Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:08

 Interview à Liudmila Álamo Dueñas, Première Secrétaire de l’UJC

 

http://www.boxsociety.com/wp-content/uploads/2010/04/ujc-logo.jpg

Sébastien Madau : – Quels ont été les défis de ce IXème Congrès de l’UJC ?


Liudmila Álamo Dueñas : Le premier défi du Congrès de l’UJC* a d’abord été celui du contexte historique dans lequel il s’est déroulé, marqué par une crise générée par le système capitaliste qui met en danger l’existence même de l’espèce humaine, avec ses conséquences inévitables pour notre pays soumis au blocus assassin des USA qui dure depuis plus d’un demi-siècle, et au passage dévastateur de trois ouragans qui ont causé quelques 10 milliards de dollars de dégâts.

Aussitôt qu’on se place dans ce contexte on comprend facilement les défis complexes et fondamentaux auxquels est affrontée notre génération et qui se sont manifestés au Congrès, car nous n’avons jamais perdu de vue l’essentiel ; la ligne conductrice accompagnant tout le processus, avant et durant le Congrès lui-même : perfectionner notre socialisme, c’est-à-dire être plus efficaces et plus productifs ; les débats ont porté, en majorité, sur les moyens de renforcer le fonctionnement interne de notre organisation, de la rendre plus dynamique, créative, authentique afin qu’elle ne représente pas seulement ses militants mais aussi toute la jeunesse cubaine, que nous soyons en capacité d’analyser nos problèmes et de proposer des solutions, certes pas toujours faciles, mais il s’agira de nos solutions, bien éloignées de recettes, qui nous ramèneraient ouvertement ou sournoisement vers le capitalisme avec son cortège d’inégalités et d’égoïsmes que nous connaissons bien, surtout pour les plus jeunes.


SM : – La jeunesse cubaine d’aujourd’hui, est-elle consciente qu’elle a un rôle à jouer dans la continuité du processus révolutionnaire ?


LÁD :Nous pouvons dire qu’elle en est totalement consciente et c’est pour cela que le IXème Congrès a été guidé par la devise «  tout donner pour la Révolution » et nous préparer à faire avancer peu à peu et sans discontinuité ce processus, comme c’est le cas pour tout processus révolutionnaire ,car si vous analysez notre histoire, vous vous apercevrez que cette transition générationnelle est en route depuis longtemps. Décennie après décennie, les nouvelles vagues de jeunes ont assumé des rôles importants dans la société et aujourd’hui cela continue.

Il s’agit d’un processus linéaire et sans rupture ; dans nos idées il y a celles de Fidel, de Raúl, de notre Parti, qui à leur tour synthétisent celles de Martí et d’autres personnages illustres qui ont nourri l’histoire de cette nation ; cependant, nos ennemis s’entêtent à chercher une rupture qui n’existe pas, et tentent de nous séparer de la génération historique qui a donné naissance à cette œuvre, chose totalement absurde, car il est impossible d’imaginer que tout ce qui est acquis aujourd’hui puisse être l’œuvre d’une poignée d’hommes et doive s’arrêter à la mort de ceux-ci. Ces hommes, de même que beaucoup d’autres qui ne sont plus parmi nous physiquement, nous laisseront leurs idées, les méthodes et l’expérience qui sont des armes très puissantes entre les mains des révolutionnaires.

Depuis toujours, partout où elle s’est investie, la jeunesse construit au quotidien l’œuvre collective avec un grand sens de l’humanisme, de l’anti-impérialisme et de la solidarité, qui a fait la grandeur de ce pays depuis plus d’un demi-siècle.


SM : - La jeunesse cubaine d’aujourd’hui a-t-elle des doutes ou des soucis sur l’avenir ? Si oui, lesquels?


LÁD : En tant que révolutionnaires nous sommes obligés de nous inquiéter pour l’avenir, nous ne pouvons pas rester indifférents, mais nous ne sommes pas inquiets sur le plan catastrophe et négatif comme veulent le semer chez-nous les oiseaux de mauvais augure de l’impérialisme, nos préoccupations ont un objectif différent, notamment celui pour la recherche de solutions aux situations complexes du monde dans lequel nous vivons et dans celui où nos enfants devront vivre, un monde menacé par les dangers qui mettent en péril la vie sur la planète, qui n’appartient pas qu’aux riches, même s’ils pensent le contraire

Nous nous faisons du souci pour l’environnement, pour l’impact des changements climatiques sur des pays comme le nôtre ; nous sommes préoccupés par le blocus US contre notre île, qui a de lourdes conséquences sur  notre qualité de vie et notre développement économique, et du sort de nos cinq frères anti-terroristes, que la haine envers nous a fait emprisonner dans les geôles US ; nous sommes soucieux des moyens permettant de faire grandir la conscience du travail et de l’efficacité dans notre société.

Comme on peut l’observer, beaucoup de choses nous préoccupent, mais nous nous en occupons et nous le faisons en sachant bien quelle est la direction à prendre et elle n’est rien d’autre que celle du socialisme. Nous ne sommes pas exempts d’erreurs de jugement, mais nous luttons pour y remédier.

Nous sommes également soucieux du destin de l’espèce humaine; nous serions égoïstes de ne penser qu’à notre bout de pain. José Martí, le héros national de Cuba disait : “La Patrie c’est l’Humanité”, nous, nous sommes très engagés pour la survie de l’être humain, et contre l’abîme au fond duquel le capitalisme mondial l’a jeté. Les crises économiques et environnementales, la xénophobie et le racisme, l’exploitation de l’homme par l’homme, les sociétés de consommation irrationnelles peuvent nous mener au chaos et à l’autodestruction.


SM : - Quelquefois certains jeunes Cubains, professionnellement de haut niveau, comme les médecins et les professeurs, se sentent frustrés à cause de leur bas salaire qu’ils reçoivent pour leur travail. Ceux qui travaillent dans le tourisme et qui souvent n’ont pas un niveau culturel aussi élevé ont une meilleure situation. Est-ce que ces situations où le niveau de vie est en désaccord avec  un niveau culturel et professionnel élevé ont été discutées au cours des débats au Congrès ?


LÁD : Comprendre les contradictions actuelles de l’économie cubaine c’est d’abord prendre en compte les limites que nous impose le blocus nord-américain, qui constitue le principal obstacle à notre développement ; son impact sur notre économie et notre commerce, l’effondrement du camp socialiste, la situation actuelle de crise économique et financière et ses effets sur Cuba, nous ont obligés à développer une économie de résistance, ce qui explique ces particularités, incompréhensibles si l’on n’analyse pas tous ces facteurs et si l’on ne connaît pas Cuba sous tous ses aspects.

Pour tout cela notre Congrès a placé l’économie au centre de sa problématique ; dans tous les secteurs productifs à Cuba on peut voir des visages jeunes et c’est dans ces endroits où l’on travaille pour trouver la solution à ces contradictions, qui n’auront pas de recettes magiques, donc nous sommes conscients de la nécessité d’augmenter la production, la productivité, l’efficacité, réduire les coûts, économiser les ressources dont nous disposons et travailler dur, pour augmenter nos recettes de façon à contribuer à une économie plus équilibrée et nécessairement socialiste.

Il faut savoir que même en luttant contre ce type d’anomalies économiques et financières, ici, nous n’avons jamais fermé une seule école ni un seul hôpital, nous n’avons jamais diminué les pensions de retraite et personne ne s’est retrouvé au chômage, c’est un mérite qui nous revient, car il aurait été très facile d’assainir l’économie à la manière néolibérale, mais dans notre société [cubaine] nous ne concevons pas de le faire au détriment du social.


SM : – Quel est le sentiment de la jeunesse cubaine sur la thématique de la migration ?


LÁD : Nous l’appréhendons comme un phénomène mondial et donc, logiquement, Cuba n’y échappe pas, toutefois dans notre cas il est profondément politisé, à tel point qu’en 1966 le gouvernement US a voté la Loi d’Ajustement Cubain, garantissant un traitement spécial aux Cubains qui émigrent afin de stimuler une hémorragie alimentée par des sorties essentiellement illégales. Cette loi garantit de scandaleux privilèges à tout citoyen de cette île qui parvient à fouler le sol de leur pays, peu importent les méthodes ou les voies empruntées, et sans chercher à savoir s’il s’agit d’un délinquant ou d’un terroriste. Nous serions curieux de voir ce qui se passerait si cette loi était étendue à toute l’Amérique Latine et à tous ses autres jeunes. Pour eux, c’est juste le contraire, des murs sont érigés à la frontière avec le Mexique et des lois racistes sont votées en Arizona.

Toutes les transnationales de la presse et les médias en général, amplifient ce phénomène. Elles ont travaillé avec enthousiasme à créer l’image d’une Cuba antidémocratique, que ses enfants fuient (les Cubain(e)s fuient, les autres émigrent) et elles jettent le trouble en montant en épingle tout Cubain qui arrive en « terre promise » ; elles utilisent la même stratégie pour discréditer la Révolution cubaine et exercer ainsi une pression pour nous détruire. Notre jeunesse n’ignore pas les nuances lamentables de la migration, le flux migratoire universel du Sud vers le Nord, pour des raisons  économiques, ne nous est pas épargné, ce facteur économique est bien plus important que le facteur politique et nous sommes parmi les premières victimes de la fuite des cerveaux et des talents sportifs et culturels. C’est une sorte de pillage effectué par le capitalisme développé qui cause d’énormes dégâts au Tiers monde.


SM : - Quelles sont les aspirations de la jeunesse cubaine en ce qui concerne les  voyages et la découverte du monde ?


LÁD : Je crois qu’il s’agit des mêmes aspirations que celles de n’importe quel jeune dans tous les coins du monde, c’est quelque chose qui est propre à l’être humain, ce désir de connaitre d’autres lieux, mais c’est triste que des millions d’êtres humains passent toute leur vie sans sortir de leur coin, en parvenant juste à survivre, alors qu’une minorité voyage pour le plaisir, et que même certains paient des fortunes pour aller dans l’espace.

De nombreux Cubain(e)s se rendent à l’étranger pour rendre visite à un ami, à leur famille, ou pour se perfectionner ou pour un événement professionnel, et des dizaines de milliers d’autres offrent une aide solidaire à d’autres nations, comme les médecins volontaires ou d’autres professionnels.

Nous avons aussi abordé ce sujet dans les commissions de travail du Congrès. La presse capitaliste, ennemie de Cuba, diffuse constamment que les jeunes Cubain(e)s ne peuvent pas voyager, accréditant ainsi l’idée qu’ici le gouvernement « garde prisonniers les citoyens ». S’il s’agit de la connaissance du monde, hé bien, paradoxalement, nous, les jeunes Cubain(e)s, sommes des privilégie(e)s, j’ai déjà dit pourquoi, mais n’oublions pas que nous sommes un pays sous-développé, lourdement frappé par le blocus économique et politique, et qu’aujourd’hui nos priorités sont notre travail au jour le jour pour aller de l’avant, et que les ressources individuelles et collectives sont utilisées pour des besoins ponctuels.


Interview réalisé par Sébastien Madau.
Le 15 avril 2010

*UJC : Union de la Jeunesse Communiste

source : http://moncada26.canalblog.com/

Partager cet article

Repost 0

commentaires