Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 16:18
Coup d'état du congrès le 4 février !
OUI à un Référendum !
NON à l'€urope Capitalist€ !

Les citoyens français, par référendum, ont rejeté en 2005 le Traité établissant une Constitution pour l’Europe. Seule une mobilisation sans précédent peut obliger le président de la République à prendre en compte le NON pourtant massif du peuple Français. Il y sera contraint s’il n’obtient pas, le 4 février, 3/5 des suffrages exprimés du congrès pour la modification préalable de la Constitution française, nécessaire à la ratification du nouveau traité européen. Ainsi les députés et les sénateurs ont le pouvoir d’imposer le référendum, en votant contre cette révision de notre Constitution.
Contre ce coup d'état du congrès, qui va tenter de balayer le vote populaire
Appel à tous les sans-culottes, Tous à Versailles le 4 février !


Car comme l’a dit lui-même N. Sarkozy, on sait bien qu’un nouveau référendum pourrait apporter une nouvelle victoire du "NON" contre l’Europe libérale et capitaliste.

Si la majorité des 3/5e n’est pas atteinte, la Constitution du 4 octobre 1958 impose alors la consultation populaire par référendum.

Le Rôle de la gauche

L'UMP n'a pas à elle seule cette majorité, le groupe parlementaire du PS (le groupe le plus important dans l’opposition) peut donc, avec les parlementaires communistes, faire basculer le sens du vote. Hors actuellement, si les communistes sont engagés depuis plusieurs mois dans la bataille pour un référendum et contre le traité sarkozy, le PS votera le traité et n’ira pas à Versailles.

"Nous voterons le traité simplifié européen parce que ses acquis sont supérieurs à ses insuffisances et parce qu’il est enfin une chance de sortir l’Union de sa paralysie politique", a déclaré le président du groupe socialiste, radical et citoyen (SRC) de l’Assemblée nationale lors de la présentation de ses voeux à la presse. "A une réserve près", a-t-il poursuivi. "Il me paraît impossible que nous participions à la révision préalable de la Constitution dès lors que nous défendons la voie référendaire plutôt que la voie parlementaire", a-t-il dit.

Le
Boycott est une fuite ! A travers la desertification de ce Congrès, le PS montre qu'il refuse de s'opposer à ce coup d'état et que contrairement aux annonces, il ne se livre pas dans la bataille pour un référendum !
S'il à déjà montré sa vraie nature en acceptant de participer à la construction de cette europe anti sociale où les règles du marché bénéficie qu'aux capitalistes, le PS montre cette fois qu'il refuse de donner la parole au peuple.

La gauche doit s'unir pour s'opposer à ce projet de révision de la constitution. Faisons pression sur les élus, clamons haut et fort notre volonté d'un référendum et notre rejet de l'europe de Sarkozy !

Tous ensemble : nous pouvons obtenir un nouveau référendum et dire une fois pour toute : "NON à l'europe capitaliste !"

Pétition en ligne : http://www.nousvoulonsunreferendum.eu/
Humanité spécial : De la constitution Giscard au Traité Sarkozy
Au delà du référendum : Vers une fédération des Etats Socialistes d'Europe

Tract sur le mini Traité : Riches 1 - 0 Les autres
Repost 0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 22:30

Après la victoire du Non en 2005,
Sarkozy tente un coup de force
TRAITÉ EUROPÉEN,
EXIGEONS UN RÉFÉRENDUM !


En 2005, les peuples français et néerlandais s’étaient très largement exprimés contre le traité constitutionnel européen. Celui-ci instaurait le démantèlement progressif des services publics, la mise en concurrence des peuples, des écoles, des universités, des individus entre eux…

En France, le NON a notamment été gagné grâce à une forte mobilisation de la jeunesse. Pendant sa campagne présidentielle, Sarkozy s’était engagé à « remettre l’Europe en marche » en proposant au Parlement européen ainsi qu’au Conseil de l’Europe un traité simplifié. Mais c’est l’Europe libérale qu’il veut remettre en marche !
.

Un traité illisible pour une Europe libérale
.

Il s’agit d’un traité modificatif, c’est-à-dire 160 pages de modifications des troisn précédents traités de l’Union Européenne : le traité de Rome, le traité de Maastricht et le traité de Nice.

Le mini traité présente les mêmes objectifs que la constitution de Giscard D’Estaing. Sur le plan économique, il prévoit une disparition progressive des services postaux nationaux, des systèmes de sécurité sociale… Au profit d’une « harmonisation européenne » par le bas. Ce traité faussement, qualifié de « simplifié » maintient toutes les dispositions qui avaient été rejetées par les français le 29 mai 2005, puis par les néerlandais : dogme de la « concurrence libre et non faussée », Banque Centrale Européenne incontrôlable par les parlements, soumission des forces armées aux injonctions des États-unis par l’intermédiaire de l’OTAN…

Toutes les préoccupations exprimées au plan social restent sans réponse. L’idée d’un salaire minimum européen suffisant pour protéger les salariés de la précarité et d’une concurrence féroce, n’a même pas été évoquée. L’idée d’Europe forteresse est toujours là. En effet, le mini traité prévoit un renforcement considérable des contrôles de police aux frontières de l’espace européen.

Nous, jeunes et étudiants communistes, exigeons un référendum. Après le NON en 2005,seul le peuple français peut décider si ce traité doit être adopté. C’est pourquoi nous organisons notamment deux initiatives pour défendre notre droit à décider :

Des votations citoyennes dans toute la France les 14 et 15 janvier

Un rassemblement à Versailles devant le Parlement réuni en Congrès pour initier l’adoption du traité
.


Une Europe encore moins sociale 
.
La charte des droits fondamentaux, qui était la deuxième partie du projet de constitution, sera réduite à un seul article dont le contenu est extrêmement flou. De plus, l’Angleterre qui avait jugé la constitution trop contraignante sur le plan social pourra ne pas tenir compte des quelques aspects sociaux qui figurent dans le texte, mais le traité lui permettra de poursuivre ses réformes Libérales. Par exemple, elle pourrait ne pas reconnaître le droit de grève. En France, les réformes engagées par la droite seront totalement légitimées par ce traité.

Concrètement, pour les populations européennes, cela entraîne une augmentation des prix dans tous les domaines (logement, éducation, alimentation, transports, culture, énergies…) ; un accès aux soins de plus en plus difficile, avec moins de médicaments remboursés par la sécurité sociale en France par exemple.

N. Sarkozy veut poursuivre et accélérer les politiques qui conduisent aux impasses et à la crise actuelle de l'Europe : La concurrence "libre et non faussée,"qui attaque les services publics et pousse à la concurrence les peuples entre eux sur la base du moins disant social et fiscal, la toute puissance de la Commission européenne ou encore le statut intouchable de la Banque centrale européenne..
.
Un débat confisqué aux citoyens


.

Le Conseil de l’Europe De décembre a définitivement ratifié le traité Sans aucune consultation populaire. Les chefs d’États et de gouvernements se sont entendus sur une adoption du mini traité par voie parlementaire, dans tous les États membres ainsi qu’au parlement européen. Autant dire qu’en France, Sarkozy exclut toute idée de nouveau référendum sur l’avenir de l’Europe. Le traité sera adopté début février par le Parlement français. La réforme préalable des institutions à l’adoption du traité sera discutée le 15 janvier à l’Assemblée Nationale et le 28 janvier au Sénat. Sarkozy estime que son élection à la présidence de la république lui permet d’imposer ce traité au peuple français, malgré le non à la constitution.

Une fois de plus nous sommes aux antipodes de l’Europe à laquelle nous aspirons, c’est à dire une Europe sociale, faite par et pour les peuples qui la composent, une Europe ouverte sur le monde afin de promouvoir la paix, la solidarité internationale, le respect des droits de l’Homme et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, une Europe avec des institutions et un fonctionnement démocratisés.

Nous nous élevons contre ce déni de démocratie et exigeons que les peuples d’Europe soient consultés et qu’ils puissent débattre de l’avenir de l’Europe. Pour cela une seule solution : un référendum !

Sondage, novembre 2007 Paris-Match
71% des Français souhaitent que le traité simplifié remplaçant la constitution européenne soit ratifié par référendum. Seuls 28% des personnes interrogées ne jugent pas le recours au référendum utile. Le soutien à la consultation du corps électoral français est majoritaire quelle que soit la proximité politique des interviewés. Légèrement plus solide à gauche qu’à droite (76% parmi les sympathisants de gauche, contre 66% parmi ceux de droite), le souhait d’un référendum domine également parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007 (63%), et ce malgré la volonté du président de faire ratifier le traité par la voie parlementaire.


Pétition en ligne : http://www.nousvoulonsunreferendum.eu/
Humanité spécial : De la constitution Giscard au Traité Sarkozy
Au delà du référendum : vers une fédération des Etats Socialistes d'Europe
Traité de Lisbonne : Non au coup d'état. Quelle vision de l'europe?
Tract MJCF Europe N°1 - Tract MJCF Europe N°2
Repost 0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 11:39

 
Après l’interdiction des Jeunesses communistes tchèques, des menaces d’emprisonnement contre les dirigeants du Parti communiste ouvrier hongrois. 56 partis communistes et progressistes du monde entier appel à la solidarité internationale avec les communistes hongrois. Le PCF fait partie des signataires. Pourquoi sa direction ne le fait-elle pas plus connaître, en commençant par le traduire (ci-dessous une traduction par nos soins depuis le texte anglais)?
Pour information, le premier ministre Gyurcsany a commencé sa carrière politique comme secrétaire des jeunesses communistes avant de devenir millionnaire après 1990 et d’infliger depuis 2004 en tant que premier ministre une politique ouvertement thatchérienne.

 

Appel commun de 56 partis communistes et progressistes :

Arrêtez la chasse aux sorcières judiciaire et politique contre les communistes hongrois! 


Nous, partis signataires, avons pris connaissance avec vive préoccupation de la menace d'emprisonnement encourue par l’ensemble de la direction du Parti communiste ouvrier hongrois (PCOH) pour « diffamation sur la place publique ». 
Notre conviction est que poursuivre des dirigeants politiques en justice et interdire leurs partis est l'oeuvre de dictatures, non de démocraties. L'acte des autorités hongroises se situe en violation de toutes les normes démocratiques. 
Nous condamnons fermement la persécution politique menée par les autorités judiciaires à l’encontre du PCOH. Elle se place dans la chasse aux sorcières anticommuniste contre les communistes en Europe et contre tous ceux qui combattent les privatisations des hôpitaux et des écoles, les coupes sombres dans les dépenses sociales et les autres formes de la politique néo-libérale.
Nous regardons cette manoeuvre manifeste des autorités hongroises comme une attaque revancharde contre les communistes hongrois. Nous appelons à la solidarité internationale pour la défense des droits civils et politiques du PCOH.
Nous exigeons l'arrêt immédiat de la procédure visant les dirigeants des communistes hongrois.
Nous appelons le Premier ministre Gyurcsany et le gouvernement de la Hongrie à se sortir de l’abîme et à rester fidèles à leurs promesses de garantir la liberté politique, en annulant toutes les charges qui pèsent sur la direction du PCOH.

1er novembre 2007.

 

Les partis signataires : Parti communiste d'Albanie ;Parti communiste d'Argentine; Tribune progressiste du Bahrein ; Parti communiste du Bangladesh ; Parti communiste du Bélarus ; Parti communiste du Brésil [PCdoB] ; Parti du Travail de Belgique ; Parti communiste de Bolivie ; Parti communiste ouvrier de Bosnie-Herzégovine ; Parti communiste de Grande-Bretagne ; Nouveau Parti communiste de Grande-Bretagne ; Parti communiste du Canada ; Parti socialiste des travailleurs de Croatie ; Parti communiste de Cuba ; Parti communiste de Bohême et la Moravie, République tchèque ; AKEL, Chypre ; Parti communiste au Danemark, KPiD ; Parti communiste de Finlande ; Parti communiste français PCF ; Parti communiste allemand DKP ; Parti communiste de Grèce KKE ; Parti communiste ouvrier de Hongrie ; Parti communiste de l'Inde ; Parti communiste de l’Inde [marxiste] ; Parti Tudeh d’Iran ; Parti communiste irakien ; Parti communiste d'Irlande ; Parti communiste d'Israël ; Parti des communistes italiens, PdCI ; Parti communiste jordanien ; Parti socialiste de Lettonie ; Parti socialiste de Lituanie ; Parti communiste libanais ; Parti communiste du Luxembourg ; Parti des communistes, Mexique ; Nouveau Parti communiste des Pays-Bas ; Parti communiste de Norvège ; Parti du Peuple, Panama ; Parti communiste du Pérou ; Parti communiste de Pologne ; Parti communiste portugais ; PKP - 1930, Parti communiste philippin ; Parti de l'alliance socialiste, Roumanie ; Parti communiste de la Fédération de Russie ; Nouveau Parti communiste de Yougoslavie, Serbie ; Parti communiste de Slovaquie ; Parti des communistes de Catalogne, Espagne ; Parti communiste des peuples d'Espagne ; Parti communiste du Sri Lanka ; Parti communiste soudanais ; Parti communiste sud-africain ; Parti communiste de Suède ; Parti communiste syrien ; Parti communiste de Turquie ; Parti du Travail, Turquie [EMEP].

Repost 0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 01:49
Un encouragement pour tous les communistes !

KKE-logo.pngDimanche 16 septembre se déroulaient des élections législatives anticipées en Grèce. Elles ont été marquées par un recul des deux partis de l’alternance qui gèrent depuis 30 ans les affaires du pays dans l’intérêt des puissances d’argent. La droite, « Nouvelle démocratie », reste de justesse au pouvoir avec 152 sièges sur 300, en recul de 13 élus avec 41,84% des voix. La social-démocratie a perdu 14 sièges à 102 avec 38,1% des voix.


Le Parti communiste de Grèce (KKE) est la principale formation politique à remettre en cause le bipartisme. Il a enregistré un net succès avec 8,15% contre 5,90% en 2004, passant de 12 à 22 députés. La coalition de la « gauche radicale » récupère avec 5,04% les voix des Verts et du parti Synaspismos, branche locale du parti de la « gauche européenne ». L’extrême-droite, avec 3,46% rentre au Parlement.

 


Le succès du KKE représente un encouragement pour tous les partis communistes et les communistes qui entendent le rester. Il se fonde sur une pratique de lutte et des positions révolutionnaires, ouvertement marxistes et léninistes, dénuées de tout électoralisme et de tout souci des combinaisons politiciennes. L’action du KKE dans le mouvement contre le démantèlement du système de retraites, la casse du statut du travail ou dans les mouvements étudiant a été reconnue, de même que son activité incessante contre l’impérialisme.

 
Le résultat du KKE atteint 15% dans les îles de Samos, Corfou ou Céphalonie. Il dépasse 10% dans les toutes grandes villes dont Athènes (11,97%) et Le Pirée (13,26%).

L'efficacité du KKE dans les luttes se retrouve aux élections. Ce résultat ne peut que nous réjouir. Félicitations ! Merci !
JC Seclin, Templemars, Vendeville,Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne,Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt,Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,

 

Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 09:05
Pour le Parti communiste grec (KKE):
la politique agraire est responsable des feux

 

incendies-grece-1.jpgLa secrétaire générale du KKE, Aleka Papariga, lors d’une conférence de presse lundi 27 août, a rejeté l’idée selon laquelle les feux qui ont ravagé la Grèce et entraîné 63 morts jusqu’à maintenant constitueraient la conséquence “d’une menace asymétrique” et accuse la politique agraire. 
.

Aleka Papariga, présentant un communiqué du Bureau politique du KKE, a souligné que les tentatives du gouvernement de présenter cette tragédie en termes de “menaces asymétriques” (de complot terroriste - NdT), selon le dogme du nouvel ordre impérialiste mondial, était destiné à “intimider la population pour détourner sa réaction, à la fois pendant la campagne électorale et pour l’avenir”.  
.

Le KKE a appelé la population à participer à la lutte contre les feux qui se propagent dans tout le pays, et a répété que ses militants et ses organisations étaient complètement à la disposition des autorités locales, des organismes publics et des responsables officiels, pour participer aux efforts de lutte contre les feux, porter assistance aux habitants et contribuer à résoudre les problèmes dans la mesure de leurs possibilités. 
.

En ce qui concerne la cause des feux, Aleka Papariga a affirmé qu’ils n’ont pas surgi soudainement mais qu’ils sont le résultat d’une série de mesures et de lois réactionnaires adoptées depuis des années par les gouvernements successifs du parti de la “Nouvelle Démocratie” actuellement au pouvoir et du PASOK, principal parti d’opposition. Le KKE remarque que, depuis 1991, un onzième seulement des forêts détruites par les flammes ont été reboisées dans la région de l’Attique et 1/9ème dans toute la Grèce. 
.

Le KKE souligne que, la voie qui mène à l’enfer actuel a été ouverte par la politique qui a marchandisé les terres et les forêts, qui a encouragé les accaparateurs, qui a sacrifié la prévention des incendies, qui a creusé le déficit criant des équipements, infrastructures et installations de lutte contre le feu et des services forestiers. Le sommet de cette politique a été atteint avec la révision constitutionnelle et plus spécialement celle de l’article 24 sur la protection des forêts. 
.

"Nous faisons face à un plan organisé, qu’il ait existé préalablement ou qu’il ait surgi à l’occasion”, fait remarquer Aleka Papariga, ajoutant que les profits liés aux incendies criminels rejoignent les intérêts de groupes économiques et financiers à qui “on a ouvert l’appétit avec la marchandisation et la privatisation de la terre”. 
.

Selon le KKE, le gouvernement porte de graves responsabilités pour avoir failli dans la mise en place d’une réaction efficace, organisée qui aurait pu atténuer les répercussions du désastre, grâce à des mesures de prévention et de protection des forêts. 
.

Aleka Papariga a aussi dit que le PASOK cherche uniquement à masquer cacher ses propres responsabilités et à tirer profit du malaise légitime du peuple en vue des prochaines élections. En même temps, elle a fait remarquer que la « Coalition de la gauche radicale » ne réussit pas à montrer une autonomie politique en choisissant de s’aligner sur le PASOK et de le soutenir, malgré le lien évident entre les incendies et la politique de propriété foncière et d’utilisation des sols. 
.

Enumérant les propositions du KKE pour la gestion des conséquences des incendies, Aleka Papariga a réclamé l’inventaire complet des dégâts provoqués par les incendies et des zones brûlées et le maintien, sans aucun changement, de la vocation des terres. Elle a demandé, en faveur des agriculteurs, le dédommagement intégral des récoltes perdues et des réserves détruites, une année d’exemption de primes d’assurances et de taxes, le gel du remboursement des emprunts. Elle a demandé également le dédommagement intégral des maisons et des infrastructures agricoles détruites, des plans détaillés et contraignants de reforestation, l’hébergement gratuit pour les victimes des incendies dans les hôtels les plus proches, les recrutements immédiats pour pourvoir aux postes vacants chez les sapeurs-pompiers, dans les services forestiers et dans le service public de santé, avec des embauches à temps plein et à l’année au lieu d’emplois saisonniers. Elle a enfin demandé des travaux pour limiter efficacement les dégâts liés à l’érosion, aux écoulements...

Le KKE exige également l’adoption de mesures politiques urgentes :

--*
le retour sur la révision constitutionnelle et précisément sur la modification négative des clauses relatives à la forêt.

--*
la nationalisation de la grande propriété foncière des zones montagneuses et des forêts. 
--* l’abrogation de toutes les lois et réglementations négatives pour la forêt, en particulier la loi 997/79 du gouvernement ND qui déclasse 2,5 millions d’hectares de zones forestières et la loi 1734/87 du gouvernement PASOK socialiste qui en déclasse 4,5 millions d’hectares.
  JC Seclin, Templemars, Vendeville,Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt,Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,

Repost 0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 21:24

KSM

Interdiction de la jeunesse Communiste Tchèque : Non au Maccarthysme européen.

Image Hosted by ImageShack.us


Le Communist Youth Union (KSM) de la République Tchèque a été officiellement dissous par le pouvoir de l’état le 12 octobre 2006.

Le 16 octobre 2006, le KSM a reçu une lettre du Ministre de l’Intérieur de la République Tchèque, qui lui annonçait que le Ministre de l’Intérieur dissolvait finalement le KSM. Ceci advint  en dépit d’une large campagne contre les dangers de mise hors la loi de l’organisation des jeunes communistes  en République Tchèque.

Le Ministre de l’Intérieur, à l’origine, opposa les statuts du KSM, en tant qu’association civile, au fait que les responsables des activités du KSM interféraient sur un terrain réservé aux activités des partis politiques. Par la suite, le Ministre de l’Intérieur décida que le comportement du KSM était illégal, car il était basé sur les théories de MARX, ENGELS, LENINE et sur nécessité proclamée d’une révolution socialiste.

Toutefois, le Ministre de l’Intérieur n’a utilisé aucun de ces arguments pour la dissolution du KSM. La seule raison qui fut officiellement fournie comme motif de dissolution du KSM, est le fait que dans son programme, le KSM exprime la nécessité de replacer la propriété privée des moyens de production, dans une propriété collective des moyens de production.

La mise hors la loi du KSM a été effectuée dans un climat de chasse aux sorcières menée par des militants anti-communistes, diverses campagnes anti-communistes, des attaques et de nouveaux appels du pied pour l'interdiction du KSCM
. La décision du Ministre de l’Intérieur fut prise une semaine seulement avant des élections locales et sénatoriales auxquelles participait le KSCM.

Les grands "démocrates" qui gouvernent la Tchéquie, sont évidemment complices de cette interdiction scélérate, avec leurs mentors du Parti socialiste européen et du Parti populaire européen. L'Union européenne ne dit mot, pas plus que les défenseurs attitrés des "valeurs démocratiques de l'Europe". Il est vrai que le Conseil de l'Europe a voté au printemps dernier un rapport parrainé par le député suédois Lindblad, lequel prétend criminaliser le communisme et la première expérience socialiste de l'histoire en mettant l'Union soviétique, sur le même plan que le IIIème Reich. Cette symétrie scandaleuse n'a d'autre but en réalité que de diaboliser et de REPRIMER le communisme, tout en banalisant insidieusement l'extrême droite qui fleurit et prolifère dans toute l'Europe de Maastricht, Allemagne et Autriche incluses! En réalité, les nouveaux maîtres capitalistes des pays d'Europe de l'est ont peur d'un débat à la loyale avec les communistes qui n'ont pas renié Lénine et la Révolution d'Octobre, tant le bilan de la contre-révolution et de la restauration capitaliste est négatif pour les ouvriers, les employés, les retraités, les chercheurs, les cinéastes, la jeunesse de ces pays livrés à la déréglementation, au chômage de masse, à la destruction des systèmes publics de santé et d'éducation. Plus que jamais il apparaît que le but des anticommunistes qui ont renversé les régimes socialistes sous les encouragements des impérialistes occidentaux, n'a rien à voir avec la liberté et tout à voir avec le rétablissement de la propriété capitaliste et de l'exploitation du travail humain.

La chasse aux sorcières communistes est, depuis 1991, la pointe avancée de la campagne de criminalisation européenne contre les forces progressistes, syndicalistes, antifascistes et anticapitalistes de toute l'Europe; la laisser se développer serait suicidaire, y compris pour les organisations de gauche qui ne sympathisent pas avec le communisme..

Des milliers de  citoyens de la République Tchèque ont signé une pétition contre la tentative du Ministre de l’Intérieur de rendre illégal le KSM.  La protestation contre la mise hors la loi du KSM fut exprimée en république Tchèque, par exemple, par l’association d’anciens combattants anti-fascistes, des organisations étudiantes,  des partis politiques et des associations civiques.   Une grande résistance a été menée pour faire abandonner ce projet du Ministre de l’Intérieur de rendre le KSM illégal.  Des centaines de représentants de la jeunesse et d’organisations étudiantes, de syndicats et de partis politiques, unis à des milliers de personnes ont protesté auprès du Ministre de l’Intérieur et des ambassades de la république Tchèque de leurs pays. La solidarité avec le KSM a été exprimée par un grand nombre de membres des parlements, d’intellectuels renommés, et de personnalités, telles que le Prix Nobel Dario FO, le Sous Commandant MARCOS, chef des Zapatistes,  ou le chanteur BONO, la voix du groupe U2. Des manifestations de soutien au KSM ont été organisées devant les ambassades de la République Tchèque de nombreux pays du monde. La Fédération Mondiale  de la Jeunesse Démocratique  a été à l’initiative d’une Journée Internationale de Solidarité avec le KSM, le 27 février 2006.

Le KSM, en dépit de sa dissolution officielle par le pouvoir d’état, continuera la lutte pour les droits de la majorité des jeunes : étudiants, jeunes travailleurs et chômeurs. Et pour le socialisme !  Le KSM va contester en justice la décision du Ministre de l’Intérieur.

 
Voici la pétition :
PETITION CONTRE L'INTERDICTION DU KSM
solidarite-pcf-ksm.over-blog.com/

Nous, soussignés, protestons avec véhémence contre les actions judiciaires arbitraires prises par le Ministère de l'Intérieur de la République tchèque pour dissoudre l'Union Communiste de la Jeunesse - KSM. Ces actions, basées sur une discrimination politique et idéologique, ne peuvent être considérées que comme faisant partie d'une campagne anti-démocratique et anti-communiste injuste, qui cherche à restreindre la liberté d'association et d'expression du peuple de la République Tchèque et en particulier de sa jeunesse. Les initiatives prises contre la KSM sont une forme inadmissible de manipulation politique et idéologique, qui, en ciblant les communistes, tente une nouvelle fois de criminaliser l'idéologie communiste et toute action sociale revendiquant la mise en oeuvre des aspirations légitimes de la jeunesse envers la paix, l'enseignement, le travail, la solidarité, un environnement sain et une culture progressiste pour tous.
La tentative de forcer la KSM à modifier sa base idéologique, ou de bannir ses activités, cela juste avant les élections parlementaires, représente également une nouvelle et sérieuse attaque contre le Parti Communiste de Bohème et Moravie, un parti qui occupe la 3ème place au parlement national. Ces mesures minent en fait directement toute une série de libertés et de garanties démocratiques pour la population de la République tchèque. Cette nouvelle action du gouvernement tchèque vise à donner un nouvel élan aux différentes discriminations qui ciblent déjà les communistes et blanchissent les crimes commis par les partisans de la politique et de l'idéologie fasciste et nazie. Nous exprimons notre entière solidarité avec l'Union Communiste de la Jeunesse - KSM, avec les communistes et les autres progressistes de la République Tchèque dans leur combat pour la défense des droits et libertés démocratiques élémentaires. Nous exigeons la fin immédiate des attaques et nous exigeons des démarches concrètes pour restaurer les libertés démocratiques de base de la jeunesse tchèque et la liberté d'action pour l'Union Communiste de la Jeunesse - KSM.

CETTE PETITION SERA ADRESSEE A L’AMBASSADE DE REPUBLIQUE TCHEQUE
(fax: 01 40 65 13 13),
Collecte des pétitions:
Solidarité KSM
PCF, 130 rue Castagnary
75015 PARIS,

Vous pouvez envoyer vos messages de soutien au Parti communiste de Bohème-Moravie. Fax: 00 420 222 897 449

Image Hosted by ImageShack.us
JC Seclin, Templemars, Vendeville, Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt, Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,Image Hosted by ImageShack.us
Repost 0