Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 23:30

NON à La LRU
Université placée au service du marché, démocratie

universitaire affaiblie, casse de la fonction publique...
Tous dans la lutte !

 


Le but de la droite avec cette loi est double : confisquer le savoir pour conserver son pouvoir et renforcer l’économie capitaliste. Pour cela, elle réserve ses meilleurs formations à une élite et adapte l’université aux seuls besoins du marché. Mais cette politique va contre les besoins humains réels : elle prive la majorité des individus de la possibilité d’être citoyen à part entière et renforce la précarité que trop d’entre nous vivent.

Cette loi a d’abord pour but de placer l’université au service des besoins du marché. Il s’agit de définir les connaissances que doivent acquérir les étudiants à partir des besoins spécifiques des entreprises. Dans ce but la loi complète les dispositions de la réforme LMD : elle permet dès à présent aux universités de gérer elles-mêmes toutes leurs ressources, leur patrimoine immobilier et de recourir à des financements privés sans aucun contrôle.
Cette loi affaiblit la démocratie universitaire en augmentant le pouvoir des présidents d’universités et en n’autorisant aucun contre-pouvoir à celui-ci. Le conseil d’administration (CA) est restreint. Les étudiants y sont peu représentés. Il décide de tout : les autres conseils sont relégués au rang d’instances consultatives. Le président est élu par le CA seul et non plus par l’ensemble des conseils. Il a d’importants pouvoirs concernant la gestion et l’administration.

Cette loi organise la casse de la fonction publique. Le statut des enseignant-chercheurs comme des personnels est attaqué avec notamment le droit de veto du président sur les affectations et la possibilité qui lui est donnée de recruter des contractuels à la place des fonctionnaires. De plus, le président est responsable de l’attribution des primes et le risque de clientélisme est grand.

Les conséquences, nous les connaissons, parce qu’elles ont été les mêmes dans tous les pays qui ont déjà fait la réforme : les inégalités entre les facs et entre les étudiants vont se développer et on se dirige vers un enseignement supérieur à deux vitesses ; les patrons des entreprises n’hésiteront pas à faire du lobbying pour leurs seuls intérêts puisque celles-ci investissent dans l’université directement ; les frais d’inscription vont augmenter fortement à moyen terme parce que les universités auront besoin d’un financement important que l’Etat refuse d’assumer. La voix des acteurs de l’enseignement supérieur pèsera peu au vu de la réforme de la gouvernance. Enfin les enseignants-chercheurs et l’ensemble des personnels seront fragilisés par une loi qui s’attaque à leurs droits et les met en concurrence : c’est la qualité de leur vie et de leur travail qui en fera les frais.
Le gouvernement veut nous faire croire qu’il a une grande ambition pour l’enseignement supérieur et au même moment est annoncée la suppression d’environ 11 000 postes dans l’Education nationale !
Luttons pour l’abrogation de la loi. S’il faut une loi pour réformer l’université, il faut d’abord s’accorder sur les missions de l’enseignement supérieur. Il faut que la communauté universitaire ait la possibilité de débattre de la meilleure réforme. OUI, il y a besoin de réformer l’Université pour résoudre les problèmes actuels qui sont bien réels : l’échec scolaire, le manque de moyens financiers et humains... Mais cela ne peut se faire qu’en renforçant le caractère public de l’enseignement supérieur et en le démocratisant.

Des repères sur la loi :

Voici quelques dispositions parmi les plus dangereuses :

(Un livret détaillé est disponible ici)

 

Elle permet dès à présent aux universités de gérer elles-mêmes leurs formations, mais aussi toutes leurs ressources, leur patrimoine immobilier, de recourir à des financements privés sans aucun contrôle (Cf. Chap. II, Art. 28, 29, 30, 31 et 33).

Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains du président de l’université, elle lui assure une très solide majorité. Seul à participer aux 3 conseils, le président dispose d’un droit de veto, notamment sur les recrutements. Tout de la gestion financière à l’organisation des cours, passe par lui (Cf. Titre II chap. II.).

Le conseil d’administration (CA) est quand a lui restreint. Désormais les étudiants y sont moins représentés que les personnalités extérieures. Dans certains cas des 10 représentants étudiants élus il n’en restera que 3 (Cf. Chap. III art. 7).

Cette loi organise la casse de la fonction publique. Le statut des enseignants chercheurs et des personnels est démantelé notamment par le droit de veto du Président mais surtout par la possibilité qui lui est donnée de recruter des contractuels à la place des titulaires (Cf. Titre III, Chap. I Art. 19).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires