Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • MJCF, Mouvement des Jeunes Communistes de France, JC seclin, Section du Pévèle Mélantois
  • : Jc Seclin, Blog des Jeunes Communistes du pévèle et du mélantois. Construire la révolution, quotidiennement! Défendre le service public et gagner de nouveaux droits pour les Jeunes! La diversité dans l'unité ! La réflexion dans l'action ! Pour lutter, pour s'organiser, pour défendre un partage des richesses, des pouvoirs et des savoirs : Rejoins la JC !
  • Contact

Matériel Militant

ARCHIVES DE L UNION DE VILLES
Voici désormais en ligne, en libre accès pour nos lecteurs, l'ensemble du matériel militant utilisé depuis la rentrée de septembre 2007.

Contact

papa

Archives

Radio Révolution

5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 20:54

Journée internationale d’action « Le monde dit NON à l’occupation israélienne ! »

LILLE - samedi 9 juin 2007

 

14H Grand Place

Image Hosted by ImageShack.us

40 ans d’occupation des Territoires palestiniens : ça suffit !

 

Depuis la guerre de 1967, depuis 40 ans, l’Etat israélien occupe la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Depuis 40 ans, l’Etat israélien poursuit méthodiquement la désagrégation de la société palestinienne et l’annexion des Territoires palestiniens.

Depuis 40 ans, l’Etat israélien poursuit la colonisation de Jérusalem-Est, ville physiquement coupée de la Cisjordanie et interdite d’accès aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza. Après la guerre de 1967 le gouvernement israélien a annexé Jérusalem-Est pour déclarer, au mépris du droit international, Jérusalem capitale de l'Etat d'Israël. Depuis, la ville est entourée de colonies l'isolant du reste de la Cisjordanie.

Quelles que soient les origines immédiates de la guerre de juin 1967 celle-ci est la conséquence de l’injustice commise à l'encontre des habitants de la Palestine en 1948 avec la création de l'Etat d'Israël. Depuis bientôt 60 ans, Israël refuse l’application de la résolution 194 de l’ONU qui déclare le droit au retour dans leur pays des réfugiés palestiniens chassés pendant la guerre de 1948.

Alors que les Palestiniens ont accepté en 1988 le principe de l'existence côte à côte de deux Etats, le palestinien et l'israélien, sur la frontière de 1948, l'Etat d'Israël refuse toujours de reconnaître les droits nationaux du peuple palestinien et remet en cause la frontière de 1948 avec la création et l'extension de la colonisation dans les territoires conquis en 1967. Aujourd’hui, ce sont plus de 460.000 colons israéliens qui sont installés dans les Territoires palestiniens occupés (260.000 en Cisjordanie et 200.000 à Jérusalem-Est) et qui bénéficient à leur usage exclusif de réseaux routiers et d’infrastructures construits à l’intérieur des territoires palestiniens : des méthodes qui s’apparentent à celles de l’apartheid !

La colonisation de territoires occupés s'accompagne de la destruction du tissu social et économique palestinien comme pour mieux rendre impossible toute mise en place d'un Etat palestinien à venir. Ainsi l'Etat d'Israël marque sa volonté de contrôle de la Palestine comme s'il attendait le moment où celle-ci intègrera l'Etat d'Israël.

Pour mieux marquer son territoire, l'Etat d'Israël construit, sous prétexte de sécurité, un Mur à travers la Cisjordanie, détruisant sur son passage le cadre de vie des Palestiniens et séparant les habitations des Palestiniens de leur champs. Malgré la condamnation par la Cour Internationale de Justice, la construction du Mur continue.

Quant aux Palestiniens qui sont restés à l'intérieur de l'Etat d'Israël après 1948, ils sont soumis à une discrimination institutionnalisée et à la confiscation des terres qu'ils possèdent comme cela se passe au Neguev.

Malgré de nombreuses résolutions de l'ONU, l'Etat d'Israël se moque du droit international, mais il est vrai qu'il bénéficie du soutien complice des Etats-Unis et de l'Union Européenne et par conséquent de l'impunité. L’inaction ou la complicité de la communauté internationale face à l’occupation militaire israélienne bloque toute perspective de paix et de sécurité pour tous les peuples de la région, elle doit cesser !

Samedi 9 juin 2007, journée internationale d’action pour appeler partout dans le monde nos gouvernements à :
    - Reprendre l’aide économique de l’Union Européenne à l’Autorité Palestinienne
   - Prendre des mesures urgentes pour contraindre l’Etat israélien à appliquer le droit international, à savoir le retrait des territoires occupés depuis 1967, démantèlement de toutes les colonies israéliennes de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, démolition du Mur
    - Suspendre l’accord d’association liant l’Union Européenne et Israël tant que ce dernier bafouera les droits de l’homme et le droit international
    - Agir pour la tenue d’une conférence internationale sur le Proche-Orient - sous l’égide de l’ONU - pour   la création, dans les frontières de 1967, et aux côtés de l’Etat d’Israël, d’un Etat palestinien viable et indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale.


Tous ensemble samedi 9 juin à 14h – Grand Place de LILLE

NON à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens !
JC Seclin, Templemars, Vendeville, Wattignies, Haubourdin, Emmerin, Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin, Don, Allenes les Marais, Carnin, Annoeullin, Bauvin, Provin, Gondecourt, Avelin, Martinsart, Attiches, Phalempin, Tourmignies, Pont-à-Marcq, Mérignies, La Neuville, Wahagnies, Libercourt, Oignies, Ostricourt, Moncheaux, Raimbeaucourt, Leforest, Faumont, Mons-en-pévèle, Thumeries,

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeff 16/06/2007 10:28

ah ok , donc vous allez resté au PCF après le congrès de décembre , koi qu'il arrive!
cest indécent!

PCF PARIS 15 13/06/2007 12:23

http://pcf-paris15.over-blog.com/

Avant, pendant comme après les élections de 2007, nous ne laisserons pas effacer notre Parti, le PCF, indispensable pour mener le combat de classe, nourrir les luttes, battre la politique au service du capital d’où qu’elle vienne.

La situation politique exige plus que jamais l’existence d’un grand parti communiste dont la nécessaire indépendance de pensée doit être entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte des classes. Les 55% du NON au référendum, la force des luttes, le profond rejet de la mondialisation capitaliste et de ses effets par les jeunes, les salariés, les paysans, les retraités nous le confirment. Le capitalisme est jugé « négatif » par 61% de la population.