pour reproduire l'ordre social existant !

- Des profs et des personnels plus précaires: la notation des enseignants sera faite uniquement par le chef d'établissement, de même que le recrutement (porte ouverte à toutes les discriminations). Les promotions seront attribuées au mérite et selon les résultats... des élèves ! La bivalence, c'est-à-dire l'enseignement dans deux matières différentes, deviendra progressivement la règle. Mais pas un mot sur les bas salaires ni sur les personnels non titulaires qui subissent déjà la précarité.

Le choix que nous avons devant nous est simple:
Soit nous nous résignons, acceptant le rapport Pochard et l'application du projet de la droite. Alors, nous évoluerons dans des lycées inégaux, puis dans des universités dégradées et privatisées, et enfin nous parviendrons peut-être après des efforts démesurés à un emploi sous-payé et précaire.
Soit nous profitons des difficultés politiques du gouvernement pour amplifier les mobilisations autour des suppressions de postes en contestant la politique éducative de Darcos: Alors le projet de société de la droite et de la classe capitaliste pourra être contrecarré.

Retrouvez notre tract sur les lycées, suppresions de postes, rapport pochard 
nous ne laisserons pas la droite détruire nos écoles !
>>Cliquez ici<<

Retrouvez le tract "Refusons le lycée des Inégalités"
>>
Cliquez ici<<

Pour le tract sur le blocage du lycée de gondecourt pendant le mouvement anti LRU
>>Cliquez ici<<



Tract explicatif de la LRU et de contre propositions ICI

Articles sur l'éducation ICI
Articles sur la LRU ICI

Et pour finir : les archives des tracts et du matériel militant de l'Union de Villes ICI
Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 15:04
Stop au massacre de nos facs et de nos lycées!

arton228-b54cd.jpgDans de nombreuses régions de France, des mobilisations se développent dans les lycées face aux conséquences concrètes de la politique de la droite au pouvoir. Les causes de ces mobilisations, qui passent parfois par la grève (dans les Yvelines, Paris ou Aude par exemple), sont surtout les suppressions de postes décidées par le gouvernement, qui entraînent la disparition de nombreuses classes, filières ou options.
Nous ne laisserons pas la droite détruire nos écoles pour les transformer en usines destinées à former la future main d'oeuvre servile de demain. La Bourgeoisie n'aura pas le dernier mot ! l'Education et l'émancipation valent mieux que l'enchainement et l'exploitation !

Retrouvez notre tract sur les lycées, suppresions de postes, rapport pochard 
nous ne laisserons pas la droite détruire nos écoles !
>>Cliquez ici & ici <<

Pour le tract sur le blocage du lycée de gondecourt pendant le mouvement anti LRU
>>Cliquez ici<<

undefined
tract explicatif de la LRU et de contre propositions ICI

Articles sur l'éducation ICI
Articles sur la LRU ICI
Repost 0
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 22:30
Réforme Darcos sur les bacs pros,
Mobilisés contre la casse de notre Education!


Darcos précarise l’enseignement professionnel !!!

arton77.jpg Sans aucune concertation, sans aucune préparation, sans prendre en compte les conclusions du rapport expérimental mitigé, le ministre Xavier Darcos entend généraliser la durée de formation pour les baccalauréats professionnels à 3 ans. D’ici 2010 cela concernera plus de 45 000 élèves. Une première étape à la rentrée 2008 consisterait à remplacer 25% des secondes professionnelles BEP par une 1ère année de Bac pro. Cette transformation des filières BEP (2ans) + Bac pro (2ans) en une filière directe Bac pro 3ans n’est pas sans conséquences !!!

Alors même que les filières professionnelles souffrent du manque d'enseignement général, la réforme prévoit une baisse conséquente des heures de Français, histoire géo (102h supprimées), de langue vivante 1 (68h supprimées), de maths sciences physiques (136h qui sautent).

L'enseignement professionnel est une composante importante de l'Éducation Nationale !!! Alors pourquoi priver ces élèves d’un enseignement général de qualité ? C'est une question d'égalité entre les formations et une question de citoyenneté. L'enseignement professionnel ne doit pas être exclu de ces enseignements sous prétexte de réduction des coûts de notre éducation !!!

Avec Darcos, les inégalités en veux tu en voila !!!

En plus d’une baisse conséquente du nombre d’heures des filières générales, la réforme du bac pro aura pour conséquences:

  - Baisse du niveau de la formation dans la spécialité choisie (Et oui !!! C’est pas si simple que ça de faire tenir une formation de 4 ans en 3 ans sans baisse de la qualité) et donc la galère pour trouver un emploi stable

  - Augmentation des effectifs par classe en 2eme année pour intégrer les élèves issus l'enseignement général qui souhaitent se réorienter, ainsi que des CAP.

Mais ceci n’est pas tout. Pour compléter sa reforme Darcos précise « il faudra mieux identifier les établissements scolaires autour d’un ou deux champs professionnels » c'est-à-dire réduction du nombre de formations existantes, de spécialités,… et si t’es pas content il reste le CFA et la galère pour trouver un patron !!!

Depuis des années, la mise en place de lycées des métiers avaient permis de mieux organiser la formation dans un certain nombre de domaines. Mais à l'évidence, le regroupement des domaines professionnels par lycée pose la question du lien entre formation, bassin d'emplois et projets de vie des jeunes. C'est à chaque jeune de choisir sa formation en fonction de ses envies et non pas en fonction de la demande du marché du travail. A ce rythme, ce sont de véritables ghettos éducatifs qui seront créés. Tu veux devenir menuisier dans une région où il n'y a pas ce type d'industrie ou d'artisanat? Déménage!!! (Si tu en as les moyens bien sûr...)

Nous ne sommes pas plus bêtes que les autres : choisissons l’école que nous voulons !!!

Évidemment, cette réforme a pour but de réduire les coûts de l'enseignement professionnel tout en permettant au marché de bénéficier d'une main d'œuvre toute faite. Nous voulons rester maître de notre avenir, nous voulons des filières professionnelles de qualité tant sur le plan de l'enseignement professionnel (diversité des filières et des lieux d'enseignement) que sur celui des enseignements généraux nécessaires à la vie en société et à l'égalité des connaissances et des savoirs!

Les jeunes de ce pays, quels que soient leurs choix de formation, ont droit à mieux que cela. Ils ont droit de bénéficier du partage des connaissances, le droit de revendiquer un enseignement professionnel de qualité et diversifié.

Dans ce sens, nous proposons de mettre en place un système de formation obligatoire de 2 à 18 ans durant lesquelles on pourrait alterner période de formation générale et période de formation professionnelle. Il est nécessaire dans une société des nouvelles technologies et des savoirs de favoriser l'émergence d'une école de la compréhension du monde et de ses problématiques, une école de l'intervention citoyenne. Cela ne signifie pas la fin de l'enseignement professionnel, cela signifie au contraire son renforcement au sein d'un cursus scolaire plus long avec la mise en place de suivis individuels pour pallier aux décrochages scolaires, des systèmes de bourse permettant à tous de suivre une formation au moins jusqu'à 18 ans (et plus encore pour ceux qui le souhaitent).

Ses propositions peuvent être mises en place, l'argent est là partout dans la société. Nous devons prendre en main notre avenir, exiger un meilleur partage des richesses !!!

Ils attaquent de partout, résistons et inventons !!!

Depuis l'élection de Sarkozy, la droite et les capitalistes durcissent la politique : expulsions des sans papiers, Franchises Médicales, remise en cause du choix populaire sur l'Europe, privatisation de l'université avec la LRU, suppressions de tribunaux et des régimes spéciaux, menace sur l'enseignement professionnel, licenciements.. tout y passe !! Et la méthode est de plus en plus violente, des pseudos concertations et des coups de matraques pour ceux qui tentent d'ouvrir un réel dialogue. Malgré la diversité des attaques qui sont portées, c'est un projet de société global qui se met en place : la loi de l'argent partout, tout le temps, pour tous. Et tan pis pour ceux qui n'y survivrons pas !

Les dernières grèves montrent la volonté de lutter contre la remise en cause de tous les acquis sociaux durement obtenus, pour le maintien des services publics. Mais maintenir les acquis ne suffira pas ! Il nous faut en arracher des nouveaux, il nous faut reprendre la politique en main, reprendre l'argent qui dort sur les comptes des grands actionnaires !

N'ayons pas peur du changement. Les utopies d'aujourd'hui sont les réalités de demain.

Tous ensemble, nous pouvons changer le monde !


Retrouvez le Tract format PDF ICI

 

Repost 0