Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 11:26
Valery Sabline et la mutinerie de la Sentinelle

Valery Sabline et la véritable histoire d’« A la poursuite d’Octobre Rouge »

« Aie confiance dans le fait que l’histoire jugera les événements et que tu n’auras jamais à rougir de ce qu’à fait ton père. Surtout, ne devient jamais une de ces personnes qui ne font que critiquer mais qui ne vont jamais jusqu’au bout leurs actes. Ces gens sont hypocrites et lâches, car ils n’ont pas la force de concilier leurs actes avec leurs idées. Je te souhaite d’avoir beaucoup de courage. Préserve fermement en toi la conviction que la vie est merveilleuse. Sois positif et sache que la révolution triomphera toujours ».
(Extrait de la dernière lettre de Valery Sabline à son fils, écrite peu avant son exécution).


Le Film A la poursuite d'Octobre Rouge est inspiré d'un fait réel. En novembre 1975, l'officier Valéry Sabline dirigeait une mutinerie à bord du navire de guerre soviétique La Sentinelle. Jusqu'en 1990, on crut que l'équipe de la frégate avait voulu déserter et passer à l'Ouest. C'est sur cette explication qu'est basé le film. Mais elle a été démentie par les documents qui  ont émergé au moment de la chute du régime soviétique. En réalité, l'objectif de Valéry Sabline était de provoquer une révolution politique en URSS, pour renverser la bureaucratie stalinienne et restaurer un authentique régime de démocratie ouvrière.

Qui était Valéry Sabline ?

« Sabline était un fervent partisan du communisme. Il était originaire de Léningrad (aujourd’hui Saint-Petersburg). Le souvenir du cuirassé Potemkine, dont l’équipage s’était mutiné pendant la révolution de 1905, et du croiseur Aurora, qui a joué un rôle important dans la révolution de 1917, lui ont servi d’inspiration et il espérait que sa propre mutinerie serait l’étincelle qui mettrait le feu aux poudres d’une nouvelle insurrection à Léningrad, laquelle permettrait de mener à son terme une révolution russe qu’il considérait comme inachevée. »

Valéry Sabline était fils et petit fils d'officiers de la marine. Depuis son enfance, il rêvait de naviguer. En 1955, alors qu'il avait à peine 16 ans, Valéry  fut accepté dans la prestigieuse Académie Frounze, à léningrad. A l'époque, il était déja un fervent cmmuniste et a été élu responsable de l'organisation des Jeunesses Communistes de l'institution. Dans cette école, on le surnommait, non sans ironie, "la conscience de classe".

La mort de Staline, en 1953, fut suivie par l’ère Khrouchtchev, qui a marqué un tournant dans l’histoire de l’URSS. La mort du tyran avait ouvert la voie à l’explosion du mécontentement. La bureaucratie, dirigée à présent par Nikita Khrouchtchev, tentait de mener quelques réformes par le haut pour éviter une révolution par le bas. Mais Khrouchtchev n’avait pas pour autant l’intention de mettre un terme au pouvoir et aux privilèges de la caste dominante, c’est-à-dire aux millions de fonctionnaires parasitaires de l’Etat, du Parti et des forces armées qui gouvernaient au nom de la classe ouvrière, mais qui n’étaient en réalité, comme l’expliquait Trotsky, qu’une tumeur au sein de l’Etat ouvrier.

En 1969, Valery entra à l'Académie politique Lénine, une institution d'élite uniquement reservée aux officiers de l'armée. Avec détermination, il s'absorba dans l'étude des classiques du Marxisme. Jour et nuit il étudiait les oeuvres de Marx, Engels, et Lénine.
A l’Académie, Sabline dut constater que certains ouvrages étaient introuvables. Il savait que Trotsky avait été l’un des principaux dirigeants de la Révolution d’Octobre, aux côtés de Lénine. Il savait également qu’après la mort de Lénine, Trotsky avait lutté contre la bureaucratie stalinienne, en faveur de la démocratie ouvrière et de l’internationalisme. Mais où trouver les écrits de Trotsky et des autres dirigeants de l’Opposition de gauche ? Il pensait qu’en entrant dans la prestigieuse école du parti, il pourrait y accéder. Mais ses espoirs furent déçus.

Un doute intérieur tourmentait le jeune officier. Partout, il ne voyait que privilèges, inégalités et corruption. Il comprenait que la caste privilégiée des bureaucrates qui dominait le pays n'abandonnerait pas le pouvoir sans résistance. Il était nécessaire de "détruire la machine de l'intérieur" selon ses propres termes.
Valery a fait ses premiers pas politiques à l’âge de 20 ans en écrivant une lettre à Khrouchtchev dans laquelle il dénonçait les inégalités sociales qui défiguraient le « socialisme » soviétique. C’était un acte risqué et courageux qui pouvait lui coûter sa carrière - voire pire. Les autorités, comme il fallait s’y attendre, n’ont pas du tout apprécié ce courrier. Elles le réprimandèrent sévèrement et retardèrent sa graduation. Une preuve de plus des qualités et de la ténacité personnelle de Sabline réside dans le fait que, malgré ce revers, il a poursuivi ses études à l’académie militaire, où il fut finalement diplômé avec les honneurs.


Les préparatifs

En 1973, Sabline incorpora La Sentinelle comme Officier Politique du navire. Sabline était donc tenu de donner des conférences sur le "Marxisme-Léninisme" - Ou disons, sur la caricature Stalinienne du Marxisme et du léninisme. Généralement, ces conférences étaient extrêmements ennuyeuses mais celle de Sabline étaient différentes. Il s'écartait des textes recommandés par le Parti et se consacrait à d'autres thèmes : la révolution de 1905, la révolution d'Octobre et les authentiques idées de Lénine. Lors de ses conférences, il rappelait souvent la longue tradition révolutionnaire de la marine et relatait la mutinerie du cuirassé Potemkine.

Le 8 Novembre 1975, La sentinelle arriva dans le port de Riga, en Lettonie, où devait se tenir une cérémonie militaire commémorant la révolution Russe. Sabline avait décidé de profiter de cette occasion symbolique pour mettre ses plans à exécution. Cette nuit la, il allait agir. Il avait pour complice Sacha Shein, un courageux marin de 20 ans. 

Le plan de Sabline était extrèmement audacieux. Il appela Sacha et lui explica que le bureaucratie avait trahi la révolution d'Octobre, que le régime des privilèges et des inégalités n'avaient rien de commun avec les idées de Lénine et du Parti Bolchevique, et que l'unique solution était une nouvelle révolution d'Octobre. En trois jours, il voulait prendre le contrôle de La Sentinelle et parvenir à Léningrad. Une fois là-bas, il émettrait par radio une proclamation au peuple de l'Union Soviétique, l'appellant à se soulever contre la caste dirigeante du Kremlin.


La Mutinerie

Le 8 novembre, Sabline arrête le capitaine Poutorny, réunit l'équipage et leur projette le film Le Cuirassé Potemkine, le chef d'oeuvre du réalisateur Eisenstein qui relate la mutinerie navale de 1905, à Odessa. Tandis qu'il projette le film muet, Sabline explique son plan et exhorte les autres officiers à l'appuyer. Ces derniers sont divisés : huit soutiennent les plans de Sabline et huit s'y opposent. Sabline exige alors un vote de tout l'équipage. Celui-ci approuve ses plans à une écrasante majorité. "A partir de ce moment, l'enthousiasme fut à son comble" se souvient Sacha Shein. La composition de base de la marine, majoritairement issus de la classe ouvrière, était un fidèle reflet de l'athosphère au sein de la classe ouvrière soviétique de l'époque.

L'opposition de quelques officiers allait jouer un rôle funeste. Avant que La Sentinelle ne lève l'encre de Riga, un jeune officier réussir à sauter par-dessus bord et à donner l'alterte dans le port. Mais Sabline a décidé de poursuivre, appuyé par la ferme volonté des jeunes matelots. Le navire quitta Riga dans la nuit du 9 novembre, en mettant le cap sur Léningrad.

Treize navires fortement armés furent lancés à la poursuite de La Sentinelle. Le commandant de ces navires avait reçu l'ordre de l'arrêter ou de la couler. Un des navires garde-côtes localisa La Sentinelle, à l'aube. Très vite, les avions soviétiques apparurent. L'aviation de la Flotte de la Baltique avait également comme ordre de couler La Sentinelle, si nécessaire. Une escadrille survola le navire et déploya ses missiles. Le commandant de la flotte leur donna l'ordre fatal " Faites Feu !" Il y eut alors une brève pause, puis, tout en comprenant les implications psychologiques de ses paroles, le commandant demanda au pilote s'ils avaient bien compris le sens de ses ordres. "Ordres compris" répondit laconiquement le chef d'escadrille. Une minute s'écoula, puis une autre minute, qui semblèrent une éternité. Il apparut alors clairement au commandant que les avions passaient et repassaient au dessus de La Sentinelle sans tirer leurs missiles.

Il semblait que la mutinerie de La Sentinelle allait s'étendre. Le fait que les pilotes se soient refusés à tirer sur leurs camarades a dû donner quelques sueurs froides aux maîtres du Kremlin. La panique éclata. Les cris et les malédictions envahissaient les ondes radios. Le ministre de la Défense, Grechko, était furieux : "Qu'est ce qui se passe ?" hurlait-il au téléphone : "Obéissez immédiatement aux ordres !"

Une seconde escadrille fut alors envoyée. Finalement, la peur des officiers et l'obéissance militaire aveugle ont surmonté les réticences naturelles des pilotes à ouvrir le feu sur un de leurs navires. Le navire fut touché. Tout était terminé. A six heures du matin, La Sentinelle fut occupée par des parachutistes et des hommes du KGB. Léningrad était encore à 400 milles. Sabline fut condamnée à Mort et Shein à 8 ans de prison. Sabline est enterré dans un lieu inconnu. Sa famille ne peut honorer sa mémoire que pour un monument dédié aux prisonniers politiques.


Un Héros de notre temps.

La bureaucratie soviétique avait réussi à écraser une dangeureuse rébellion. Mais il ne suffisait pas de mettre en déroute lse révolutionnaires. Il était également nécessaire d'effacer la moindre de leurs traces et de noircir leu mémoire. C'est pour cela qu'ils ont inventé la calomnie selon laquelle l'équipage de La Sentinelle voulait déserter à l'Ouest. Valéry Sabline, un fervent communiste, fut étiqueté déserteur et traître à l'Union Soviétique. Les faits authentiques n'ont été mis en lumière qu'en 1990, lors des derniers jours d'agonie d'un régime corrompu et dégénéré qui finit par miner et détruire de l'intérieur l'URSS.

Aujourd'hui que le régime stalinien a été remplacé par un régime capitaliste encore plus monstrueux, l'oppression des masses russes est mille fois plus dure qu'en 1975. Du fond de cette souffrance, un nouvel esprit est entrain de naître : un esprit de révolte contre l'odre existant - et qui prend comme point de référence les glorieuses traditions révolutionnaires de la Russie passée.
La jeunesse et les travailleurs russes trouveront trouveront leur inspiration - aux côtés des plus grands héros des révolutions de 1905 et 1917 - dans la vie et l'exemple de Valéry Sabline, de ce héros et de ce martyr de la classe ouvrière russe.
JC Seclin, Templemars, Vendeville, Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt, Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,
Alan Woods

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soba 26/01/2011 22:57




"J'ai décidé de devenir le leader d'une guerre de libération de mon propre peuple. Je comprends très bien que non-seulement en république socialiste soviétique autonome de
Tchétchénie-Ingouchie mais que dans toutes les nations du Caucase, il sera diffucule de gagner la Liberté face à l'impérialisme Rouge. Mais notre foi dans la justice et notre croyance dans le
soutien des amoureux de la liberté du Caucase (...). [couplet sur le régime facistophile finlandois]".


Avec un tel discours, Khasan Israilov lui aussi était un révolutionnaire ami du peuple!


 


Un article puant d'idéalisme petit-bourgeois, stupide et creux. Entre incohérence et aveuglement Trotskyste le plus primaire. Il ne s'agit même pas de défendre l'URSS de Brejnev, les
communistes ont un terme pour la définir: révisionnisme! Ici, on vogue juste dans le grand n'importe quoi.


En quoi un officier politique (qui a forcément eu accès à Trotsky! Forcément étant donné qu'il doit "combattre les déviationnismes politiques", qui se mutine sur un bateau en plein océan
peut-il déclencher une insurrection généralistes DES peuples d'Union soviétiques (L'auteur de l'article semble l'oublier, il ne parle que de "Russe", soit il est trop accro à la V period (comme
les "nationaux-communistes" d'extrême droite), soit un laxiste.


Simplement, une simple frégate insurgée, ce n'est qu'un symbole, croire à plus, c'est du messianisme petit-bourgeois, du donnage de leçons digne de "la plume", le Léon Trotsky lui même qui
pratiquait ardemment l'onanisme intellectuel alors que les communistes eux, finançaient le POSDR(b) par des coups de mains tous plus risqués les uns que les autres.


Comment cet officier mutin pouvait-il envoyer un message aux soviétiques? La radio de bord (fréquence militaire) pouvait facilement être bailonnée, ou alors il y avait une organisation pour la
retransmission? Un complot?


Au lendemain de la conclusion de la Guerre du Vietnam et à l'aube des interventions impérialistes dans les pays du tiers monde, c'est purement et simplement suicidaire ce type de comportement
"plus révolutionnaire que la révolution": renversons un état "socialiste" (même craignos) qui affronte chaque jour les calomnies et les aggressions impérialistes=>"foutre le bordel et
ignorer les conséquences", c'est typiquement Trotskyste mais il y a des limutes!


En quoi l'insurgé est un héro? Ne l'accusons pas de trahison ou du reste, on s'en tape au final: la frégate voguait vers la Suède (grand pays socialiste s'il en est...) et le "putsch" des mers
ne pouvait avoir que peut d'influence sur la situation mondiale, si ce n'est dans la propagande impérialiste.


Pour revenir à Israilov, qui tient une phraséologie somme toute semblable à celle du mutins des mers: "contre les staliniens, pour la liberté et patati patata": ça n'a pas empêcher le Khasan de
coexister tranquillement avec des commandos de fallschirmjager qui cherchaient à renverser le gouvernement d'Union Soviétique, et les paras nazis n'étaient pas de grands démocrates... Alors, on
soutient Israilov monsieur Woods ou on continue le verbiage sur un mutin qui est soit un petit bourgeois pseudo-révolutionnaire imbu de lui même qui croit faire la révolution sur une simple
frégate (un batîment de petite taille) ou un agent foireux qui cherche à passer à l'Ouest (comme un certain Vladimir Bogdanovich Rezun, qui lui aussi a déserté l'armée rouge (en étant
supérieurement gradé au mutain de la sentinelle) à cette époque.


 


Bref, ce torchon ressemble plus à un accès monomaniaque trotskyste pour récupérer un événement tendancieux afin d'avoir un "héro" prêt à l'emploi contre les méchants "staliniens" qui de toute
façon n'érigent pas Brejnev en idole.


Avec des écrits avec une "clairvoyance" plus que discutable, il n'est pas étonnant que les opportunistes de gauche aka les "bolchevik-léninistes" [qui n'en ont que le ont] soient aussi
pitoyable à l'heure actuelle. Albret Treint lui-même (le trotsko français pas excellence) n'est arrivé qu'à une seule chose dans ses délires paludiques de prêtre de la chapelle trotsko: à rien!