Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 22:53

Le 1er mai était l'occasion, à Seclin, de rejoindre localement un large cortège de travailleurs et retraités qui ont la volonté de ne pas se laisser imposer les choix d'un régime capitaliste qui s'engraisse sur leur dos La JC du Pévèle-Mélantois était, bien évidemment, de la partie. Au programme, vente de mugets pour financer les quelques camardes qui partent à Cuba au mois de juillet et grande manifestation à travers Seclin.

 

Le rendez-vous était fixé à 9h30, place St-Piat à Seclin, devant le local de la CGT avec les camardes du PCF et de la CGT locale. Près de 500 personnes étaient présentes pour les discours de deux de nos camarades de la CGT et pour la manifestation à travers les rues de Seclin contre cette politique de casse des droits pour les travailleurs. Nous avons donc participé à cet événement tout en vendant ce fameux muguet « anti-Sarkozy », «le muguet qui fait trembler les bourgeois et qui construit le socialisme ». Les cris des camardes de la Jeunesse Communiste ont été entendus par l'ensemble des manifestants et les muguets se sont vendus comme des petits pains...

 

Après la traditionnelle remise des médailles à la mairie de Seclin, nous étions invités au barbecue de la CGT. Un bon moment d'échanges, sur les prochains combats à mener et les prochaines luttes à gagner autour d'un repas en plein air.

 

Repost 0
Clément (avec la participation de Quentin) - dans Vie de la Section
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 15:44
Le 1er mai tous en manif pour changer la société

« Blacks Blocs », « bandes de jeunes », « dealeurs », « ultragauche », « séquestrations », « prises en otages par les grévistes »… En pleine crise, la droite nous ressert son refrain favori : l’insécurité. Ils nous proposent une fausse alternative : le camp de « l’ordre et la sécurité » ou le camp des « casseurs »…

Derrière ce discours la répression des mouvements sociaux fait rage. De plus en plus de jeunes, de militants syndicaux, politiques, associatifs sont arrêtés arbitrairement en marge des mobilisations ! Peu importent les raisons profondes de la colère : le stress, les cadences infernales, la précarité, les écarts et les baisses de rémunération, la brutalité et les menaces de licenciement, les humiliations des travailleurs sans-papiers et ceux qui les soutiennent, les revendications sans réponses, les violences des policiers...

 

Et Sarkozy nous parle de morale… Où est la morale dans un système qui provoque tous les dix ans des crises économiques ravageuses et qui nous enferme dans le marasme écologique et social ? La main sur le cœur le chef de l’Etat promet aux enseignants et aux juges, qu’il a le devoir de leur permettre d’exercer leur mission de service public. Mais il est l’un des premiers responsables de la violence sociale qui se déchaine.

 

C’est son gouvernement qui supprime les Zones d’Education Prioritaires, les réseaux de soutien, des postes d’enseignants, ferme des tribunaux, privatise les services publics et applique à la lettre le « laisser faire » libéral !

La seule réponse concrète apportée par la droite, c’est la police à la sortie des bahuts !

 

NON A LA REPRESSION !

 

La droite et le Medef ont peur de la montée en puissance de la contestation. Face aux mobilisations historiques du 29 janvier, du 19 mars, dans les Antilles et partout en Europe, ils veulent décrédibiliser toute forme d’alternative en dissuadant d’aller manifester.

 

Nous refusons que Nicolas Sarkozy nous enferme dans le recours à la violence ! Pour en finir avec la dictature d’une minorité sur la majorité, nous faisons le choix de lutter quotidiennement pour changer concrètement la société. En gagnant des pouvoirs de gestion dans les entreprises, les lycées, les universités, en gagnant des droits sur nos conditions de vie, de travail, d’étude, nous voulons construire une société qui réponde aux besoins de chacun et non plus à la soif de profits de quelques-uns !



Tract national anti-répression

Repost 0
MJCF Pévèle-Mélantois - dans Résistance & Riposte
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 13:09
Des éléctions européennes importantes

Les éléctions européennes sont les premières éléctions à grande échelle après des éléctions présidentielles "ratées". Il y a 5 ans, les résultats étaient plus en faveur pour l'abstensionnisme que tout autre parti politique. C'est pour cela que nous, militants jeunes communistes, ralliant la cause du grand mouvement de rassemblement de gauche qui est le Front de Gauche, prenons conscience de l'importance de ses éléctions.


Des porte-à-portes pour marquer le coup

Le porte-à-porte est un des moyens pour lutter contre cet abstentionisme, pour dire à la population qu'on est au plus près de ses préoccupations et de ses inquiétudes. C'est aussi le moyen d'exister là où l'ensemble des médias voudraient étouffer l'existence et les idées du Front de Gauche.
Pour cela, la section PCF de Seclin organise dans sa ville une série de porte-à-porte et la JC de l'Union de Villes de l'Ouest Pèvele et du Melantois a participé à quelques uns de ses porte-à-portes. C'est une expérience enrichissante du point de vue humain et social. L'occasion aussi de présenter le programme du Front de Gauche :


 > Une Europe démocratique, avec plus de pouvoir pour le parlement européen (seule instance élue dans l’Union Européenne).
 > Une Europe sociale, où l’on harmoniserait les salaires et les politiques sociales (comme la sécurité sociale, les retraites…) vers le haut et non vers le bas.
 > Une Europe des savoirs, où l’on ne mettra pas les étudiants en concurrence mais bien en coopération.
 > Une Europe de la paix, qui interviendra pour résoudre pacifiquement les conflits dans le monde et tout particulièrement pour travailler à l’apparition d’un Etat Palestinien.
 > Une Europe Ouverte, qui traitera dignement les résidents étrangers et arrêtera avec l’Europe forteresse de Sarkozy, Hortefeux et Besson.
 > Et bien sur l'occasion de mettre une grosse claque au patronat et à la droite européenne, représenté en France par les Parisot et Sarkozy..


Nous avons notre mot à dire

Suppressions de postes de professeurs dans les lycées de Gondecourt et de la Mouchonnière (et j'en passe), nous disons non à cette politique de destruction du service public lancé par le grand gourou de Sarkozy. Le porte-à-porte à la Mouchonnière a été aussi, pour nous, l'occasion de renseigner les parents d'élèves de la fermeture d'une des sections du lycée professionnel du quartier.

Alors le 7 juin 2009, de la rue aux urnes, nous devons affirmer clairement notre refus des logiques en place.  Voter pour le Front de Gauche est aussi une manière de dire non à cette politique destructive en terme d'emploi, de services et de libertés.

Repost 0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 15:49
Suite à l'initiative de lycéens d'horizons divers (membre de la JC ou non), l'idée de lancer une réunion unitaire au lycée s'est traduite avec l'invitation à participer à une réunion lycéenne

Vendredi 17 Avril à partir de 17h30 devant le lycée.

Tous le monde y est convié afin de se mettre à jour sur les annonces de suppressions de postes et leurs conséquences et pour préparer de manière concrète la mobilisation à partir de la rentrée.
 
Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 23:19
Bernard Debreu maire de Seclin, ainsi qu'Albert Despres maire de Roeulx et Michel Lefebvre maire de Douchy-les-Mines sont assignés au Tribunal administratif (TA) de Lille le 14 avril 2009 pour avoir refusé d'appliquer le service minimum d'accueil dans les écoles primaires de leur commune.
Il est intolérable de laisser l'Etat Sarkozyste criminaliser les élus de la république défendant le droit de grève et refusant d'appliquer une loi qui en plus d'être dangereuse pour la sécurité des enfants marque une attaque de plus envers la démocratie et la liberté.

Alors que la droite assure un ‘service minimum’ pour le social, les salaires, et le service public; elle voudrait empêcher les travailleurs et les élus de se défendre, nous ne nous laisserons pas faire !

Nos élus nous défendent, défendons nos élus !
Mardi 14 avril à partir de 9h00 devant le TA (143 Rue Jacquemars Giélée à Lille)

Retrouvez aussi notre précédent article sur le droit de grève.
Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 23:56
Il y a quelques semaines, nous étions sur le marché d'Annoeullin au coté de la cellule  Quinet du Parti Communiste. Au programme, : vente de Gateaux et de chocolat chaud fait par nos camarades, distributions de tracts, pétitions contre les suppressions de postes à Gondecourt et vente du matériel militant traditionnel !

Si l'accroche n'est pas forcément naturelle, la vente à la criée du "Gateau Anti Sarko" ravive les estomacs en même temps que les consciences politique.
Résultat, ils ne restent que des millettes des gateaux et les débats marquent une volonté unanime de lutter contre la politique Anti Sociale de la droite et du patronat !

Près de 100 pétitions auront été signés, et plusieurs centaines de tracts distribués sous les cris enjoués des camarades :
"Contre la loi du Fric, Contre les actionnaires qui jouent avec nos vies, Pour une société de partage des savoirs des richesses et des pouvoirs, pour de nouveaux droits pour les jeunes"

Alors, pour se battre de manière concrète et efficace, pour lutter avec le plus grand nombre à traduire ces slogans dans la réalité, n'hésites pas à rejoindre la JC !

Pour retrouvez les différents tracts distribués par la JC lors des initiatives et avoir un aperçu des batailles actuelles : un pti tour du coté des archives militantes de l'union de Villes..


Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 16:06
Dans la perspective de la participation des jeunes communistes du pévèle mélantois au contre sommet de l'OTAN  et à l'approche des élections européennes, voici un nouveau tract sur l'OTAN !

Pour le retrouver, cliquez ici

A retrouvez aussi, un article de l'humanité !

Cette manif dont ils ne voulaient pas !

Le dispositif policier mis en place par les autorités françaises a contribué aux violences. Mode d’emploi pour gâcheur de manifestations.


Ostensiblement, les autorités ne voulaient pas que la manifestation des « anti-OTAN » se tienne à Strasbourg. Ils auront pourtant été près de 30 000 à défiler, pacifiquement. Mais, des négociations au déroulement même de la journée, tout a été mis en oeuvre pour nier, et tenter de discréditer un mouvement populaire, pacifique et pacifiste.


Décourager les manifestants

Jamais, sans doute, parcours de manifestation n’aura été aussi politique. D’un côté, les autorités, qui, des dires mêmes de Michèle Alliot-Marie, la ministre de l’Intérieur, s’attendaient à 60 000 participants, avaient relégué les manifestants en périphérie de la ville, et proposaient un parcours à travers la zone industrielle (donc visible ni par les dirigeants, ni par les populations). De l’autre, les organisateurs, français et allemands, souhaitaient que les deux cortèges se rejoignent sur le pont de l’Europe. Du coup, le vendredi soir, le parcours officiel n’était pas encore connu. Et le samedi matin, les participants ont dû marcher pendant des kilomètres jusqu’au point de ralliement du Jardin des deux rives. Ils sont plusieurs milliers à avoir surmonté l’interruption des transports en commun, l’instauration des barrages routiers. À 13 heures, ils apprennent que les autorités ont fermé le pont de l’Europe. Les manifestants d’Allemagne ne peuvent les rejoindre.


Une ambiance festive et détendue

Dès 13 heures, un regroupement festif et politique, les manifestants français. Ils sont plusieurs milliers à écouter des groupes jouer sur scène, et différents intervenants qui prennent la parole : Arielle Denis, coprésidente du Mouvement de la paix, Francis Wurtz, député européen, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, Rainer Schmidt… tous dénoncent le maintien de l’OTAN. Marie-George Buffet (PCF), Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) et Patrick Le Hyaric (directeur de l’Humanité) sont présents. Même si un hélicoptère survole la foule à basse altitude et gêne les prises de parole, l’ambiance est détendue.


Casser la manifestation

Alors que les autorités avaient promis de garder ouvert le pont de l’Europe qui enjambe le Rhin entre la France et l’Allemagne, les policiers allemands empêchent les manifestants d’outre-Rhin de franchir le fleuve et bloquent les manifestants côté Français. La tension monte. Une centaine de Black Blocks (groupuscules issus des autonomes allemands) s’en prennent au bâtiment des anciennes douanes. Les policiers allemands postés sur le pont de l’Europe laissent faire. Selon certains témoins, des individus auraient été vus, portant jeans, blousons noirs et sacs en toile mêlés à ces agitateurs, et rejoignant ensuite les véhicules des forces de l’ordre.

À 14 heures, des extrémistes défoncent les vitres d’un hôtel, qui semble destiné à la démolition, dans le quartier du port du Rhin, et y pénètrent. Les habitants du quartier protestent en vain. Les policiers sont absents. Scène similaire à l’office du tourisme et dans une pharmacie. Une dizaine de minutes plus tard, les CRS chargent. Tandis que des incendies se déclarent, ils repoussent les casseurs vers le Jardin des deux rives. Les deux camps entament une bataille rangée : gaz lacrymogènes contre feux d’artifice et pierres.

À 14 h 30, le cortège s’élance. Venu du centre-ville, un convoi de police coupe la manifestation à hauteur d’un pont ferroviaire. Il est pris à partie par des extrémistes, et les CRS postés devant un hôtel en flammes tirent des gaz lacrymogènes en plein dans le cortège.


Pressurer les manifestants

À coups de barrages sur les ponts et dans les rues, les forces de police empêchent le déroulement normal de la manifestation. Exemple à 16 heures quand, rue du Port-du-Rhin, plusieurs milliers de manifestants sont pris au piège. Impossible de retourner au point de départ car l’accès est barré par un cordon de CRS près d’un hôtel en proie aux flammes. Impossible aussi de faire demi-tour car un deuxième barrage interdit de rejoindre le restant du défilé. À 16 h 15, les policiers situés dans le haut de la rue chargent une petite minorité d’extrémistes. La charge réduit de moitié l’espace laissé aux manifestants.

De la foule s’avance un homme qui parlemente avec l’officier responsable. Les CRS ouvrent un passage. Mains levées, les manifestants passent devant les CRS. Pacifique dans son immense majorité, empêchée de défiler, acculée dans une souricière, la foule se sent humiliée et estime son droit à manifester bafoué. Les policiers procèdent à des interpellations. Ils agrippent au passage certains jeunes. Plaqués au sol ou contre un mur, les interpellés sont fouillés, menottés avant d’être tous… relâchés.

Le soir, pour entrer dans le centre-ville, les manifestants doivent présenter leurs papiers, et dénouer les drapeaux « Peace » qu’ils portent autour du cou.


S’exprimer malgré toutes les humiliations

Malgré les humiliations, la volonté de bafouer l’expression démocratique des pacifistes, une partie des « anti-OTAN » ont continué leurs débats le dimanche, assistant à des conférences riches, et réunis en atelier. Ils ont élaboré des propositions pour un monde sans l’OTAN. Pendant ce temps, ceux qui vivaient dans le campement tentaient de regagner leurs pénates. Dès 13 heures, pourtant, les forces de l’ordre l’avaient encerclé, fouillant systématiquement ceux qui voulaient sortir, empêchant l’accès au village. Le prétexte ? « La recherche de ceux qui ont cassé. »


Fabien Perrier et Alain Peter


Repost 0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 22:00
Repost 0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 21:42

Nous appelons tous les étudiants, personnels, chercheurs et enseignants chercheurs, à des manifestations dans toute la France pour exiger la satisfaction de toutes nos revendications :

- l’abrogation de la LRU
- le retrait du projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs et du projet de contrat doctoral,
- le retrait de l’actuel projet de réforme de la formation des enseignants et des concours, et l ouverture de négociations pour une tout autre réforme
- la restitution des emplois supprimés y compris pour les chaires -, la définition d’un plan pluriannuel de créations d emplois,
- l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche.


Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 15:09
Repost 0