Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 00:01

Les grands médias : Opium du peuple dans les mains de Sarkozy et des capitalistes

1120041250_small.jpg
Un épisode de plus dans le feuilleton le plus vu de toute l'histoire de la télévision : The Sarko-show ! Et oui, "notre" président de la République envahi littéralement nos écrans jusqu'à l'insoutenable ! Où est donc passée cette fameuse "journée nationale sans Sarkozy dans les médias" ? Elle n'est plus et ne fut pas ! Pourquoi ? Parce que les proches de son Altesse détiennent les médias, les mass-médias, nos écrans, nos programmes, nos avenirs, nos vies !!! Mais sûrement pas notre rage, notre esprit militant, ni nos luttes !
Alors où en sommes nous véritablement aujourd'hui en France ? Où en sommes nous dans le pays dit "des Droits de l'Homme" ? Existent-ils vraiment ? Où se cachent nos libertés les plus fondamentales? Les Droits dits "inaliénables" de l'Homme? Parmis ceux-là où est ladite liberté d'expression ? L'enquête est ouverte ...
 
Les temps sont durs et pour tout le monde ! Même l'institution socialisatrice du XXI° siècle : les médias croulent sous les coups ! L'ironie du sort étant que le premier à avoir été entendu tirer la sonnette d'alarme n'est autre que François Bayrou lors de son inoubliable passage à la grand'messe de notre télévision privée favorite : TF1. Les communistes ont depuis des années mis en garde sur les dangers de la propriété privée des médias et la nécessité d'une appropriation populaire des médias, mais mieux vaut faire passer un François Bayrou, fondamentalement acquis aux intérêts des capitalistes, pour un révolutionnaire que de donner la parole aux communistes qui portent en eux les clés pour abbatre le système qui tient tant à coeur aux Bollorés, lagardères et compagnie.. Ainsi les médias seraient-ils au service de sa Sainteté Sarkozy et à la botte de toute la clique de parasites qui détiennent les grands moyens de productions à commencer par les moyens de productions intellectuels que représentent les médias? Qui seraient les diaboliques médiateurs? Cela dure, encore et toujours, depuis trop longtemps ! Cela avait commencé peu de temps avant le lancement officiel de la campagne présidentielle où Mr Sarkozy alors Ministre de l'Intérieur été l'invité de l'émission de FRANCE 3, France Europe Express, où il avait laissé explosé sa colère et son sentiment d'indignation : il n'avait pas de loge ! On pourrait également citer parmi les frasques républico-légales du Président de la République, le limogeage du patron de Paris Match, qui avait eu l'outrecuidance de montrer Cécilia en compagnie d'un autre que lui en Une. Les médias sont cruels parfois Monsieurs Sarkozy l'a bien compris ! Outre son omnipotence et son caractère autoritaire, Sarkozy jouit surtout d'un réseau d'amis bien implanté dans le monde médiatico-politico-financier. Rapports de force, rapports de connivences, proximité ambigüe, amitiés douteuses... D'abord, il y a Martin Bouygues, le plus proche de tous, son meilleur ami et, ça tombe bien, patron de TF1 (soit un tiers de l'audience télévisuelle). Mais il y a aussi Arnaud Lagardère, son «frère», patron du groupe qui abrite en son giron Europe 1, Paris Match, le JDD, etc. C'est sans compter avec Serge Dassault, déçu du chiraquisme, et propriétaire du Figaro, Bernard Arnault, le témoin de son mariage avec Cécilia, et propriétaire de la Tribune, François Pinault, propriétaire du Point avec qui Sarko partage entre autres la même passion du vélo, ou encore Vincent Bolloré propriétaire de Direct 8, ou encore de Direct soir (le torchon de propagande capitaliste distribué par des étudiants précaires, le soir, devant les bouches d'entrée des métros Lillois) a pour sa part gracieusement prêté son Yacht au président nouvellement élu qui devait "rentrer dans le costume de sa nouvelle fonction". Et alors ? Tous ces actionnaires ont-ils le petit doigt sur la couture et peuvent-ils vraiment mettre leurs journalistes au garde-à-vous ? tf1roulepoursarko.jpgPas si simple. Mais certains faits sont troublants. Une télévision H24 sous influence, qui subit à pluie battante les pressions : coups de fil, conseils, pressions, et sans doute et aussi une bonne dose d'autocensure de la part des chaînes de peur de déplaire, l'ombre de Sarkozy et ses amis capitalistes plane sur les JT. La crise des banlieues de 2005 en est l'illustration toute spéciale. Novembre de cette année-là, 7 à 8 (TF1) saisit en caméra cachée une provocation policière envers des jeunes. Savon du directeur de l'information. Le dimanche suivant, l'émission contrebalance avec les interviews de maires de banlieues chaudes. Le 10 novembre, cette fois, c'est France 2 qui diffuse dans son JT les images du tabassage de jeunes par des policiers. Ceux-ci sont suspendus. Arlette Chabot décide d'ôter le reportage du site web de France 2 : «Nous ne voulions pas tomber dans la surenchère.» En août dernier, le ministre de l'Intérieur, invité à TF1 pour une interview, en profite pour passer un savon mémorable à un journaliste. La raison ? Un reportage sur les sans-papiers de Cachan, jugé trop complaisant. Autre affaire : le 7 mars 2006, la veille d'un délicat voyage du ministre aux Antilles, TF1 annonce que le joker de PPDA sera désormais le journaliste noir et antillais Harry Roselmack. Un bien beau hasard n'arrivant jamais seul, Sarkozy est déjà au courant. Le 17 février 2007, recevant Place Beauvau le club Averroes, qui défend l'image des minorités dans les médias, le ministre de l'Intérieur avait en effet annoncé la nouvelle : il y aura, cet été, un Noir au 20 heures. D'ici à ce que ce soit Sarkozy qui ait lui-même soufflé l'idée à Bouygues... Plus récemment, ainsi que le raconte cette semaine le Canard enchaîné, Claude Guéant, directeur de campagne de Sarkozy, a tenté de s'assurer auprès de Patrick de Carolis, président de France Télévisions, que les émissions de Georges-Marc Benhamou, récent soutien de l'UMP, seraient bien reconduites à la rentrée. Raté : Carolis l'a envoyé sur les roses. Une autre fois encore, lors de l'interview de Sarkozy sur TF1 par PPDA et François Bachy, un détail amusant : plusieurs plans ont montré que, sous la table, le candidat de l'UMP avait enlevé ses chaussures. Sarkozy en chaussettes ! Il se croit chez lui, ou quoi ? Sans compter les dernières et plus récentes oeuvres du Sarkoman : les pubs bientôt supprimées chez France Télévision, une taxe toute nouvelle sur l'électroménager pour combler, une fois de plus ce sont les contribuables extra-contribuants qui paient la note, salée en plus ! Mais le pire est que Môssieurs Sarkozy fanfaronne : «C'est normal. J'ai été ministre de la Communication.» Et il ajoute : «Je les connais, les journalistes.» Mais c'est fou, il connaît tout ! Omniscience, omnipotence ... Mais c'est sans doute sur Paris Match que les interventions de Nicolas Sarkozy ont été les plus directes et les plus pressantes. Témoin, l'incroyable limogeage de l'ancien patron de Paris Match, Alain Genestar. Témoin aussi, depuis, le chouchoutage du candidat. Ah ! ce titre «Un destin en marche», dont a bénéficié Sarkozy en décembre 2006 (sans parler des huit pages lui étant dédiées). Mais si c'était tout. Très déboussolant aussi, le tout récent «outing» de Joseph Macé-Scaron, actuellement directeur adjoint de la rédaction de Marianne , dans l'émission On refait le monde du 16 avril 2007 sur RTL : «J'ai démissionné du Figaro Magazine [en juin 2005], tout simplement parce que j'ai refusé de tailler des pipes à M. Nicolas Sarkozy.» Direct. Aussi déconcertant que les coups de fil de Sarkozy à Edouard de Rothschild (actionnaire de référence de Libération) pour se plaindre... Ah le petit Nicolas fait des siennes. Nicolas passe, les médias trépassent mais le dossier n'est pas encore classé ... Affaire à suivre.

 

Wassinia ZIRAR

ensembletoutdevientpossbq3-copie-3.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires